Wouri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

4° 05′ 00″ N 9° 42′ 00″ E / 4.08333, 9.7

Page d'aide sur les redirections Pour les autres significations, voir Wouri (département).
Wouri
embouchure du Wouri au niveau de Douala
embouchure du Wouri au niveau de Douala
Caractéristiques
Longueur 160 km
Bassin 11 700 km2
Bassin collecteur Wouri
Débit moyen ?
Cours
Source Confluence Nkam et Makombé
· Coordonnées 4° 34′ 11″ N 10° 09′ 49″ O / 4.56972, -10.16361 (Source - Wouri)
Embouchure Océan Atlantique
· Localisation Douala
· Altitude 0 m
· Coordonnées 4° 05′ 00″ N 9° 42′ 00″ E / 4.08333, 9.7 (Embouchure - Wouri)
Géographie
Pays traversés Drapeau du Cameroun Cameroun

Le Wouri est un fleuve camerounais dont l'estuaire est situé à Douala.

Origines du nom[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, le puissant roi Ebokea Bodjongo'A Mbedi règne sur la côte atlantique de part et d’autre du « fleuve d'Ewodi » — en réalité le fleuve Sawa (du littoral) est alors appelé « Mundja Mw'Ewodi », soit « fleuve d'Ewodi » en langue duala, Ewodi étant la localité fluviale qui abrite son lit[Quoi ?] — et, dans le domaine de ce roi, se trouve Bodjomgo, que l'on situe à l'emplacement de l'actuel quartier administratif Bonanjo ; à cet endroit, il rassemble les peuples de cette côte autour du cercle du Ngondo pour vénérer le fleuve d'Ewodi au travers de rites aquatiques et pour organiser des échanges culturels, juridiques et socio-économiques.

En 1472, les marins du navigateur portugais Fernando Pó entrent dans l'estuaire du Wouri, s'extasient devant l'abondance des crevettes dans le cours d'eau qu'ils nomment en conséquence Río dos Camarões, ce qui signifie en français « rivière (ou fleuve) aux crevettes ». Ainsi, du XVIe siècle au début du XXe siècle, le Wouri est connu sous le nom Camarões (« crevettes » en portugais), d'où le nom actuel de la nation Cameroun[N 1].

Pendant la colonisation du Cameroun par les Allemands — de la fin du XIXe siècle au début de la Première Guerre mondiale —, les colons allemands changent de nombreux mots du vocabulaire local qu'ils interprètent à leur façon : « éwodi » est transformé en « wouri », mot qui n'a pas d'étymologie locale ; c’est ainsi que « Mundja Mw'Ewodi » — le fleuve d’Ewodi — devient « le fleuve Wouri ».

Réseau hydrographique du Wouri.

Cours[modifier | modifier le code]

Le bassin du Wouri à Douala — 11 700 km2 — est drainé par deux affluents principaux :

Au confluent de ces deux rivières, le cours d'eau prend le nom de Wouri. À Nono, en aval de Yabassi, le Wouri reçoit un affluent important : la Dibombé, qui draine le flanc sud du Manengouba, les Monts Koupé près de Loum et la région de Mbanga.

Le bassin du Wouri à Yabassi a une superficie[2] de 8 250 km2.

La pente moyenne du Wouri-Nkam, obtenue après élimination est de 5,7 m/km.

Le pont du Wouri[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pont sur le Wouri.
vignette

Pendant la période coloniale française un pont[3] a été construit de 1952 à 1954 par des entreprises françaises[N 2], reliant Bonabéri à la ville de Douala.

Ce pont subit des travaux de réhabilitation depuis . La première partie du plan de travail adopté a été de diviser le pont en deux ; les voitures circulent ainsi sur la partie droite, la partie gauche étant au soin des ingénieurs. Les taxis, moto-taxis (appelés benskins, prononcer « ben-sikin ») et trains ont l'obligation de ne pas circuler entre h du matin et 21 h pour un meilleur trafic. Malgré cela, il subsiste quand même des embouteillages qui pénalisent les habitants qui veulent se rendre de l'autre côté du fleuve.


Le « pont » du Wouri est d'une importance économique capitale pour tout l'Ouest camerounais. L'activité de Bonaberi, qui regroupe nombre d'entreprises importantes (concessionnaires automobiles, PME/TPE...) et nombre de salariés faisant quotidiennement l'aller-retour vers le centre de Douala, serait directement asphyxiée par un « écroulement » du pont. Mais au-delà, c'est tout l'ensemble des échanges avec l'Ouest du pays, qui risquerait l'étouffement. Il est à préciser que l'Ouest Bamileké du Cameroun est le grenier alimentaire nourricier de ce pays. De ce fait, la présence d'un pont sur le Wouri évite un long détour d'environ 600 km par Yaoundé, au lieu de 280 km en situation normale. Des analyses prédisent d'autre part qu'un pont supplémentaire serait nécessaire sur le Wouri pour fluidifier la traversée et éviter la congestion ou paralysie qu'engendrerait une éventuelle mise hors service du pont unique.

Messager du Ngondo sur le Wouri

Événement culturel[modifier | modifier le code]

La fête de l'eau (le ngondo) réunit chaque année en décembre, sur les berges du fleuve Wouri, dans la région du Littoral, plus de deux cent mille personnes venues assister à des défilés carnavalesques, des courses de pirogues[5] et des rites sacrés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Camarões, qui veut donc dire « crevettes », est encore aujourd’hui le nom qui désigne le pays en portugais, cf. Camarões dans la Wikipédia portugaise.
  2. La Société de construction des Batignolles et la Compagnie industrielle de travaux publics[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Actes des états généraux de développement du Nkam [1].
  2. Régime hydraulique du fleuve Wouri et estimation des apports reçus par l'estuaire et la mangrove du Wouri, ORSTOM, J.C. Olivry [2].
  3. http://fr.structurae.de/structures/data/index.cfm?id=s0033733.
  4. Pierre Billard, Le Cameroun fédéral, vol. 2, Imprimerie des beaux-arts, 1968.
  5. M. P. Harter, « Les courses de pirogues coutumières chez les Dualas ou pembisan à myoloo Duala », Revue d’Études camerounaises, 1960, p. 33-45.