Zoïa Kosmodemianskaïa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant soviétique
Cet article est une ébauche concernant une personnalité soviétique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Zoïa Kosmodemianskaïa
Description de cette image, également commentée ci-après

Zoïa Kosmodemianskaïa

Nom de naissance Zoïa Anatolievna Kosmodemianskaïa
Зо́я Анато́льевна Космодемья́нская
Naissance
Décès (à 18 ans)

Zoïa Anatolievna Kosmodemianskaïa (en russe : Зо́я Анато́льевна Космодемья́нская), née le , est une résistante soviétique pendue par les nazis le à l'âge de 18 ans. Elle est devenue l'un des martyrs les plus révérés de la Grande guerre patriotique livrée par l'Union soviétique à l'Allemagne hitlérienne.

Exécution[modifier | modifier le code]

Images externes
Photographie du cadavre de Zoïa Kosmodemianskaïa

À ses bourreaux, elle déclare au moment son exécution : « Vous ne pourrez pas pendre 170 millions d'entre nous ». Le corps reste suspendu au gibet plusieurs semaines, puis est jeté dans la neige. Par sadisme, les soldats nazis poignardent de coups de baïonnettes le corps déjà inanimé de la jeune résistante.

Zoïa Kosmodemianskaïa est enterrée au cimetière de Novodevitchi de Moscou.

Jonathan Littell eut l'idée d'écrire son roman Les Bienveillantes en voyant la photographie, prise par un soldat allemand, du cadavre de Zoïa Kosmodemianskaïa dans la neige.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger D. Markwick, Euridice Charon Cardona, Soviet women on the frontline in the Second World War, New York, Palgrave Macmillan, 2012, pp. 120-125. (ISBN 9780230579521)