Westland Whirlwind (avion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Westland Whirlwind.
Westland Whirlwind
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : Royaume-Uni Westland Aircraft
Rôle Avion de chasse
Premier vol
Mise en service
Date de retrait
Nombre construits 114
Équipage
1
Motorisation
Moteur Rolls-Royce Peregrine
Nombre 2
Type moteur à piston 12 cylindres en V refroidis par liquide
Puissance unitaire 885 ch
Dimensions
vue en plan de l’avion
Envergure 13,72 m
Longueur 9,83 m
Hauteur 3,53 m
Surface alaire 23 m2
Masses
À vide 3 770 kg
Avec armement 4 697 kg
Maximale 5 175 kg
Performances
Vitesse maximale 579 km/h
Plafond 9 240 m
Vitesse ascensionnelle 474 m/min
Rayon d'action 1 300 km
Rapport poids/puissance 0,28 kg/ch
Facteur de charge 204
Armement
Interne 4 canons Hispano de 20 mm avec 60 coups chacun
Externe 2 bombes de 115 kg ou une de 230 kg

Le Westland Whirlwind fut le premier avion de chasse monoplace bimoteur de la Royal Air Force (RAF) construit par Westland Aircraft.

Apparu à la fin des années 1930 et doté de bonnes caractéristiques de base, il aurait pu connaître une belle carrière pendant la Seconde Guerre mondiale. Cependant, des problèmes de développement du moteur Rolls-Royce Peregrine retardèrent le projet et un nombre relativement réduit d'exemplaires furent finalement construits. Seulement deux escadrilles de la RAF ont été équipées du Whirlwind et malgré une utilisation réussie en tant que chasseur-bombardier, il fut retiré du service actif en .

Origines[modifier | modifier le code]

Prototype Westland Whirlwind
Westland Whirlwind 263 Sqn Exeter, banking awf cam, fighter paint 1940nov27-crop.jpg

L'origine du concept du Whirlwind, c'est-à-dire de chasseur équipé de canons, prend sa source dans la philosophie de construction des nouveaux chasseurs de la RAF du milieu des années 1930. Avec la disparition des chasseurs biplan, l'augmentation de la vitesse d'attaque des avions et donc de la baisse d'opportunités de tirs sur sa cible, il s'avérait nécessaire d'augmenter la puissance de feu minimale par avion. Au lieu d'un minimum de deux mitrailleuses, la RAF spécifia que ces appareils devaient en avoir huit ! Dans un même temps, il fut reconnu que des canons comme le Hispano-Suiza HS-404 de 20 mm qui tirait des obus explosifs était aussi une bonne piste pour augmenter la puissance de feu et un certain nombre de demandes furent formulées pour élaborer un avion équipé de quatre de ces canons.

Mais suivant les concepts de l'aviation de l'époque, seuls les avions de "petite corpulence" étaient suffisamment agiles pour évoluer comme chasseur. En suivant ce principe, un chasseur équipé de canons aurait donc eu un espace limité pour le carburant et n'aurait pu servir que pour des opérations de défense ou d'interdiction à la vue de son autonomie… C'est dans ce cadre là, que l'idée d'un chasseur bimoteur apparue comme étant la meilleure solution. Mais la charge représentée par le carburant nécessaire aurait représenté un net handicap dans un combat aérien contre des chasseurs monomoteur. Cependant, l'Allemagne nazie et les États-Unis menèrent des programmes similaires qui engendrèrent le Messerschmitt Bf 110 allemand et le Lockheed P-38 Lightning américain.

Conception[modifier | modifier le code]

Whirlwind Mark I du No. 263 Squadron RAF basé à Exeter, en vol au dessus du West Country.
Westland Whirlwind du No 263 Squadron en vol, décembre 1940.
Whirlwindfighterproject FA 18181s.jpg

Le Whirlwind est né de la spécification F.37/35 de 1935 de la Royal Air Force pour un avion de chasse nocturne/diurne monoplace à long rayon d'action semblable au Messerschmitt Bf 110 au Lockheed P-38 Lightning et armé de quatre canons. Six projets (dont trois portant sur des bimoteurs) furent soumis pour répondre à cette spécification : Le Boulton Paul P.88, le Bristol Type 153A, le Hawker F.37/35 (variante du Hawker Hurricane), le Supermarine 312 (Variante du Spitfire), le Supermarine 313 et le Westland P.9. Le projet de Westland remporta l'offre et une commande de deux prototypes fut passée en .

Le prototype vola le et fit forte impression surtout à cause de la grande puissance de feu offerte par ses quatre canons de 20 mm dans le nez. Le Whirlwind se révéla être un avion bien adapté à ses missions (notamment du fait de son armement). Il avait cependant une autonomie assez limitée et, surtout, ses moteurs étaient peu fiables. Le moteur Rolls-Royce Peregrine est en fait un Kestrel gonflé et fragile. Comme le constructeur Rolls-Royce concentrait ses efforts sur le moteur Merlin destiné au Supermarine Spitfire, cela condamnait l'avion à terme. Par ailleurs, et malgré ses volets Fowler, sa vitesse d'atterrissage de 128 km/h lui interdisait néanmoins l'utilisation des terrains courts en herbe.

Les premiers Whirlwind furent livrés à l'été 1940 (en service en juin). La production se termina en . 112 exemplaires furent construits. Seulement deux escadrilles, la 263e et la 137e, l'utilisèrent jusqu'à fin 1943 comme chasseurs d'escorte ou pour des missions d'attaque à basse altitude. En août 1941, la 263e escorta des Blenheims jusqu'à Cologne en plein jour. Le "Whirlibomber" termina sa carrière par des missions de bombardement et d'attaques à la mitrailleuse.

