XVIIe siècle en sport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chronologie du sport


Billard[modifier | modifier le code]

  • 1630 : le roi de France Louis XIII autorise l’installation de 120 billards publics à Paris. Le but du roi n’est pas de promouvoir spécialement le jeu de billards, mais plutôt d’offrir une alternative au jeu de paume.

Boxe[modifier | modifier le code]

  •  : première trace d’un match de boxe anglaise outre-Manche. Le duc d'Albemarle tient lieu d’organisateur d’un combat opposant son boucher à son footman ; le boucher s’impose.

Calcio florentin[modifier | modifier le code]

  • 1607 : proclamation en Italie d’une loi visant au maintien de l’ordre pendant les matches de Calcio : « Tous les spectateurs doivent rester à leur place ; personne ne doit pénétrer sur le terrain de jeu. Les contrevenants doivent être appréhendés et punis d’une amende. »
  • 1676 : Tommaso Rinuccini édite une Mise en garde contre le déclin du calcio regrettant que le jeu n’était plus pratiqué par les jeunes.
  •  : grande partie de Calcio entre une équipe « européenne » et une équipe « asiatique ». Les Européens s’imposent.

Cricket[modifier | modifier le code]

  • 1620 : Cromwell est dénoncé pour avoir pris part à un match de cricket. Une fois au pouvoir, Cromwell renforcera l’interdiction du cricket…
  • 1646 : première mention de la pratique des paris à l’occasion d’un match de cricket en Angleterre.
  • 1680 : première trace écrite de la présence d’un Umpire (arbitre) pour un match de cricket en Angleterre.

Football / Soule[modifier | modifier le code]

  • 1615 : nouvelle proclamation du maire de Londres rappelant l’interdiction de la pratique du football (soule) dans la ville.
  • 1686 : le Parlement de Bretagne rappelle l’interdiction de la pratique de la soule, « ce jeu maudit ».

Golf[modifier | modifier le code]

Jeu de paume[modifier | modifier le code]

  • 1604 : publication en Angleterre de The View of France de Sir Robert Dallington (1561-1637). À la suite d'un séjour en France en 1598, ce maître d’école anglais nous livre un tableau (évidemment) très critique. Le goût pour le sport des Français étonne ainsi beaucoup, « Les Français naissent une raquette à la main », et l’auteur n’est pas avare de critiques car le sport est avant tout perçu par les Anglais d’alors, dans la plus pure tradition de Pline le Jeune, comme une perte de temps…. Paris compte, il est vrai, pas moins de 1.800 salles et terrains en plein air de jeu de paume ! Passion française par excellence, la paume se mue alors en authentique raz-de-marée. Dallington nous précise que la France est « un pays semé de jeux de paume, plus nombreux que les églises et des joueurs plus nombreux que les buveurs de bière en Angleterre. »
  • 1610 : les paumiers se constituent en corporation. Les abus du raz-de-marée du jeu de paume en France se devaient d’être corrigés. Certains paumiers peu scrupuleux n’hésitaient en effet pas à bourrer leurs éteufs de pierres provoquant des accidents, parfois mortels. Le frère de Montaigne décède ainsi. De nombreuses salles sont fermées tandis qu’une réglementation stricte (c’est le principe même d’une corporation) encadre désormais la production d’éteufs et autres raquettes.
  • 1612 : par lettres patentes de Louis XIII, le nombre des salles de jeu de paume est une nouvelle fois drastiquement réduit.
  • 1657 : 114 salles de jeu de paume sont recensées à Paris. La paume reste encore le sport roi du moment, mais il est déjà en net recul sous les coups portés par Louis XIII.
  • Novembre 1676 : Louis XIV confirme l’autorisation d’installer des tables de billard dans les salles de jeu de paume. Le Roi Soleil préférait en effet le billard à la Paume. Déjà en perte de vitesse, le jeu de paume est désormais boudé par la Cour…
  • 1686 : construction de la salle de jeu de paume du château de Versailles. 103 ans plus tard, c’est là que les députés du tiers état prêteront le fameux « serment du Jeu de Paume » (20 juin 1789).

Joute nautique[modifier | modifier le code]

Sport hippique[modifier | modifier le code]

  •  : première course de chevaux moderne organisée à Paris. Deux cavaliers s’affrontent sur un parcours dans le Bois de Boulogne. L’arrivée est jugée au château de Madrid en présence du jeune Louis XIV.
  •  : Louis XIV offre 1 000 pistoles de prix aux vainqueurs des trois courses de chevaux organisées dans la plaine d’Achères.
  • 1er juillet 1700 : réunion de courses hippiques organisée à Saint-Germain-en-Laye en présence de Louis XIV et du roi Stuart d’Angleterre en exil.

Tir à l'arc[modifier | modifier le code]

  • 1673 : première édition du grand tournoi de tir à l’arc « Ancien Scorton Arrow » qui se tient dans le Yorkshire. Cette compétition est toujours disputée aujourd’hui.

Notes et références[modifier | modifier le code]