Zaya Pandita

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue de Zaya Pandita à Elista, en Kalmoukie.

Zaya Pandita, également appelé Namkhaidjamtso (1599 — 1662), est un moine bouddhiste oïrat qui créa le todo bitchig, écriture adapté à l'oïrate littéraire dans le but de réformer l'écriture traditionnelle mongole en la rapprochant de la langue parlée et en lui permettant de retranscrire le tibétain et le sanskrit[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Zaya Pandita était le cinquième fils de Baba Khan, un prince Qoshot-Oîrat mineur convertit au bouddhisme au XVIIe siècle. Baba Khan choisit Zaya pour devenir un moine « bandi » (signifiant « novice »).

En 1615, Zaya se rend à Lhassa, au Tibet où il étudie le bouddhisme comme disciple du 4e Panchen-lama, Lobsang Chökyi Gyalsten.

En 1638, le Panchen-lama envoie Zaya Pandita en mission pour enseigner le bouddhisme aux tribus mongoles.

En 1640, il aide Erdeni Baatar (mongol : ᠪᠠᠭᠠᠲᠤᠷ ᠬᠣᠨ ᠲᠠᠶᠢᠵᠢ ; mongol : Баатар хунтайж ; mongol : Baatar khoontayʐ), Khun Taiyishi de la tribu Choros-Oîrat, dans le rassemblement d'une conférence des tribus mongoles réunissant les Oïrat et les Khalkhas. Le but de la conférence est d'encouragelr l'unification mongole contre les ennemis extérieurs potentiels, tels que les enemies, Hans, les Mandchous, et les Russes, et de gérer les problèmes internes pacifiquement. Il ressort de cette conférence un code, qui fournit une protection des agressions extérieures aux Oïrats et Khalkhas et garantie la libre circulation des personnes à travers les terres mongoles.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Oirat Vocabulary of Poetical Names [Ойратский словарь поэтических выражений]. Facscimile ed., transliteration, introduction, translation from Oirat into Russian, dictionary with notes, appendices by N.S. Yakhontova. Moscow, Vostochnaya Literatura Publishers, 2010. 615 p. (Pamyatniki pismennosti Vostoka, СХХ)[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir page 170 in History of Civilizations of Central Asia: Volume V, Bai Cuiqin, Unesco, 2003
  2. [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Johan Elverskog, Biographies of Eminent Mongol Buddhist, PIATS 2006, Tibetan Studies, Proceedings of the Eleventh Seminar of the International Association for Tibetan Studies, Königswinter 2006, Halle (Saale) : International Institute for Tibetan and Buddhist Studies GmbH (Beiträge zur Zentralasiatischenforschung ; 15) [compte-rendu]
  • Junko Miyawaki-Okada, « Historical Importance of the Biography of Zaya Pandita. Altai Hakpo », The Altaic Society of Korea, 15, p. 113-127, 2005 [PDF] [compte-rendu]
  • Halkovic, Jr., Stephen A. The Mongols of the West, Indiana University Uralic and Altaic Series, Volume 148, Larry Moses, Editor, Research Institute for Inner Asian Studies, Indiana University, Bloomington, 1985.