Vinayak Damodar Savarkar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vinayak Damodar Savarkar
Vinayak damodar savarkar.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Bhagur (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
BombayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Damodar Savarkar (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Frères
Ganesh Damodar Savarkar (en)
Narayan Damodar Savarkar (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Vinayak Damodar Savarkar (appelé Vir ou Veer Savarkar, né le 28 mai 1883 à Bhagur, un village près de Nashik et mort le 26 février 1966 à Nagpur, Maharashtra) est une personnalité politique indienne. Il a développé une idéologie nationaliste qu'il a appelé l'Hindutva.

Bien qu'admettant un héritage culturel lié à l'hindouisme dans le cadre de son patriotisme indien (ou « nationalisme hindou »), Vinayak Damodar Savarkar n'était pas un religieux hindou (Sadhu, Brahmane), mais se revendiquait de l'Athéisme (occidental) [1], [2].

Accusé d'être un fasciste version indienne (par les colons britanniques), Sarvakar récusa toute alliance avec les régimes oppressif, car il s'estimait humaniste, démocrate :

« Dans le conflit des idéologies, les Hindous ont eu des positions parfaitement claires. Nous haïssons le Nazisme et le Fascisme. Nous sommes les ennemis de Hitler et Mussolini. Nous luttons fortement pour notre propre émancipation et nous voulons repousser chaque dictateur qui voudrait essayer de réduire une partie de l'humanité à l'esclavage pour servir les caprices de sa propre mégalomanie. (...) Tout anti-impérialiste doit être un anti-fasciste[3]. »

— Hindu Politics.

Il a étudié en Inde et en Angleterre et a soutenu l'idée d'une révolution par les armes pour obtenir l'indépendance de l'Inde. Il a publié The Indian War of Independence, un texte à propos du soulèvement indien de 1857. Ce texte est interdit par l'Angleterre, alors la puissance coloniale dominant l'Inde. En 1910, il est arrêté à cause de ses relations avec le groupe révolutionnaire India House. Il est condamné à 50 années de prison et enfermé dans la prison des îles Andaman.

En prison il développe sa théorie du nationalisme hindou : l'Hindutva. En 1921 il est remis en liberté à la condition de cesser toute activité révolutionnaire. Il continue néanmoins à défendre l'idée d'une Inde dominée par les Hindous, il voyage et tient des conférences à ce sujet. En 1923, il écrit son essai Essentials of Hindutva. Il a été président du Hindu Mahasabha et une critique véhémente du congrès national indien, en particulier à cause de son acceptation de la partition des Indes. Des critiques à son encontre ont considéré que sa conduite est à l'origine de plusieurs attentats ayant eu lieu sur Mohandas Karamchand Gandhi. Il fut arrêté à cause de cela, mais libéré peu après en raison de l'absence de preuves. Il passe les dernières années de sa vie à travailler sur son concept de l'Hindutva.

NB

[Recueil général de jurisprudence, de doctrine et de législation coloniales augmenté de jurisprudence maritime. La tribune des colonies et des protectorats Année 1911

Pp. 189-193 Tribunal arbitral de La Haye 24 février 1911 (différend entre la France et l’Angleterre)

Le 8 juillet 1910 le paquebot anglais Le Morea fait escale à Marseille. Le prisonnier politique hindou Vinayak Damodar Savarkar, arrêté en mars à Kensington, s’échappe par un hublot et gagne la terre. Après une poursuite il est remis aux Anglais qui s’étaient lancés à sa poursuite par un gendarme maritime français. Le tribunal de La Haye estima que l’Angleterre n’avait pas à rendre le prisonnier politique hindou à la France]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Études sur Savarkar[modifier | modifier le code]

  • Siegfried O. Wolf: Vinayak Damodar Savarkar’s „strategic agnosticism“. A compilation of his socio-political philosophy and worldview. (= Heidelberg Papers in South Asian and Comparative Politics; Working Paper No. 51). Universität Heidelberg, 2002 (Volltext)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]