Vojislav Šešelj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vojislav Šešelj
Illustration.
Fonctions
Député à l'Assemblée nationale serbe
En fonction depuis le

24 octobre 2000 - 24 février 2003

25 janvier 1993 - 24 mars 1998
Vice-président du Gouvernement de la Serbie
(Vice-Premier ministre)
Président Slobodan Milošević
Premier ministre Mirko Marjanović
Prédécesseur Dragan Tomić
Successeur Nebojša Čović
Biographie
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Sarajevo, Bosnie-Herzégovine, Yougoslavie
Nationalité Serbe
Parti politique Parti radical serbe
Diplômé de Université de Sarajevo
Université de Belgrade
Profession Avocat
Religion Orthodoxe
Site web http://www.vseselj.com/

Signature de Vojislav Šešelj

Vojislav Šešelj (en cyrillique : Војислав Шешељ), né le à Sarajevo (Yougoslavie, aujourd'hui Bosnie-Herzégovine), est un homme politique serbe. Président du Parti radical serbe depuis les années 1990, il a été inculpé des chefs crimes contre l'humanité et de violations des lois ou coutumes de la guerre par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. Acquitté dans un premier temps le puis finalement condamné le [1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Vojislav Šešelj a grandi à Sarajevo et a obtenu un doctorat à l'Université de Belgrade en 1979. Il a été chargé de cours à la faculté des sciences politiques de Sarajevo jusqu'au printemps 1982. En raison de ses prises de position contre des intellectuels bosniaques (Atif Purivatra, Hasan Susic, Omer Ibrahimagic), également enseignants à la faculté de sciences politiques de Sarajevo, qu'il qualifie de « panislamistes » et pour avoir dénoncé le plagiat dont s'est rendu coupable un dirigeant communiste de Sarajevo, Branko Miljus, pour l'obtention de son diplôme universitaire de second cycle, Vojislav Šešelj est exclu de la Ligue des communistes de Yougoslavie le et écarté de l'enseignement au printemps 1982[2]. Au début des années 1980, Vojislav Šešelj fréquente les milieux dissidents à Belgrade. En 1984, les autorités communistes l'ont accusé d'« activités contre-révolutionnaires » et l'ont condamné à huit ans de prison. Les autorités communistes lui reprochent le contenu d'un manuscrit non publié dans lequel il préconise la réorganisation de la fédération yougoslave en quatre républiques : Serbie, Macédoine, Croatie et Slovénie ; ainsi que la suppression des provinces autonomes de Voïvodine et du Kosovo[3]. Il ne purgera qu'un an et dix mois de prison.

Ayant obtenu un passeport en 1989 après trois années d'interdiction, Šešelj se rend aux États-Unis, où le pope Momčilo Đujić, l'un des chefs tchetniks durant la Seconde Guerre mondiale, lui décerne le titre de « voïvode des Tchetniks ». Il est déchu de ce titre en 1998, à cause de sa collaboration avec le Parti socialiste serbe de Slobodan Milošević

Šešelj fonde en le Mouvement libertaire serbe (Srpski slobodarski pokret) avant de rejoindre en le Mouvement serbe du renouveau (Srpski Pokret Obnove). Plus tard, il rompt avec ce parti pour créer le le Mouvement tchetnik serbe (Srpski cetnicki pokret) dont l'objectif est la création d'une Grande Serbie regroupant tous les pays de la Yougoslavie : la Serbie, la Macédoine, le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine, la ville de Dubrovnik, la Dalmatie, la Lika, le Kordun, la Banija, la Slavonie et la Baranja.

Le , le Mouvement tchetnik serbe et la majorité des comités locaux du Parti radical populaire s'unissent pour fonder le Parti radical serbe (SRS). Ce dernier entretient des relations amicales avec le Parti socialiste serbe jusqu'en septembre 1993, quand il se brouille avec Milošević. Šešelj fait plusieurs séjours en prison en 1994 et 1995[réf. nécessaire].

Après s'être rapproché de Milošević, Šešelj a été vice-président du gouvernement serbe entre 1998 et 2000. Lors de la guerre du Kosovo en 1999, son parti fut le seul, après trois mois de bombardements, à refuser de capituler face aux forces de l'OTAN.[réf. nécessaire]

Procédure devant le TPIY[modifier | modifier le code]

Le 23 février 2003, Šešelj se livre au TPIY, qui a retenu contre lui « huit charges de crimes contre l'humanité et six charges de violations des lois et coutumes de la guerre pour sa participation à une entreprise criminelle collective »[réf. souhaitée]. Les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés entre 1991 et 1995, durant la guerre de Croatie en Krajina et Slavonie occidentale, et durant la guerre de Bosnie. Il aurait ainsi participé à la purification ethnique lors de ces conflits.

Il est accusé d'avoir recruté, formé, financé des miliciens serbes qui ont commis des massacres ; d'avoir tenu, en tant que leader ultra-nationaliste, dans les médias ou devant ses troupes, des propos incitant à la violence, à la persécution de civils et au crime ; d'avoir participé à l'élaboration de l'assaut de plusieurs villes en Bosnie, et l'expulsion de leurs habitants non-serbes. Il aurait bénéficié du soutien de Milošević dans ces entreprises[4].

