Wilhelm Lenz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wilhelm Lenz
Defaut 2.svg
Informations
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Employeur

Wilhelm Lenz ( à Francfort-sur-le-Main, Allemagne à Hambourg, Allemagne) était un physicien allemand connu pour ses travaux sur le modèle d'Ising[1] et pour son application du vecteur de Runge-Lenz à l'ancien traitement quantique des atomes hydrogénoïdes[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1906, Lenz est diplômé de la Klinger-Oberralschule, une école secondaire non classique de Francfort et va étudier les mathématiques et la physique à l'Université de Göttingen. De 1908 à 1911, Lenz suit l'enseignement de Arnold Sommerfeld à l'Université de Munich et obtient son doctorat[3] le 2 mars 1911. Après sa soutenance il reste à l'Université et devient l'assistant de Sommerfeld le 1er avril 1911. Il obtient son habilitation à diriger des recherches le 20 février 1914, devenant Privatdozent le 4 avril 1914.

Durant la Première Guerre mondiale, il sert en tant qu'opérateur radio en France et est récompensé de la Croix de fer de deuxième classe en 1916. À partir du , il est de nouveau assistant de Sommerfeld à l'Institut de physique théorique de l'Université de Munich et obtient le titre de professeur le 11 novembre 1920. Le 1er décembre 1920, il devient professeur à l'Université de Rostock.

De 1921 jusqu'à sa retraite en 1956, il est à l'Université de Hambourg, comme professeur de physique théorique et directeur de l'Institut de physique théorique[4],[5],[6],[7].

La création de la nouvelle chaire et de l'Institut de physique théorique à Hambourg était la conséquence des avancées allemandes en physique atomique et mécanique quantique et de l'intervention personnelle de Sommerfeld qui aida beaucoup de ses étudiants à obtenir un poste de professeur[8].

À Hambourg, Lenz eut pour élèves Ernst Ising et J. Hans D. Jensen ; ses assistants incluaient Wolfgang Pauli[9], Pascual Jordan[10] et Albrecht Unsöld[11]. Avec Pauli et Otto Stern, Lenz fit de l'Institut un centre international sur la physique nucléaire. Ils maintenaient d'étroites relations personnelles et scientifiques avec les instituts de physique théorique de Munich (Sommerfeld), Göttingen (Max Born) et Copenhague (Niels Bohr)[7],[6].

À la retraire de Lenz en 1956, Harry Lehmann lui succède.

Livre[modifier | modifier le code]

  • Wilhelm Lenz Einführungsmathematik für Physiker (Verlagsanstalt Wolfenbüttel, 1947)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) W Lenz, « Beiträge zum Verständnis der magnetischen Eigenschaften in festen Körpern », Physikalische Zeitschrift, vol. 21,‎ , p. 613–615
  2. (en) W Lenz, « Über den Bewegungsverlauf und Quantenzustände der gestörten Keplerbewegung », Zeitschrift für Physik, vol. 24,‎ , p. 197–207
  3. (en) Lenz – Mathematics Genealogy Project. 1911 Titre de mémoire : Über das elektromagnetische Wechselfeld der Spulen und deren Wechselstrom-Widerstand, Selbstinduktion und Kapazität.
  4. Mehra, Volume 1, Part 1, p. 334.
  5. (en) Author Catalog: Lenz – American Philosophical Society
  6. a et b (en) Lenz - ETH Zurich
  7. a et b (en) Lenz Biography – Litten
  8. D'autres exemples à côté de celui de Lenz : Peter Debye à l'Université de Zurich, Adolf Kratzer à l'Université de Münster et Erwin Fues à l'Université de StuttgartPaul Peter Ewald ancien élève de Sommerfeld également était déjà en place. Quand ils furent appelés à d'autres opportunités ces personnes devinrent effectivement des prolongements de l'Institut de physique théorique de Sommerfeld. Voir Mehra, Volume 1, Part 1, 1982, p. 335 and Mehra, Volume 5, Part 1, 2001, p. 249.
  9. Pauli commença comme Hilfsassistent de Lenz à Hambourg le 1er avril 1922. Il y obtint également son HDR.
  10. En 1923, Jordan arrive à l'Université de Göttingen et aide Max Born à fonder la formulation matricielle de la mécanique quantique en 1925, à partir d'un article de Werner Heisenberg donné à Born en juillet de cette année pour relecture et publication.
  11. Unsöld était un ancien doctorant de Sommerfeld qui fut diplômé en 1927. Voir (en) Unsöld – Mathematics Genealogy Project.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Mehra, Jagdish, and Helmut Rechenberg The Historical Development of Quantum Theory. Volume 1 Part 1 The Quantum Theory of Planck, Einstein, Bohr and Sommerfeld 1900 – 1925: Its Foundation and the Rise of Its Difficulties. (Springer, 2001) (ISBN 0-387-95174-1)
  • Mehra, Jagdish, and Helmut Rechenberg The Historical Development of Quantum Theory. Volume 1 Part 2 The Quantum Theory of Planck, Einstein, Bohr and Sommerfeld 1900 – 1925: Its Foundation and the Rise of Its Difficulties. (Springer, 2001) (ISBN 0-387-95175-X)
  • Mehra, Jagdish, and Helmut Rechenberg The Historical Development of Quantum Theory. Volume 5 Erwin Schrödinger and the Rise of Wave Mechanics. Part 1 Schrödinger in Vienna and Zurich 1887-1925. (Springer, 2001) (ISBN 0-387-95179-2)