Quatre chants sérieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vier ernste Gesänge)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quatre chants sérieux (Vier ernste Gesänge), op. 121, est un cycle de quatre lieder pour basse et piano de Johannes Brahms. Il compose l'œuvre à Vienne en 1896 et la dédie à Max Klinger.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1865 et 1868, alors qu'il est encore jeune, Brahms compose Ein deutsches Requiem (Un requiem allemand), sur un ensemble de citations de la Bible dans la traduction de Luther. Son amie Clara Schumann subit un accident vasculaire cérébral, le 26 mars 1896. Brahms complète la composition de cet ensemble le 7 mai suivant, le jour de son anniversaire, en prévision de sa mort[1],[2].

Les textes des trois premiers lieder sont tirés de l'Ancien Testament. Le texte du quatrième lied est emprunté au Nouveau Testament et porte sur la foi, l'espérance et la charité[1].

Titres originaux :

  1. Denn es gehet dem Menschen wie dem Vieh Prediger Salomo, Kap. 3
  2. Ich wandte mich, und sahe an Prediger Salomo, Kap. 4
  3. O Tod, wie bitter bist du Jesus Sirach, Kap. 41
  4. Wenn ich mit Menschen- und mit Engelszungen S. Pauli an die Corinther I., Kap. 13

Sources bibliques :

  1. Denn es gehet dem Menschen [Le sort des fils de l'homme et le sort des bêtes est le même] extrait de l'Ecclésiaste 3 : 19-22.
  2. Ich wandte mich, und sahe an [j'ai vu toutes les oppressions] extrait de l'Ecclésiaste, 4:1-3.
  3. O Tod, wie amer bist du [O mort, que ta pensée est amer] extrait du Siracide (Ecclésiastique) 41:1-2.
  4. Wenn ich mit Menschen [Quand je parlais les langues des hommes et des anges] extrait de la Première épître aux Corinthiens, 1 Corinthiens, 13:1-3,12-13.

Les lieder ont été publiés par Simrock en 1896. Brahms les dédie à Max Klinger. Écrits pour une voix grave, ils ont également été transcrits pour voix aiguë. Ils ont été orchestrés par Detlev Glanert (dont l'orchestration ajoute des préludes de liaison) et Günter Raphael[3].


\version "2.14.2"
\header {
  tagline = ##f
}
%%%% Schubert, Winterreise no. 5 Der lindenbaum / début

%%%%%% VOIX %%%%%
melody = \relative c {
  \clef bass
  \key d \minor
  \time 4/4
  \tempo 4 = 60
  \override TupletBracket #'bracket-visibility = ##f

   s1 s1 d8[ e] f[ e] d4 a8 a d8[ e] f[ g] f4 e d2 r4 s4

}

text = \lyricmode {
  Denn es ge- het dem Mens- chen wie den Vich,
}

%%%%%% PIANO %%%%%
upper = \relative c' {
  \clef treble
  \key d \minor
  \time 4/4
  \override TupletBracket #'bracket-visibility = ##f
 
  \clef bass
  << { \repeat unfold 2 { a4( a a a) } } \\ { d,8[ e] f[ e] d4 a d8[ e] f[ g] f4 e } >>
  \clef treble
  << { \repeat unfold 2 { < a' a, >4( < a a, > < a a, > < a a, >) } } \\ { \repeat unfold 2 { d,8[ e] f[ e] d4 a } } >>
  << { < bes' bes, >4( < a a, > < a a, > < a a, >) } \\ { d,8[ e] f[ e] d4 a } >>
}

lower = \relative c {
  \clef bass
  \key d \minor
  \time 4/4

  << { \repeat unfold 16 { a4 } } \\ { \repeat unfold 4 { d,8[ e] f[ e] d4 a } } >>
  << { bes'4 a a a } \\ { d,8[ e] f[ e] d4 a } >>

}

\score {
  <<
    \new Voice = "mel" { \autoBeamOff \melody }
    \new Lyrics \lyricsto mel \text
    \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"Piano"
      \new Staff = "upper" \upper
      \new Staff = "lower" \lower
    >>
  >>
  \layout {
    \context { \Staff \RemoveEmptyStaves }
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" }
  }
  \midi { }
}

Début du premier lied : « Le sort des fils de l'homme et le sort des bêtes est le même ».

