Viaduc de Chapeauroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Viaduc de Chapeauroux
Image illustrative de l’article Viaduc de Chapeauroux
Géographie
Pays France
Région Languedoc-Roussillon
Département Lozère
Commune Saint-Bonnet-de-Montauroux
Coordonnées géographiques 44° 50′ 23″ N, 3° 44′ 05″ E[1]
Fonction
Franchit Chapeauroux
Fonction Pont ferroviaire
Caractéristiques techniques
Longueur 433 m
Hauteur 17 m
Construction
Construction 1857 - 1870
Ingénieur(s) Ruelle, Dombre et Joubert[2]
Historique
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1984)[3]
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Viaduc de Chapeauroux
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
(Voir situation sur carte : région Occitanie)
Viaduc de Chapeauroux
Géolocalisation sur la carte : Lozère
(Voir situation sur carte : Lozère)
Viaduc de Chapeauroux

Le viaduc de Chapeauroux, ou viaduc du Nouveau-Monde, est un pont ferroviaire en pierre qui enjambe la rivière du Chapeauroux sur la commune de Saint-Bonnet-de-Montauroux en Lozère. Le pont, achevé en 1870, appartient à la ligne des Cévennes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le viaduc se trouve au hameau de Chapeauroux de la commune de Saint-Bonnet-de-Montauroux dans le nord-est du département de la Lozère, à la limite de celui de la Haute-Loire. Les travaux ont été entamés vers 1857 dans le cadre de la construction de la ligne des Cévennes. Mais la Compagnie du Grand Central qui avait obtenu la concession de la ligne fait faillite et le chantier est repris par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) en 1862 qui avait obtenu la concession entre Brioude et La Levade[4]. Ce tronçon ferroviaire, à voie unique, est l'un des plus riches en ouvrages d'art du réseau ferroviaire français[4]. Les ingénieurs de la PLM, MM. Dombre, Ruelle et Joubert, doivent faire passer la ligne dans une zone exigüe, à la confluence de l'Allier et du Chapeauroux tout en la mettant à l'abri des crues violentes de ces deux cours d'eau[4]. Les travaux sont confiés aux entreprises Marigues et Ramon[4] et sont achevés vers le début de 1870, la ligne étant inaugurée le 16 mai de cette année là[4]. Le chantier a permis de retrouver les vestiges du village gaulois de Condate, nom qui signifie "confluent" (celui de l'Allier et du Chapeauroux). Ce village est l'une des trois stations de la via Agrippa en Gévaudan, station que l'on retrouve sur la Table de Peutinger avec Anderitum et Silanum.

L'autre nom du pont, viaduc du Nouveau Monde, vient du nom du camp des ouvriers installé à proximité, dans un lieu alors jamais habité[4].

La construction de la ligne et de ce viaduc imposant dans une région très enclavée marqua durablement la population et les ouvriers du chantier[4]. On retrouve ainsi dans un cimetière proche, le cimetière de Saint-Haon, un caveau en forme des wagonnets utilisés sur le chantier[4].

Le viaduc est inscrit aux Monuments historiques depuis le [3].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Composé de 28 arches de 12 mètres, le viaduc est long de 433 mètres pour une hauteur moyenne de 20 mètres[4]. Il est en courbe, épousant la forme de la vallée, avec un rayon de 260 mètres[4].

Le viaduc débouche au sud sur la gare de Chapeauroux qui sert de gare de croisement de la ligne. Cette gare est aussi une station du train touristique des gorges de l'Allier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. Viaduc de Chapeauroux sur Structurae, consulté le 24/05/2011.
  3. a et b Notice no PA00103914, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. a b c d e f g h i et j Pascal Desmichel et Frédéric Faucon, Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin, Christine Bonneton éditeur, , 167 p. (ISBN 9782862536309), « Chapeauroux: nouveau monde », p. 77 et 78.

Liens externes[modifier | modifier le code]