Yves Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yves Blanc
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (59 ans)
Nationalité
Activités

Yves Blanc est un écrivain, producteur, journaliste et réalisateur français, originaire de Grenoble. Il produit l’émission de radio La Planète Bleue et la collection de disques du même nom. Il a écrit deux livres et collabore à plusieurs magazines.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début 1978, trois ans avant la bataille des radios libres, il crée avec Philippe Pourrat l'une des premières radios pirates de France, sur le campus de Grenoble[1].

En 1986, il lance Fondu Au Noir, une émission hebdomadaire sur les musiques africaines et caribéennes, innovante par sa programmation (les musiques africaines et arabes ne sont pas encore à la mode) et par sa mise en onde ultra-sophistiquée (l'animateur est remplacé par un habillage sonore très élaboré). L'émission connaît un succès populaire retentissant sur les stations locales de Radio France qui la diffusent. C'est à cette époque que Jean-François Bizot le repère : le fondateur d'Actuel essaie de le débaucher pour le faire venir sur Radio Nova. Des années plus tard, Bizot parlera de lui comme du « nouveau Martin Meissonnier ».

En 1989, il est appelé à France Inter pour optimiser Culture Club, l'émission rock quotidienne de la chaîne nationale. Au rock'n'roll, il mixe les musiques nouvelles et les musiques du monde. En un an, l'audience est multipliée par deux.

En 1990, il est engagé par Martin Meissonnier comme journaliste, réalisateur et rédacteur en chef de Megamix, sur Arte / Channel4, diffusé aux quatre coins du monde. Pendant cinq ans, il tourne une trentaine de films sur des musiciens très novateurs : Wally Badarou, Yello, Ray Lema, Michel Moglia (l'inventeur de l'orgue à feu), Can, Michel Redolfi (le compositeur subaquatique), … Il y anime une chronique hebdomadaire, Cybermix, où il présente les rapports entre composition musicale et nouvelles technologies. En 1990, Megamix est élue Meilleure émission musicale au FIPA. En 1994, Megamix est nominée aux 7 d'Or.

En 1994, il lance sur Radio Nova et Couleur 3 Les Aiguilles Dans Le Rouge, la chronique des musiques zarbies. Il y aura 500 épisodes. Gros succès sur les deux antennes.

En 1995, à la demande de Couleur 3, il conçoit La Planète Bleue, un magazine hebdomadaire, mondial et futuriste, qui ouvre un nouvel espace sonore en télescopant les géographies mais aussi les époques. Dans le paysage radiophonique, La Planète Bleue s’apparente à un prototype, ni calibré ni formaté, une incongruité de la bande FM. Bien qu'expérimentale, l'émission va pourtant devenir « le programme le plus populaire de la chaîne » (L'Illustré). Chaque émission propose un tour du monde des musiques novatrices, ainsi qu'une série de papiers axés sur le futur (nouvelles technologies, recherche, espace, écologie, prochains comportements, …), souvent politiques, polémiques, non-alignés. L'émission est diffusée depuis 20 ans par Couleur 3. Elle a été reprise par Radio Nova, Radio Canada, Radio Monaco. À partir de 2009, La Planète Bleue est disponible en podcast gratuit sur iTunes, et gagne une nouvelle audience planétaire en fédérant des auditeurs francophones disséminés autour du monde. La Planète Bleue devient l'une des émissions de radio les plus podcastées dans le monde[réf. souhaitée]. La presse s'enthousiasme pour cette émission de radio : Libération, Le Monde, Télérama, L'Express, La Tribune de Genève, Le Temps, France 3, Télévision suisse romande, Vibrations, Technikart, Le Matin, France Inter, France Info, Sciences et Avenir, GEO, 24 heures, L'Hebdo, Nouvelles Clés, Ouest-France, Le Dauphiné libéré, ....

En 2010, il publie son premier roman, Les Guetteurs du passé (Favre), un conte futuriste qui met en scène de nombreux thèmes développés sur La Planète Bleue. Le narrateur, un historien du futur, observe notre époque avec un recul inédit. A un siècle de distance, notre planète se montre énigmatique, presque incompréhensible. Il porte un regard de colère et de compassion sur ces générations qui l'ont conduite à sa perte. Parfois drôle, souvent dérangeante et touchante, une balade douce-amère dans l'espace-temps de nos possibles lendemains. Un regard lucide, curieux et désintéressé.

En 2011, à Zurich, il remporte l'International Radio Festival Award.

En 2014, La Planète Bleue est élue "Meilleur podcast pour audiophile" par le site Sinnfrei[2].

En 2017, il publie La Planète Bleue, le livre (Georg), un beau livre qui évoque les coulisses de l’émission, à la croisée de la science-fiction, de l’écologie, des sons du monde et des musiques de demain. L'ouvrage évoque les chercheurs, les créateurs, les artistes qui la nourrissent, de Kraftwerk à Arthur C. Clarke, de Jean-François Bizot à Paul Watson, en passant par Jacques Benveniste, Brian Eno et bien d'autres… En parallèle à l’aventure radiophonique, le livre réunit une centaine de créations inédites, peintures, dessins et crayonnés que les plus grands noms de la BD internationale ont réalisé pour La Planète Bleue : Enki Bilal, Moebius, Leo, Reno, Marvano, Cosey, Caza, Nicolas Malfin, Mathieu Bablet, Mix & Remix. Il présente également les albums fondateurs (Tangerine Dream, Can, Talking Heads, Laurie Anderson, Jon Hassell, Yello, Ray Lema, The Art Of Noise…), sous la plume de ce journaliste à la voix grave et murmurée, explorateur du futur et « écouteur » singulier des sons de notre planète.

Il dirige une collection de disques, La Planète Bleue, neuf volumes parus. Chaque CD propose un tour du monde des musiques novatrices, accompagné d'un véritable petit livre illustré par les créations originales des plus grands noms de la bande dessinée mondiale (Leo, Cosey, Marvano, Moebius, Bilal, Malfin, Caza, Mathieu Bablet).

Simultanément, il est rédacteur pour une douzaine de journaux et revues français (0-Vu, 7 à Paris, Nova Mag, Nouvelles Clés, Sciences et Avenir, We Demain, …) et suisses (PrOfil, Open Mag, 7Sky People...), signe plusieurs biographies (Moon Martin, Amina, Andreas Vollenweider, Yello, Deus Ex Machina...) et donne des cours à l'université de Grenoble (conception et réalisation audio), à l'INA, à l'école interne de Radio France (coloration et rythmique d'antenne, techniques de créativité) et à l'université de la radiophonie à Arles (design audio).

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2001 : La Planète Bleue volume 1 (Naïve)
  • 2003 : La Planète Bleue volume 2 (Pschent)
  • 2005 : La Planète Bleue volume 3 (Label Bleu)
  • 2006 : La Planète Bleue volume 4 (Label Bleu)
  • 2008 : La Planète Bleue volume 5 (RSR)
  • 2010 : La Planète Bleue volume 6 (RSR)
  • 2012 : La Planète Bleue volume 7 (RTS/AV World)
  • 2014 : La Planète Bleue volume 8 (AV World)
  • 2017 : La Planète Bleue volume 9 (Mental Groove)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sciences et Avenir n° 656, octobre 2001.
  2. http://sinnfrei.ch/?p=5165