Gustave Desplaces

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gustave Desplaces
Naissance 27 octobre 1820
Seyssuel-et-Chasse
Décès 29 mai 1869
Marseille
Nationalité française
Profession
ingénieur
Formation

Compléments

  • Pionnier français des chemins de fer

Gustave Desplaces (Michel Bénigne Charles Gustave Comte Desplaces (1820-1869)), est un ancien élève de l'École polytechnique, Ingénieur en Chef de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM).

Sa contribution au développement du chemin de fer en France et sa participation à l'élaboration d'un grand port moderne sur la Méditerranée en font un acteur de la modernisation de l'outil industriel français sous le Second Empire. Un boulevard à Marseille, des rues à Aix-en-Provence, Tarascon, Beaucaire, Nîmes, Arles et Nice portent aujourd'hui encore son nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gustave Desplaces est né à Seyssuel-et-Chasse[1] le 26 octobre 1820[2], fils de Claude Desplaces et Virginie Pigeot[3].

Entré à l'École Polytechnique en 1838, ce brillant ingénieur est diplômé en 1840 avec un excellent classement (8 sur 120)[4]. Il préside à 22 ans à la Chambre des Pairs, la délégation technique chargée d'établir la première charte des Chemins de fer en France. Il est fait chevalier dans l'Ordre la Légion d'Honneur à l'âge de 33 ans[5].
Le 14 novembre 1855, à Marseille, il épouse Alice Dumalle[6], apparentée du côté de sa mère Julie de Colonjon (1815-1872), aux frères Montgolfier et à Marc Seguin inventeur de la chaudière tubulaire[7].

Adjoint de Paulin Talabot pour la construction de la ligne de chemin de fer de Marseille à Avignon, il jette sur le Rhône en 1852 le premier pont[8] qui, de Beaucaire à Tarascon, relie le Languedoc à la Provence, et réalise la gare Saint-Charles de Marseille[9].

Il meurt à Marseille le 22 mai 1869. Il est inhumé au cimetière Saint-Pierre de Marseille.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ancien nom de la commune qui fut divisée en deux en 1853 lors du découpage administratif de Chasse sur Rhône et Seyssuel
  2. Archives départementales de l'Isère, État Civil, Seyssuel et Chasse / registre des naissances / 1811-1840 9NUM/5E488/9 / vue 99, acte n°37.
  3. AD de l'Isere : du 27 octobre 1820, acte de naissance de Michel Bénigne Charles Gustave Desplaces, fils légitime du sieur Claude Desplaces et de Virginie Pigeot, né hier à midi et demi.
  4. Fiche de Gustave Desplaces dans l'annuaire des anciens élèves de l'X [1].
  5. Dominique Pons, Des docks et des hommes : La véritable histoire des docks de Marseille, Images en Manœuvres, (ISBN 2-908445-68-9), « Desplaces prend la barre », p. 23.
  6. Archives Départementales des Bouches du Rhône, État Civil Marseille, mariages registre 3, vue 9/28
  7. Pierre Échinard, Les débuts du chemin de fer à Marseille, article in revue Marseille, n°216, mars 2007, page 12
  8. Le Cosmos ; revue des sciences et de leurs applications, volume 20, 1869, [p.]347 intégral (consulté le 20 juillet 2011).
  9. [PDF]Lettre électronique (mensuelle) de MIP-Provence, no 3, de février 2004, p. 3, consultée le 16 juillet 2011.
  10. Léon Brisse, Album de l'exposition universelle, impr. l'abeille, 1857 p. 491 intégral (consulté le 20 juillet 2011)
  11. Les Docks de la Joliette à Marseille, sur le site placesonline.fr, consulté le 16 juillet 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]