Élection fédérale canadienne de 1926

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Chambre des communes après l'élection de 1926

  •      Libéraux (116)
  •      Conservateurs (91)
  •      United Farmers (12)
  •      Progressistes (11)
  •      Libéral-progressistes (8)
  •      Travaillistes (4)
  •      Autre/Indépendants (3)

L'élection fédérale canadienne de 1926 se déroule le 14 septembre 1926 dans le but d'élire les députés de la 16e législature à la Chambre des communes du Canada. L'élection est déclenchée suite à un évènement appelé « Affaire King-Byng ». Lors de l'élection de 1925, le Parti libéral du premier ministre William Lyon Mackenzie King remporte un moins grand nombre de sièges aux communes que le Parti conservateur d'Arthur Meighen. Toutefois, Mackenzie King est déterminé à s'accrocher au pouvoir et continue à gouverner avec l'appui du Parti progressiste. Combinés, les caucus libéral et progressiste donnent à Mackenzie King une majorité à la Chambre des communes.

La coalition s'écroule toutefois à la suite d'un scandale, et Mackenzie King demande au gouverneur général, le baron Byng de Vimy, de dissoudre la législature. Byng refuse, citant le plus grand nombre de sièges remportés par les conservateurs lors de l'élection précédente comme raison, et demande à Meighen de former un gouvernement.

Le gouvernement de Meighen et rapidement défait sur un vote de confiance, et Byng accepte de dissoudre la législature et déclencher une nouvelle élection. Mackenzie King fait campagne contre Byng dans l'élection plutôt que contre Meighen et réussit à remporter le plus grand nombre de sièges aux communes, malgré une part plus petite des suffrages que les tories. (Les libéraux ne présentent pas des candidats dans toutes les circonscriptions en vertu d'un pacte informel avec les progressistes et libéral-progressistes. Notons en particulier les résultats au Manitoba, où le parti de Meighen récolte près de 40 % des suffrages, soit le double de tout autre parti, sans remporter un seul siège.) Il réussit à gouverner avec l'appui de députés libéral-progressistes. Byng retourne en Grande-Bretagne à la fin de l'année et est promu au rang de vicomte.

Résultats[modifier | modifier le code]

Pays[modifier | modifier le code]

Parti Chef # de
candidats
Sièges Voix
1925 Élus % Diff. # % % Diff.
     Libéral Mackenzie King 202 100 116 +16,0 % 1 393 653 42,80 % +3,06 %
     Conservateur Arthur Meighen 232 114 91 -20,2 % 1 476 834 45,35 % -0,78 %
     Progressiste Robert Forke 28 22 11 -50,0 % 128 060 3,93 % -4,52 %
     United Farmers of Alberta 12 2 11 +450 % 60,740 2,01 % +1,61 %
     Libéral-progressiste 12 - 8 63 144 1,94 % +1,83 %
     Travailliste 18 2 4 +100 % 55 661 1,71 % -0,10 %
     Indépendant 10 2 2 - 25 821 0,79 % +0,28 %
     Libéral indépendant 5 1 1 - 18 627 0,57 % -0,42 %
     United Farmers of Ontario 1 * 1 * 6 909 0,21 % *
     Conservateur indépendant 3 1 - -100 % 10,164 0,31 % -0,23 %
     Progressiste-conservateur 2 - - - 7 088 0,22 % +0,18 %
     Libéral-travailliste 1 * - * 4 187 0,13 % *
     Inconnu 1 - - - 3 378 0,10 % -0,55 %
     Travailliste-Farmer 1 - - - 1,441 0,04 % -0,11 %
     Socialiste 1 - - - 672 0,02 % -0,04 %
     Protectionniste 1 * - * 129 x *
Total 530 244 245 +0,4 % 3 256 508 100 %
Sources : http://www.elections.caHistorique des circonscriptions depuis 1867

Notes :

* Parti non reconnu lors de l'élection précédente

x - moins de 0,005 % des voix

Par province[modifier | modifier le code]

Les résultats dans la province du Manitoba sont cités par les partisans de réforme électorale comme une raison d'abolir le mode de scrutin uninominal majoritaire à un tour. Avec 40 % des suffrages, les conservateurs ne remportent aucun siège dans la province. L'explication de ce résultat étrange réside dans le fait que seulement trois circonscriptions sont des courses à trois — Springfield, St. Boniface et Winnipeg-Nord — ainsi qu'une élection sans opposition, dans Provencher. Les 13 autres circonscriptions sont des courses à deux entre les conservateurs d'un côté et les libéraux, les progressistes, les libéral-progressistes ou les travaillistes de l'autre. Ainsi, la raison principale pour la diproportionnalité est que les partis autres que les conservateurs ont simplement choisi de ne pas présenter de candidats dans les circonscriptions où il y avait déjà un candidat non-conservateur — unissant ainsi le vote contre les conservateurs dans ces 13 circonscriptions manitobaines.

Parti C-B AB SK MB ON QC N-B N-É ÎPE YK Total
     Libéral Sièges : 1 3 16 4 24 59 4 2 3 116
     Voix (%) : 37,0 22,3 51,3 18,4 35,3 61,3 46,1 43,5 52,7 44,1 42,8
     Conservateur Sièges : 12 1 - - 53 4 7 12 1 1 91
     Voix : 54,2 31,5 27,5 39,7 54,9 34,0 53,9 53,7 47,3 55,9 45,4
     Progressiste Sièges : 4 4 3 11
     Voix : 17,9 11,2 5,1 3,9
     United Farmers of Alberta Sièges : 11 11
     Voix : 38,7 1,9
     Libéral-progressiste Sièges : 1 7 - 8
     Voix : 3,2 19,5 1,4 1,9
     Travailliste Sièges : - 1 2 1 - 4
     Voix : 6,4 4,3 8,7 1,1 2,8 1,7
     Indépendant Sièges : 1 - - 1 2
     Voix : 2,3 0,1 0,5 1,9 0,8
     Libéral indépendant Sièges : 1 1
     Voix : 2,3 0,6
     United Farmers of Ontario Sièges : 1 1
     Voix : 0,6 0,2
Total sièges 14 16 21 17 82 65 11 14 4 1 245
Partis n'ayant remporté aucun siège :
     Conservateur indépendant Voix : 0,8 0,1 0,3
     Progressiste-conservateur Voix : 2,5 0,3 0,2
     Libéral-travailliste Voix : 0,3 0,1
     Inconnu Voix : 2,2 0,1
     Travailliste-Farmer Voix : 0,9 xx
     Socialiste Voix : 0,1 xx
     Protectionniste Voix : xx xx

xx - moins de 0,05 % des voix