Zama Regia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Zama Regia
Jama
Image illustrative de l’article Zama Regia
Henri-Paul Motte, Bataille de Zama, vers 1890
Localisation
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Siliana
Coordonnées 36° 06′ 54″ nord, 9° 17′ 04″ est

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

(Voir situation sur carte : Tunisie)
Zama Regia
Zama Regia
Histoire
Époque Rome antique

Zama Regia (dite parfois Zama Maior, ou juste Zama) est une ville antique d'origine numide[1], rattachée ultérieurement à la Proconsulaire romaine[2], située en Tunisie actuelle.

Zama fut le théâtre d’une bataille célèbre entre Romains et Carthaginois en 202 avant l’ère chrétienne, où l'armée romaine, conduite par Scipion l'Africain et alliée à l'armée numide de Massinissa, a écrasé définitivement l'armée d'Hannibal, mettant fin à la deuxième guerre punique.

Plusieurs localisations ont longtemps été proposées, et vivement débattues, à son sujet[3]. Mais l'inscription publiée par Ahmed Ferjaoui (AE 2002, 1668) a confirmé l'hypothèse, parfois retenue précédemment, envisageant que les vestiges de Zama (CIL 06, 01686 : Colonia Aelia Hadriana Augusta Zama Regia) puissent se trouver près du village de Jama, à huit kilomètres à l'Ouest de la ville de Siliana.

Marie Joseph Letaille déchiffre le nom latin de la ville de Macteur : " Colonia Acha Aurelia Mactaris " [4], il en reconnaît les ruines et celles de la région des Hammada et pense découvrir à Djama l’emplacement de la ville de Zama en 1885.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ancien royaume berbère à ne pas confondre avec la province romaine de Numidie (pas sur le même territoire) créée à la suite de la réorganisation des provinces d'Afrique par Septime Sévère, en 193.
  2. Déjà sous le principat d'Auguste, après le av. J.-C., mais aussi après Septime Sévère, en 193.
  3. Voir une synthèse des débats précédents dans Carte des routes et des cités de l'est de l'Africa à la fin de l'Antiquité, 2010, p. 300-301.
  4. Héron de Villefosse (Ant.), Inscriptions de l'Henchir Makter (Colonia Aelia Aurelia Mactaris) [découvertes par M. Letaille], CRAI, 1884, p. 281-286

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Archéologie
  • P. Bartoloni, A. Ferjaoui, A. K. Abiri, M. Ben Nejma, M. Guirguis, L. L. Mallica, E. Pompianu, M. Sebaï, C. Touihri, A. Unali, « Nota preliminare sul settore termale di Zama Regia (Siliana-Tunisia). Elementi strutturali e di cultura materiale », dans L'Africa romana XVIII, Olbia 2008, sous la dir. de M. Milanese, P. Ruggeri et C. Vismara, Rome, 2010, p. 2021-2038 (en ligne).
Identification du site
  • Giovanni Brizzi, Il guerriero, l'oplita, il legionario. Gli eserciti nel mondo classico, Bologna, Il Mulino, 2002, p. 83-97, note 6 ; nouv. éd. 2008 (ISBN 978-88-15-12567-5).
  • Ahmed Ferjaoui, « Localisation de Zama Regia à Jama (note d'information) », dans Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 146e année, N. 3, Paris, 2002. p. 1003-1017 (en ligne).
Notices historiques
  • Carte des routes et des cités de l'est de l'Africa à la fin de l'Antiquité : nouvelle édition de la carte des voies romaines de l'Afrique du Nord conçue en 1949, d'après les tracés de Pierre Salama, sous la dir. de Jehan Desanges, Noël Duval, Claude Lepelley, et al., Turnhout, Brepols, 2010, s. v. « Zama Regia » p. 300-301 avec bibliographie (Bibliothèque de l'Antiquité tardive, 17) (ISBN 978-2-503-51320-1)
  • Jacques Gascou, « La politique municipale de l'Empire romain en Afrique du Nord », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt (ANRW): Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung. Principat. Politische Geschichte. Provinzen und Randvölker. Afrika und Ägypten, Teil 2, Bd. 10, Berlin, Walter de Gruyter, 1982, s. v. « Zama Regia » p. 188 (en ligne).
  • Joseph Mesnage, Description de l'Afrique du Nord. Musées et collections archéologiques de l'Algérie et de la Tunisie. 17, L'Afrique chrétienne : évêchés et ruines antiques d'après les manuscrits de Mgr Toulotte et les découvertes archéologiques les plus récentes, Paris, 1912, s. v. « Amor el Djedidi (Si) = Zama Major ? » p. 30-31 (en ligne), « Djama = Zama Minor ? » p. 52 (en ligne), « Zama (Propriété) » p. 167-168 (en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]