Création[modifier | modifier le code]

La première représentation de l'œuvre est donnée à Vienne, le 9 novembre 1896, en présence du compositeur, par deux artistes hollandais : le baryton Anton Sistermans[4] et le pianiste de vingt ans, Coenraad V. Bos[5]. Brahms s'est rendu dans les coulisses pour remercier Sistermans et Bos pour leur interprétation leur disant qui ils avaient « parfaitement réalisé [ses] intentions »[6]. Deux semaines plus tard, Bos accompagne Raimund von zur-Mühlen dans les quatre lieder. Zur-Mühlen ne pourrait pas atteindre le diminuendo finale comme marqué sur la partition, donc il instruit Bos de continuer le crescendo après la ligne vocale et fini l'œuvre fff (fortissimo), plutôt que le p (piano), tel que Brahms l'indique. Lorsque zur-Mühlen parle à Brahms et lui disant qu'il espérait n'avoir pas intenté à l'esprit de la partition par ce détournement, Brahms a répondu : « Vous avez chanté magnifiquement. Je n'ai rien remarqué de mauvais »[6].

Structure[modifier | modifier le code]

Dans le tableau suivant, la tonalité indiquée est celle de la partition d'origine pour voix grave ; le mouvement et la mesure sont également indiqués. Les liens vers les partitions séparées fournissent la version pour voix aiguë[7].

Détail des Vier ernste Gesänge
no. incipit mouvement tonalité mesure partition analyse
1 Denn es gehet dem Menschen Andante Ré mineur
4/4
[1] « Analyse du lied 1 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 18 mai 2017)
2 Ich wandte mich, und sahe an Andante Sol mineur
3/4
[2] « Analyse du lied 2 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 18 mai 2017)
3 O Tod, wie amer bist du Grave Mi mineur
3/2
[3] « Analyse du lied 3 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 18 mai 2017)
4 Wenn ich mit Menschen Andante con moto et anima Mi bémol majeur
4/4
[4] « Analyse du lied 4 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 18 mai 2017)

Selon Marcel Beaufils[8] « le sort des hommes est le même que celui des bêtes » (Denn es gehet dem Menschen), est :

« lourd, écartelé entre les notes hautes et graves, coulé sur ses deux premières mesures en un geste de peur désormais perpétué par les figures instrumentales, et dont il semble désormais que la voix s'arrache en vain, la terre la gardant prisonnière. C'est une lourde matière, en effet, compacte de ses notes obsessives en pédales, creuses de ses quintes et octaves nues, prisonnière, elle aussi de ce rampement strictement conjoint « fa–sol–la–sol–fa » dont elle ne brisera jamais l’étreinte, prisonnière de ce rythme funéraire enfin, qui bat comme un temps de condamné. »

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Kathleen Ferrier a enregistré Vier ernste Gesänge, en 1947, avec le pianiste Phyllis Spurr et en 1950, avec John Newmark. Un critique a écrit dans le magazine Gramophone[9] :

« La ligne vocale couvre près de deux octaves, certaines d'entre elles se trouvant [?] assez maladroitement pour [?] la voix, mais Mlle Ferrier répond à toutes ses exigences triomphalement — et nulle part plus que dans le merveilleux troisième lied, O Tod, wie bitter bist du, dans laquelle elle couvre magnifiquement les notes aiguës, et dans le dernier lied, à pleine voix, à [?] la grande phrase définie sur les mots « Nun aber bleibet glaube, hoffnung, liebe, diese drei » (Maintenant demeurent la foi, l'espérance, l'amour, ces trois-là). Voici donc [?], nous avons une réalisation majeure de l'art de la chanteuse, une interprétation définitive des grands lieder. »

En 1949, pour un concert radiodiffusé en direct du Royal Albert Hall, elle chante en anglais, une version orchestrée, avec le BBC Symphony Orchestra, sous la direction de Malcolm Sargent.

