Wanuri Kahiu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wanuri Kahiu est une réalisatrice du Kenya.

Parcours[modifier | modifier le code]

Elle naît à Nairobi. En 2001, elle obtient un diplôme BSc en sciences de la gestion de l'université de Warwick. Elle rejoint ensuite le programme de maîtrise en direction de cinéma et télévision de l'université de Californie à Los Angeles. Elle reçoit une distinction en tant que réalisateur à Motion Pictures of America Associates Award and the Hollywood Foreign Press Award[1]. Elle fait partie d'une nouvelle génération du cinéma africain. Son moyen métrage Pumzi est sélectionné au Festival du film de Sundance (dans l'Utah), l’un des principaux festivals du cinéma indépendant[2],[3].

En 2018, son long-métrage Rafiki est sélectionné pour le festival de Cannes, dans la sélection Un certain regard. C'est le premier film kényan jamais sélectionné à Cannes et c'est une histoire d’amour lesbien en Afrique. Il est inspiré du livre Jambula Tree, écrit par Monica Arac de Nyeko et récompensée par le prix Caine 2007. Pour sa réalistrice, il était urgent de faire ce film compte-tenu du climat anti-LGBT en Afrique de l'Est. Cette oeuvre, c'est, pour elle, « la beauté et la difficulté de l’amour, des moments précieux pendant lesquels on s’élève au-delà de nos préjugés ». Sa réalisation a nécessité de « bousculer le cynisme profondément ancré dans la société concernant l’homosexualité à la fois auprès des acteurs, de l’équipe, de mes amis et de ma famille »[2].

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • The Spark that Unites, documentaire
  • Ras Star, court métrage, juin 2007
  • My Sister, My Hero, documentaire
  • From a whisper, 2009. Il gagne 5 récompense à African Movie Academy Awards (AMAA)
  • Pumzi, 2009, moyen métrage, diffusé à Sundance 2010[3],[2].
  • 2018 : Rafiki, long-métrage, présenté au festival de Cannes 2018[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Wanuri Kahiu - Biography », sur dadaproductions.net
  2. a, b, c et d Charlotte Herzog, « Le premier film kényan jamais sélectionné à Cannes est une histoire d’amour lesbien », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. a et b (en) Brendan Seibel, « Kenyan Sci-Fi Short Pumzi Hits Sundance With Dystopia », Wired,‎ (lire en ligne)