Incarcéré par le TPIY, Šešelj se met en grève de la faim le , car le tribunal voulait lui imposer son avocat à la suite de sa défense basée sur l'obstruction du procès et l'utilisation de sa retransmission sur internet comme tribune pour sa campagne politique[5]. Il est hospitalisé le dans un état physique inquiétant. Finalement, le tribunal lui accorde le droit de se défendre tout seul[6].

Le , le Procureur requiert contre Vojislav Šešelj une peine de 28 ans d'emprisonnement[7].

En , le TPIY décide de dessaisir un des juges du procès de Vojislav Seselj en raison de partialité affichée en faveur de la condamnation de l'accusé[8]. Cet événement constitue une première pour la juridiction internationale[9].

En 2014, à la suite de ses problèmes de santé (cancer du colon), il est libéré pour des raisons humanitaires[10].

Le , la Chambre de première instance du TPIY acquitte Vojislav Seselj de l'ensemble des charges de crimes contre l'humanité et crimes de guerre[11]. La juge Flavia Lattanzi écrit une opinion partiellement dissidente afin de signifier son désaccord avec certains points de la décision[12].

Le , le Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux infirme partiellement le jugement de 1ère instance[13]. Vojislav Šešelj est définitivement reconnu coupable de crimes contre l'humanité constitués par des « persécutions », « expulsions », « transferts forcés » de populations. Condamné à une peine de dix d'emprisonnement, il a, à la date du prononcé du verdict, déjà purgé sa peine (détention provisoire décomptée)[14].

Après sa libération, il reprend les rênes du Parti radical serbe. Ce dernier est cependant marginalisé et « sert tout au plus d’épouvantail sur le flanc droit de M. Vučić », relèvent les journalistes Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin[15].

Divers[modifier | modifier le code]

En 2016, Vojislav Šešelj participe à l'émission de télé-réalité serbe Parovi (en français : « les couples »), programme réalisant des succès d'audience - notamment chez les plus âgés - malgré « l'indignation nationale » provoquée dans le même temps en raison de scènes de violence (par exemple conjugale) et de sexe diffusées 18h/24[16].

En novembre 2018, il est présent sur le plateau d'une émission de télévision serbe, lorsque Ratko Mladić, condamné un an auparavant à la prison à perpétuité par le TPIY, est appelé au téléphone. Ce dernier lui demande alors, sur le ton de la plaisanterie, de venir jouer aux échecs avec lui[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde - L’ultranationaliste serbe Vojislav Seselj condamné en appel pour crimes contre l’humanité https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/04/11/l-ultranationaliste-serbe-vojislav-seselj-condamne-en-appel-pour-crimes-contre-l-humanite_5284065_3214.html
  2. Vojislav Šešelj, Hajka na jeretika, Beograd, ABC Glas, 1991.
  3. Vojislav Šešelj, Demokratija i dogma, Beograd, ABC Glas, 1991.
  4. Charges contre Vojislav Šešelj sur le site du TPI
  5. Claverie Élisabeth, « Bonne foi et bon droit d'un génocidaire », Droit et société, 2009/3 no 73, p. 635-664.
  6. « TPI : Peut-on nourrir de force Šešelj, dont les jours sont désormais en danger ? », B92, 7 décembre 2006
  7. TPIY : 28 ans requis contre Seselj, Le Figaro, 7 mars 2012.
  8. http://www.tpiy.org/sid/11357
  9. TPIY : Vojislav Šešelj fait récuser un juge qu’il accusait de « partialité », balkans.courriers.info, 30 août 2013
  10. Belgrade: arrivée remarquée de l'ultranationaliste Vojislav Seselj, rfi.fr, 13 novembre 2014
  11. « L'ultranationaliste serbe Seselj acquitté de crimes contre l'humanité », sur RTBF Info (consulté le 31 mars 2016)
  12. Résumé des positions de la juge : http://www.icty.org/x/cases/seselj/tjug/en/160331_summary_of_the_partially_dissenting_opinion.pdf
  13. Le Monde - L’ultranationaliste serbe Vojislav Seselj condamné en appel pour crimes contre l’humanité https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/04/11/l-ultranationaliste-serbe-vojislav-seselj-condamne-en-appel-pour-crimes-contre-l-humanite_5284065_3214.html
  14. « MICT-16-99 », sur Nations Unies Mécanisme international appelé à exercer les fonctions résiduelles des Tribunaux pénaux, (consulté le 1er juin 2020)
  15. Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin, « L’autocrate serbe que Bruxelles dorlote », sur Le Monde diplomatique,
  16. Constance Dovergne et Condé Nast Digital France, « Sexe, violence et propagande : « Parovi », télé-réalité la plus trash du monde », sur Vanity Fair, (consulté le 1er juin 2020)
  17. « Depuis sa prison Ratko Mladic donne une interview à une émission serbe », sur BFMTV, (consulté le 9 juin 2020)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]