Hans Hotter enregistre les lieder en 1951, avec le pianiste Gerald Moore, avec d'autres lieder de Brahms et la cantate de Bach BWV 82[10] :

« Dans le sombre lied d'ouverture, le côté musique funèbre est brisé par une section tempêtueuse par laquelle on nous rappelle que Hotter régnait en Wotan pendant un demi-siècle. Il apporte la tonalité sépulcrale appropriée au second lied, où parfois l'immense voix est réduite à un murmure, un effet qui est utilisé avec parcimonie, mais (comme on le fait ici) peut faire fondre les cœurs les plus forts. Dans le troisième lied, Hotter insuffle sa voix avec amertume et le dernier offre un consolant réconfort. Une belle interprétation. »

Dietrich Fischer-Dieskau enregistre les lieder de l'opus 121 à plusieurs reprises, sa première gravure en 1949, pour le label Deutsche Grammophon, accompagné par Hertha Klust. Anne Ozorio le décrit[11] comme

« ...un autre moment clé dans l'histoire du lied. Le chanteur avait à peine 24 ans, mais déjà capturé la profondeur de Brahms, méditation sur la mort. »

Il a enregistré avec Daniel Barenboïm en mars 1972 (449 633-2) et encore avec Jörg Demus. Christian Gerhaher et le pianiste Gerold Huber ont enregistré les lieder en 2002.

Helen Traubel a enregistré les lieder en 1949, accompagné par Coenraad V. Bos[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Vier ernste Gesänge » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b (en) John Palmer, « Vier ernste Gesänge (4), for voice & piano (Four Serious Songs), Op. 121 », Allmusic, (consulté le 21 avril 2012)
  2. The New Grove Dictionary of Music and Musicians, vol. 4, Londres, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-517067-2), p. 200, 218, 226
  3. (en) Gardner David, « Four Serious Songs, Op 121 », Scottish Chamber Orchestra, (consulté le 3 mai 2012)
  4. « Nederlands Muziek Instituut », Nederlandsmuziekinstituut.nl (consulté le 29 mai 2012)
  5. Barbara Owen, The Organ Music of Johannes Brahms, Oxford University Press, (lire en ligne)
  6. a et b (en) Coenraad V. Bos, The Well-Tempered Accompanist, 1949, cité dans Michael Musgrave & Bernard D. Sherman, Performing Brahms: Early Evidence of Performance Style, Cambridge University Press (lire en ligne)
  7. « Lieder für eine Singstimme mit Klavierbegleitung / Brahms, Johannes, 1833–1897 », Indiana University, (consulté le 21 avril 2012)
  8. Beaufils 1956, p. 222-223.
  9. « Schumann : Brahms. Frauenliebe und -leben, Op. 42 : Vier ernste Gesänge, Op. 121. Kathleen Ferrier (contralto), John Newmark (piano). »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Gramophone, (consulté le 22 avril 2012)
  10. (en) Dan Davis, « Bach: Cantata No 82 ; Brahms / Hans Hotter », arkivmusic.com, (consulté le 22 avril 2012)
  11. (en) Anne Ozorio, « Dietrich Fischer-Dieskau: Early Recordings on Deutsche Grammophon », musicweb-international.com, (consulté le 22 avril 2012)
  12. http://www.rootsvinylguide.com/ebay_items/brahms-recital-helen-traubel-soprano-coenraad-bos-piano-10-lp-colombia-ml-2072

Liens externes[modifier | modifier le code]