Wladimir Rabinovitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wladimir Rabinovitch
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Wladimir Rabinovitch (Vilna (Lituanie), 1906 - 1981), connu sous le pseudonyme de Rabi, est un juriste et écrivain français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Immigré à Paris en 1910, Wladimir Rabinovitch devient avocat en 1930. En 1938, il épouse une grenobloise, Germaine Boniface, professeur à Briançon, qui lui fait découvrir la montagne. Radié du barreau en 1940 pour son origine juive, il est réintégré en 1944 mais devient magistrat, profession qu'il exerce jusqu'en 1973, à Die puis à Briançon.

Écrivain, auteur d’essais et de pièces de théâtre, critique littéraire, son œuvre professionnelle est consacrée principalement au droit de la montagne et son œuvre littéraire au judaïsme et à son expérience pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, par ses articles et ses prises de position, il parvient à mobiliser l'opinion en faveur des enfants Finaly, en même temps qu'il fut, avant même le dénouement de l'affaire, son historien. Historien du judaïsme, il avait publié dans « le Monde », sous le nom de Wladimir Rabi, plusieurs points de vue sur le sionisme et le conflit israélo-arabe[2]. Il est un des premiers soutiens de Pierre Goldman[2]. Wladimir Rabinovitch meurt en 1981 dans un accident de la route[Où ?].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • « Anatomie du judaïsme français », Minuit 1962
  • « Pierre Goldman, l’homme qui est entré dans la loi », La pensée sauvage 1976
  • « Un peuple de trop sur la terre ? », Presses d’aujourd’hui 1979
  • « Les sports de montagne et le droit », Éditions techniques 1980
  • « Jacques Bidalou dans le cercle de craie », sur Revue Esprit,
  • « La vierge aux cravates »
  • « Le journal d’un juge »
  • « Pour saluer Emilie Carles », éditions Transhumances
  • « Le Drame du Cervin (évocation radiophonique) », éditions Transhumances
  • « L’affaire Finaly. Des faits. Des textes. Des dates. », éditions Transhumances
  • « Journal de l’Occupation » (tome 1 - 1940-1942) et (tome 2 - 1942-1944), éditions Transhumances
  • « Journal de l’Occupation, de la Libération et de l’après-guerre (tome 3 - 1944-1947) », éditions Transhumances
  • « Chroniques briançonnaises », éditions Transhumances

Sources[modifier | modifier le code]

  1. « Wladimir Rabinovitch (1906-1981) », sur éditions Transhumances (consulté le 8 août 2011)
  2. a et b Casamayor, « Écrivain, philosophe et juriste, Wladimir Rabinovitch est mort. Un juste », sur Le Monde,