Véra Zassoulitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vera Zassoulitch)
Aller à : navigation, rechercher
Véra Zassoulitch
Zasulich-vera.jpg

Vera Ivanovna Zassoulitch (1849-1919).

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Domaine
Révolutionnaire (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Véra Ivanovna Zassoulitch (en russe : Вера Ивановна Засулич ; 1849 - 8 mai 1919) est une révolutionnaire russe, successivement anarchiste et nihiliste, puis marxiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née dans une famille de la noblesse, elle fréquente pendant ses études à Saint-Pétersbourg les milieux révolutionnaires estudiantins et est arrêtée en mai 1869 du fait de correspondances échangées avec le nihiliste Serge Netchaïev. Elle est emprisonnée, puis libérée en mars 1871.

Elle s'établit alors à Kharkov, intègre le groupe « Les émeutiers du Sud » qui organise des attentats contre le régime tsariste.

Revenue à Saint-Pétersbourg, elle tire, le 24 janvier 1878, avec un revolver sur le général Fiodor Fiodorovitch Trepov, préfet de police, qui avait fait frapper de verges le révolutionnaire Arkhip Petrovitch Bogolioubov. Trepov est blessé, et Vera passe en jugement le [1],[2]. De façon inattendue, elle est acquittée. La police tente en vain de l'arrêter à la sortie du tribunal. Elle se cache quelque temps chez Anna Philosophova.

Elle se réfugie en Suisse, puis retourne en Russie, où elle milite dans l'organisation Terre et Liberté, mais après la scission de ce mouvement en août 1879, elle participe à la fondation de l'organisation Tcherny Peredel « Partage noir » à Saint-Pétersbourg avec Gueorgui Plekhanov, Pavel Axelrod, Lev Deutsch, Ossip Aptekman et Élisabeth Kovalskaïa.

Elle traduit en russe des ouvrages marxistes et notamment le Manifeste du Parti communiste, édité à Genève en 1882. En 1881 a lieu un échange de lettres entre Vera Zassoulitch et Karl Marx et elle prend ses distances avec l'anarchisme pour adhérer au mouvement marxiste à partir de 1883.

Avec Gueorgui Plekhanov, elle fonde le groupe « Libération du Travail », première organisation marxiste russe, fait partie de l'équipe de rédaction de l'Iskra et prend part au deuxième congrès du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR) à Bruxelles et Londres en juillet-août 1903. Membre du courant menchevik, elle s'oppose avec virulence aux thèses de Lénine.

Elle meurt le , peu de temps après la révolution d'Octobre. Elle est enterrée au cimetière Volkovo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Leonid Grossman (« Au procès de Véra Zassoulith ») 2003, p. 461.
  2. Dans sa biographie de Fiodor Dostoïevski, Leonid Grossman consacre tout un chapitre à ce procès - auquel l'écrivain assista personnellement : son verdict surprenant et les débats de la cour ont directement influencé Les Frères Karamazov.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christine Fauré et Hélène Châtelain, Quatre femmes terroristes contre le tsar, Vera Zassoulitch, Olga Loubatovitch, Élisabeth Kovalskaïa, Vera Figner, collection Actes et mémoires du peuple, éditions Maspero, Paris, 1978, ISBN 2-7071-1042-6 / FR.
  • Leonid Grossman (trad. du russe par Michèle Kahn, préf. Michel Parfenov), Dostoïevski, Paris, Parangon, coll. « Biographies », , 520 p. (ISBN 2-84190-096-7)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]