Álpin mac Uuroid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Álpin mac Uuroid fut un roi des Pictes de 775 à 778/780.

Une origine très controversée[modifier | modifier le code]

L’origine d’Alpin ou d’Elphin demeure très controversée:

- Marjorie Ogilvie Anderson estimait simplement qu'il était le neveu de son prédécesseur Ciniod mac Uuredech, fils de sa sœur et d'un certain Uuroid par ailleurs inconnu[1].

- Alfred P. Smyth ne se prononce pas sur l’origine et le lien entre les deux rois mais il considère que le scot Fergus mac Echdach avait épousé une sœur d’Elpin donnant ainsi à ses descendants des « droits matrilinéaires » à la royauté picte [2].

- James E. Fraser l’identifie avec un descendant du magnat scot ou picte Deile Roith dont un fils Finnguine (tué en 711) [3] périt dans un combat contre les northumbriens et le second Garnait meurt en 716[4] pendant le règne du roi Nechtan.James Fraser identifie de plus son père Uuroid ou Uurad (gaélique : Feradach ) avec Uurad ou Feroth mac Finnguine l’ « exactor Nechtani » tué en 729, lors de la bataille de Monid Carno près du Loch Laegde [5].

- Alex Wolf avance de son côté la proposition que ce « Uurad/Wrad  » est le même personnage que « Uuredech/Wredech » le père de son prédécesseur Ciniod mac Uuredech (mort en 775) [6].

Ces hypothèses sont enfin partiellement en contradiction avec W. A. Cummings qui estime de « Uredech ou Wredech » le père de Ciniod mac Uuredech n’est autre que « Feradach » le fils de Selbach mac Ferchair capturé par Oengus Ier en 736 et qui aurait épousé une parente de son vainqueur[7]

Règne[modifier | modifier le code]

La « Chronique Picte » attribue à ce roi un règne de 3 an 1/2. Les Annales d'Ulster mentionnent sa mort en 780 soit cinq ans après la disparition de son prédécesseur Ciniod mac Uuredech. Les annalistes le nomment curieusement "Eipin rex Saxonum". Cette dénomination est peut-être liée au fait qu'il régnait sur un territoire des Pictes du sud conquis sur la Northumbrie pendant le règne de Oengus Ier ou selon A.O Anderson que son nom est anglo-saxon « Ælfwine ». et qu'il avait une mère angle[8]

Alfred P. Smyth considère qu'une de ses sœurs aurait épousé le roi Fergus mac Echdach de Dalriada et que ce couple serait à l'origine des deux rois qui ont ensuite régné sur les Pictes et les Scots unis dans le cadre du royaume de Fortriú : Caustantín Ier mac Uurguist et Unuist mac Uurguist[9]

Marjorie O. Anderson, développe cette hypothèse et donne à Álpin mac Uuroid deux autre sœurs épouses respectives d'un Talorgen et mère de Drest mac Talorgen et d'un Drostan/Drust et mère de Talorgan mac Drust[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Marjorie O. Anderson Kings and Kingship in Early Scotland édition 1980, reprint par Birlinn ltd Edinburgh (2011) « Hypothetical genealogical table of pictish kings » p. 169.
  2. (en) Alfred P. Smyth Warlords and Holy Men, Scotland AD 80~1000 Edinburgh University Press (1984) (ISBN 0748601007), p. 178.
  3. Annales d'Ulster : AU 711.3
  4. Annales d'Ulster : AU 716.2
  5. (en) James E. Fraser From Caledonia to Pictland Scotland to 795, Edinburgh University Press (2009) (ISBN 978-0-7486-1232-1), p. 273.
  6. (en) Alex Woolf From Pictland to Alba 789~1070 The New Edinburgh History of Scotland. Edinburgh University Press, Edinburgh (2007) (ISBN 9780748612345), p. 41.
  7. (en) W. A. Cummins The Age of the Picts. Sutton Publishing (1998) (ISBN 0750916087) p. 101
  8. (en) J.M.P. Calise Pictish Sourcebook Greenwood Press (Londres 2002) (ISBN 0-313-32295-3) p. 220
  9. (en) Alfred P. Smyth Op. cit p. 178
  10. (en) Marjorie O. Anderson op.cit p. 169.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) J.M.P Calise Pictish Soourcebook, Documents of Medieval Legend and Dark Age History Greenwood Press (Londres 2002) (ISBN 0-313-32295-3).
  • (en) Alfred P. Smyth Warlords and Holy Men. Scotland AD 80~1000 Edinburgh University Press (1984) (ISBN 0-7486-0100-7)
  • (en) Ann Williams, Alfred P. Smyth and D.P Kirby A bibliographical dictionary of Dark Age Britain. Seaby London (1990) (ISBN 1-85264-047-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]