Wladimir Rabinovitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rabinovitch.
Wladimir Rabinovitch
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Wladimir Rabinovitch (Vilna (Lituanie), 1906 - 1981), connu sous le pseudonyme de Rabi, est un juriste et écrivain français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Immigré à Paris en 1910, Wladimir Rabinovitch devient avocat en 1930. En 1938, il épouse une grenobloise, Germaine Boniface, professeur à Briançon, qui lui fait découvrir la montagne. Radié du barreau en 1940 pour son origine juive, il est réintégré en 1944 mais devient magistrat, profession qu'il exerce jusqu'en 1973, à Die puis à Briançon.

Écrivain, auteur d’essais et de pièces de théâtre, critique littéraire, son œuvre professionnelle est consacrée principalement au droit de la montagne et son œuvre littéraire au judaïsme et à son expérience pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, par ses articles et ses prises de position, il parvient à mobiliser l'opinion en faveur des enfants Finaly, en même temps qu'il fut, avant même le dénouement de l'affaire, son historien. Historien du judaïsme, il avait publié dans le Monde, sous le nom de Wladimir Rabi, plusieurs points de vue sur le sionisme et le conflit israélo-arabe[2]. Il est un des premiers soutiens de Pierre Goldman[2]. Wladimir Rabinovitch meurt en 1981 dans un accident de la route[Où ?].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • « Anatomie du judaïsme français », Minuit 1962
  • « Pierre Goldman, l’homme qui est entré dans la loi », La pensée sauvage 1976
  • « Un peuple de trop sur la terre ? », Presses d’aujourd’hui 1979
  • « Les sports de montagne et le droit », Éditions techniques 1980
  • « Jacques Bidalou dans le cercle de craie », sur Revue Esprit,
  • « La vierge aux cravates »
  • « Le journal d’un juge »
  • « Pour saluer Emilie Carles », éditions Transhumances
  • « Le Drame du Cervin (évocation radiophonique) », éditions Transhumances
  • « L’affaire Finaly. Des faits. Des textes. Des dates. », éditions Transhumances
  • « Journal de l’Occupation » (tome 1 - 1940-1942) et (tome 2 - 1942-1944), éditions Transhumances
  • « Journal de l’Occupation, de la Libération et de l’après-guerre (tome 3 - 1944-1947) », éditions Transhumances
  • « Chroniques briançonnaises », éditions Transhumances

Sources[modifier | modifier le code]

  1. « Wladimir Rabinovitch (1906-1981) », sur éditions Transhumances (consulté le 8 août 2011)
  2. a et b Casamayor, « Écrivain, philosophe et juriste, Wladimir Rabinovitch est mort. Un juste », sur Le Monde,