Ya`qûb ben Layth as-Saffâr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Statue de Ya`qûb ben Layth, Dezfoul

Ya`qûb ben Layth as-Saffâr (يعقوب بن ليث صفار), fut le fondateur de la dynastie des Saffarides (867-1003).

Il était d’origine modeste, puisqu'il commença sa vie comme chaudronnier (dans l’est de l’Iran, d'où le nom de l'éphémère dynastie qu'il fonda : "Saffaride" dérive en effet de "saffâr" (صفار : "le cuivre"), se rapportant au métier initial de Ya'kûb.

Il devint un seigneur de guerre et prit le contrôle du Sistan, une région frontalière entre le Pakistan, Afghanistan et l’Iran actuels, conquérant ensuite la plus grande partie de l’Iran actuel en utilisant cette région comme base d’une expansion agressive vers l’est et l'ouest.

En 871, passant par Balkh, il atteignit Bâmiyân qu'il ravagea, incendiant notamment les temples bouddhistes, puis Kaboul, d'où il chassa les Turki Shahis, qui contrôlaient les actuelles provinces afghanes de Kapissa, Kaboul, Laghmân, et sans doute Nangarhâr et l'ancienne Arachosie (Kandahar).

À sa mort en 879, Ya'qûb ben Laith avait conquis le Khorassan, mettant ainsi un terme à la dynastie régionale des Tahirides, ainsi que quelques parties au nord de l’Inde et de l’ouest de l’Iran, atteignant presque Bagdad. Son frère `Amr ben Layth lui succéda, mais l’empire saffaride ne devait pas durer longtemps, certaines principautés reprenant leur autonomie en attendant d'être bientôt soumises à l'empire ghaznévide naissant.