Bonabéri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bonabéri
Douala IV
Bonabéri
Route nationale 3
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Région du Littoral
Maire
Mandat
Dr Edouard Hervé Moby Mpah
2020 - 2025
Démographie
Population 395 536 hab.
Densité 11 301 hab./km2
Géographie
Coordonnées 4° 04′ 44″ nord, 9° 40′ 00″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 20 m
Superficie 3 500 ha = 35 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Littoral
Voir sur la carte administrative du Littoral
City locator 14.svg
Bonabéri
Douala IV
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Bonabéri
Douala IV
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Bonabéri
Douala IV

Bonabéri, se confond avec la commune d'arrondissement de Douala IV, subdivision de la ville de Douala[1]. La mairie a pour siège le quartier Bonassama. C'est un arrondissement mixte, mêlant zone industrielle, quartiers résidentiels et habitat spontané.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation.

Située sur une presqu'île faisant face aux autres arrondissements de Douala et Reliée aux arrondissements de l'est par un double pont sur le fleuve, Bonaberi s'étend sur la rive droite de l'estuaire du Wouri entre les quartiers de Bonassama sur la pointe sud de la presqu'île et les confins du département du Moungo dans les quartiers Bonjongo, Ndobo et Bonendale. Bonaberi est desservie par deux routes principales, la nationale 3 dite "Nouvelle Route" et l'ancienne route Douala-Nkongsamba.

Communes limitrophes de Bonabéri
Dibombari Dibombari Douala V
Tiko Bonabéri Douala I
Douala VI Bouches du Wouri

Histoire[modifier | modifier le code]

Gare à Bonaberi (1900-1908)

Il est nommé « Hickory Town »[2] par les premiers explorateurs de la côte du Cameroun. Les Bonabéri et le Bonanjo font partie du même clan Douala. La commune d'arrondissement de Douala IV est créée en 1987 comme subdivision de la Communauté urbaine de Douala[3].

Administration[modifier | modifier le code]

La commune d'arrondissement est dirigée par un maire depuis 1987[4].

Maires de Douala IV
Période Identité Parti Notes
2020 - 2025 Edouard Hervé Moby Mpah RDPC Docteur en médecine et enseignant
2013 - 2020 Frédéric Amond Koum Elangue RDPC homme d'affaires
2007 - 2013 John Ndangle Kumase SDF
2002 - 2007 Gabriel Fandja RDPC
1996 - 2002 Isaac Kwemo SDF homme d'affaires
1987 - 1996 El Hadj Tanko Amadou RDPC chef traditionnel, homme d'affaires

Chefferies traditionnelles[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Douala IVe est le siège de l'une des six chefferies traditionnelles de 1er degré du département du Wouri [5] :

  • Chefferie Belle Belle

Quartiers[modifier | modifier le code]

La commune est constituée de deux groupements pour 20 quartiers :

Douala Ville[modifier | modifier le code]

  • Bonendale 2
  • Besseke
  • Bilingue
  • Bonamatoumbe Ville
  • Bonambappé
  • Bonaminkano
  • Bonassama
  • Grand Hangar
  • Mambanda
  • Ndobo
  • Ngwele
  • Nkomba
  • Sodiko Ville

Bele Bele[modifier | modifier le code]

  • Bojongo
  • Bonamatoumbe Village
  • Bonendale I
  • Bonendale II
  • Djebale I
  • Djebale II
  • Sodiko Village
Berges du Wouri

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Bonabéri compte 7 établissements secondaires publics dont 6 lycées et 1 collège, 2 sont francophones et cinq bilingues[6].

  • CES bilingue de Bonassama
  • Lycée bilingue de Bojongo
  • Lycée bilingue de Bonaberi
  • Lycée bilingue de Mambanda
  • Lycée bilingue de Sodiko
  • Lycée polyvalent de Bonaberi
  • Lycée technique de Bonaberi

Cultes[modifier | modifier le code]

Plusieurs lieux de cultes sont présents dans la ville tels les églises catholiques et les temples protestants. Les neuf paroisses catholiques, Saint-Louis de Bonabéri, Notre-Dame de l'Amour de Ngwelé, Saint Grégoire de Ndobo, Saint Joseph de Bonendalé, Saint-Pierre de Grand Hangar, Saint Gabriel Archange de Mpanjo, Saint Philippe du Quartier bilingue, Notre-Dame du Rosaire de Mambanda, Saint-Thimothée de Sodiko-Ville relèvent de la doyenné Wouri VIII de l'Archidiocèse de Douala[7],[8]. Les temples, tels que, Triumphant Baptist Church, EEC Grand-Hangar représentent diverses dénominations protestantes. Le culte musulman est établi à la mosquée centrale de Mambanda.

Économie[modifier | modifier le code]

La zone industrielle de Douala Bonabéri (ZIBO) d'une superficie 192 ha s'étend sur les rives du fleuve Wouri en aval du pont. Elle constitue une zone industrielle diversifiée de 70 entreprises de différents secteurs : aciérie, agro-alimentaire, bâtiment et travaux publics, brasseries, cimenterie, concession automobile, engrais et pesticides, métallurgie, scierie, tannerie, traitement des déchets[9].

  • Cimenteries du Cameroun, usine de broyage à Bonabéri.
  • Toyota
  • Volvo
  • OK plastics Cameroon, usine de fabrication de produits plastiques
  • SOTICAM, usine agroalimentaire
  • Sources du Pays
  • COMETAL, usine métallurgique
  • Sika Cameroun, entreprise de matériaux de construction.
  • Cimenteries d'Afrique

Vues de Bonabéri[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à Bonabéri[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Benjamin Lissom Lissom, All Africa, Bonaberi, une ville dans la ville, 26 novembre 2003
  2. « Douala a la mémoire dans la peau », sur www.cameroon-tribune.cm (consulté le )
  3. CVUC, Décret 87-1366 du 24 septembre 1987
  4. Osidimbea, Commune d'arrondissement de Douala 4
  5. Ministère de l'administration du territoire Annuaire statistique 2015
  6. Schoolmap Cameroon, Arrondissement de Douala IV (consulté en 2021)
  7. (en) GC Catholic, Église Saint Pierre, Bonabéri, Gabriel Chow, Toronto, Canada
  8. Osidimbea, Wouri VIII
  9. Mission d'Aménagement et de Gestion des zones industrielles, Zone Industrielle de Douala-Bonabéri

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Kengne Fodouop, Bonaberi dans Douala : autonomie et interdépendance, Université Bordeaux 3, 1977, 299 p. (thèse de 3e cycle de géographie)