Zémire et Azor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Zémire et Azor est un opéra-ballet en quatre actes d'André Grétry, livret de Jean-François Marmontel[1] et chorégraphie de Gaëtan Vestris, d'après Amour par amour de Pierre-Claude Nivelle de La Chaussée[1], s'inspirant lui-même du conte La Belle et la Bête de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont[1]. Créé devant la cour à Fontainebleau, le [1], puis à la Comédie-Italienne à Paris, le .

Personnages[modifier | modifier le code]

Argument[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sander est sauvé par un être effrayant, Azor, qui exige en retour l'amour d'une de ses trois filles. Zémire se sacrifie pour son père, et rejoint Azor, d'abord terrifiée, elle se laisse peu à peu toucher par la bonté de celui-ci. Manquant sa famille, il la lui fait apparaître dans un tableau magique et la transporte vers elle avec la promesse de revenir. Sander veut dissuader Zémire de retourner auprès d'Azor, mais la constance de la jeune fille rompt l'enchantement qui pesait sur Azor et lui rend sa forme première de beau et jeune prince. Zémire règnera alors avec lui sur ses états.

Historique[modifier | modifier le code]

L'opéra contient l'air fameux pour soprano La Fauvette et oppose personnages sérieux et bouffons (le serviteur Ali). L'œuvre est encore occasionnellement jouée notamment en Belgique.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1974 : Mady Mesplé (Zémire), Roland Bufkens (Azor), Jean van Gorp (Sander) - Chœur et Orchestre de chambre de la Radio Télévision Belge, Edgard Doneux (chef) - EMI

Sources[modifier | modifier le code]

  • Roland Mancini & Jean-Jacque Rouveroux, Le guide de l'opéra, Fayard, 1986. (ISBN 2-213-01563-6)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d François-René Tranchefort, L'Opéra, Éditions du Seuil,‎ 1983, 634 p. (ISBN 2-02-006574-6), p. 84