Utilisation opérationnelle[modifier | modifier le code]

Opérations Rhubarb[modifier | modifier le code]

Cet avion a été utilisé dans des attaques sur la presqu'île du Cotentin (Normandie) dans le cadre de missions d'attaque au sol « Rhubarb » où son armement lourd causera bien des dégâts sur des objectifs au sol[1] (à l'automne 1941, 18 trains furent attaqués et 7 locomotives détruites par des attaques de Spitfires, Hurricanes et Whirlwind).

Cargo Munsterland[modifier | modifier le code]

Il fut employé dans la tentative de destruction du cargo briseur de blocus « Munsterland » (Innocents' day) [2].

Il sera utilisé en bombardier en piqué sans grand succès[3].

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes
  1. voir Mickael Simon (2010) p. 14
  2. voir Mickael Simon (2010) pp. 96-127
  3. voir Mickael Simon (2010) P. 199
Bibliographie
  • Mickaël Simon, Combats aériens sur le Côtentin : Missions sans retour et évasions d'aviateurs de la Royal Air Force sur la presqu'île - 1941 - 1943, Cherbourg-Octeville, Editions Isoéte, (ISBN 978-2-35776-004-2).
  • Bingham, Victor. Whirlwind, The Westland Whirlwind Fighter. Shrewsbury, UK: Airlife Publishing Ltd., 1987. (ISBN 1-85310-004-8).
  • Buttler, Tony. British Secret Projects: Fighters and Bombers 1935-1950. Earl Shilton, Leicester, UK: Midland, 2004. (ISBN 1-85780-179-2).
  • Buttler, Tony. "Reap The Whirlwind: Britain's Pioneer Cannon Fighter". Air Enthusiast. No. 99, May/June 2002, pp. 2–16. ISSN 0143-5450.
  • Crawford, Alex and Phil H. Listemann. "Westland Whirlwind Mk.I." (Allied Wings No.4). London: Casemate Pub & Book Dist. Llc, 2008. (ISBN 2-9526381-8-7).
  • Green, William, ed. "Foremost with Four Cannon." Flying Review International', Volume 19, No. 7, April 1964.
  • Green, William. Warplanes of the Second World War, Fighters, Vol. 2. London: Macdonald, 1961.
  • Green, William and Gordon Swanborough. WW2 Aircraft Fact Files - RAF Fighters, Part 3. London: Jane's, 1981. (ISBN 0-7106-0119-0).
  • Hall, Alan W. Westland Whirlwind F.Mk.I (Warpaint Series no.54). Luton, Berfordshire, UK: Warpaint Books, 2006. No ISBN.
  • Heffernan, Terry. "Something Special from Somerset – Part 2". Aeroplane Monthly. Vol. 13, No. 2, February 1985, pp. 60–64. ISSN 0143-7240.
  • James, Derek N. "From High Hopes to Low Level" (Database). Aeroplane Monthly. Vol. 34, No. 5, May 2006, pp. 70–73. ISSN 0143-7240.
  • James, Derek N. "Petter's Nine-Day Wonder" (Database). Aeroplane Monthly. Vol. 34, No. 5, May 2006, pp. 66–69. ISSN 0143-7240.
  • James, Derek N. Westland (Images of England). Gloucestershire, UK: Tempus Publishing Ltd., 1997. (ISBN 0-7524-0799-6).
  • James, Derek N. Westland: A History. Gloucestershire, UK: Tempus Publishing Ltd., 2002. (ISBN 0-7524-2772-5).
  • James, Derek N. Westland Aircraft since 1915. Annapolis, Maryland: Naval Institute Press, 1991. (ISBN 1-55750-921-2).
  • James, Derek N. "Westland's Double Trouble" (Database). Aeroplane Monthly, Vol. 34, No. 5, May 2006, pp. 62–65. ISSN 0143-7240.
  • Mason, Francis K. Royal Air Force Fighters of World War Two, Volume One. Windsor, Berkshire, UK: Hylton Lacy Publishers Ltd., 1969.
  • Mondey, David. Westland (Planemakers 2). London: Jane's Publishing Company, 1982. (ISBN 0-7106-0134-4).
  • Morgan, Eric B. "Westland P.9 Whirlwind." Twentyfirst Profile, Vol. 2, No. 14. New Milton, Hertfordshire, UK: 21st Profile Ltd.
  • Moyes, Philip J.R. Westland Whirlwind (Profile No. 191). London: Profile Publications, 1967.
  • Price, Alfred. "The Vortex from Yeovil: The Story of the Westland Whirlwind Fighter". Air International. Vol. 48 No. 3, March 1995, pp. 157–164. ISSN 0306-5634.
  • Ovcácík, Michal and Karel Susa. Westland Whirlwind: Mk.I Fighter, Mk.I fighter-bomber. Prague, Czech Republic: Mark 1 Ltd., 2002. (ISBN 80-902559-6-5).
  • Richards, Denis. The Hardest Victory: RAF Bomber Command in the Second World War. London: Coronet, 1995. (ISBN 0-340-61720-9).
  • Robertson, Bruce. Westland Whirlwind Described. Dandenong, Victoria, Australia: Kookaburra Technical Publications, 1970. (ISBN 0-85880-004-7).
  • Taylor, John W. R.. Jane's All The World's Aircraft 1982–83. London: Jane's Yearbooks, 1982. (ISBN 0-7106-0748-2).
  • (en) John W. R. Taylor, Combat Aircraft of the World from 1909 to the present, New York, G.P. Putnam's Sons, (ISBN 0-425-03633-2), « Westland Whirlwind ».