Viaduc de Saint-Chamas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Viaduc de Saint-Chamas
Image illustrative de l’article Viaduc de Saint-Chamas
Géographie
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Commune Blason de la ville de Saint-Chamas (13).svgSaint-Chamas
Coordonnées géographiques 43° 32′ 33″ N, 5° 02′ 59″ E
Fonction
Franchit la Touloubre
Fonction pont-rail
Caractéristiques techniques
Type Pont en maçonnerie
Longueur 385,4 m
Portée principale m
Hauteur 31 m
Matériau(x) pierre
Construction
Construction 1848
Historique
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1984)
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Viaduc de Saint-Chamas
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Viaduc de Saint-Chamas
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Viaduc de Saint-Chamas

Le viaduc de Saint-Chamas, ou viaduc Saint-Léger, est un viaduc en maçonnerie situé à Saint-Chamas, dans le département des Bouches-du-Rhône, en France. Il supporte la ligne ferroviaire qui relie Avignon à Marseille et franchit la Touloubre.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

On distingue trois périodes dans la construction des ponts en maçonnerie au XIXe siècle en France. Pendant les quarante premières années sont achevés tous les grands ponts routiers nécessaires au bouclage du réseau national. Puis ce fut l’ère des voies ferrées dont les profils contraignants ont conduit à construire un nombre considérable de viaducs en maçonnerie. Et enfin à la fin du siècle, les ponts en maçonnerie trouvent un nouveau souffle (et dernier) grâce à Paul Séjourné[1].

Le viaduc de Saint-Chamas, mis en service en 1848, s’inscrit dans la seconde période. Il a été construit sous la direction de l’ingénieur Gustave Desplaces.

Descriptif[modifier | modifier le code]

D’une longueur totale de 385,40 m[2], le viaduc est composé de 49 arches en plein cintre enchevêtrées, se croisant au tiers de leur hauteur et ressemblant ainsi à une série d’ogives[3]. Sa hauteur maximale est de 31 mètres[2].

Si, au premier abord, le pont peut séduire par sa ligne insolite, un examen attentif suscite le doute sur la pertinence de sa complexité[4]. Cette structure peu rationnelle a assurément permis de diminuer l’épaisseur des voûtes, mais au prix d’un ajout de piles supplémentaires qui n’étaient probablement pas nécessaires. C’est pourquoi la recherche du gain dans l’épaisseur de la voûte n’était peut-être pas le but recherché. Certains ponts de cette époque avaient en effet des intrados de type ogival, mais il en existe peu de similaires au viaduc de Saint-Chamas[2]. Paul Séjourné juge sévèrement cet ouvrage : « C'est cher et laid. Fort heureusement, ces ouvrages saugrenus n'ont pas été imités.[5] »

Protection architecturale[modifier | modifier le code]

Le viaduc a été inscrit Monuments historiques par arrêté du [6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Grattesat (1982), p 97
  2. a b et c Marcel Prade (1988), p 178
  3. Guy Grattesat (1982), p 111
  4. Bernard Marrey, Les ponts modernes : 18e-19e siècles, Paris, Picard, , 319 p. (ISBN 2-7084-0401-6), p. 236-237
  5. Paul Séjourné, Grandes voûtes, t. 5, (notice BnF no FRBNF31348989, lire en ligne), p. 57
  6. Notice no PA00081427, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sous la direction de Guy Grattesat, Ponts de France, Paris, Presses des Ponts et Chaussées, , 294 p. (ISBN 2-85978-030-0)
  • Serge Montens, Les plus beaux ponts de France, Paris, Bonneton, , 199 p. (ISBN 2-86253-275-4)
  • Marcel Prade, Ponts et Viaducs au XIXe siècle, Poitiers, Brissaud, , 407 p. (ISBN 2-902170-59-9)
  • François Caron, Le Patrimoine de la SNCF et des chemins de fer français (2 Tomes), Paris, Flohic Editions, , 971 p. (ISBN 2-84234-069-8)
  • Claudine Cartier, Patrimoine ferroviaire, Paris, Scala, (ISBN 978-2-86656-394-3 et 2-86656-394-8)