Utilisateur:Le gorille/Bac à sablebis

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Henri Curiel (né le 13 septembre 1914 au Caire (Égypte) - mort à Paris le4 mai 1978), était un militant communiste, activiste politique et défenseur de la cause du droit des peuples à disposer d'eux-même.

Une jeunesse idéaliste[modifier | modifier le code]

Henri Curiel est un fils de banquier et issu d'une famille juive francophone de nationalité italienne bénéficiant du régime des capitulations, installée dans le pays depuis la Campagne d'Égypte du général Napoléon Bonaparte. Il prit la nationalité égyptienne lors de l'abolition des capitulations, malgré le fait qu'il ne parlait pas la langue arabe, et qu'il ne l'a d'ailleurs jamais parlée couramment.


L'action politique en Égypte[modifier | modifier le code]

En 1939, il fonde l'Union démocratique et participe à la fondation des Amitiées françaises.

et en 1943 du Mouvement égyptien de libération nationale, des organisations communistes qui, comme leurs rivales Iskra (Hillel Schwartz) et Libération du peuple (Marcel Israël), étaient principalement dirigées par des militants issus des minorités, en particulier des Juifs, à l'instar des autres organisations communistes dans le Machrek, le PC syrien (longtemps dirigé par le Kurde Khalid Bagdache) ou le PC irakien (à forte coloration minoritaire chiite et chrétienne).

Il fut expulsé comme communiste et privé de sa nationalité égyptienne par le régime du roi Farouk en 1950 et vécut ensuite en France jusqu'à sa mort.

Le soutien des mouvements révolutionnaires et de libération nationale[modifier | modifier le code]

Henri Curiel se veut un communiste orthodoxe. À son arrivée en France, il prend contact avec le parti commmuniste français, notamment grâce à Alain Marti. Mais les relations avec un parti qui ne tolère pas de déviance par rapport à ses prises de position vont rapidement se dégrader. Alain Marti tombe rapidement en disgrâce, tandis que Curiel est peu à peu écarter jusqu'à devenir un ennemi officiel du parti. La rupture définitive intervient en 1952, quand Curiel approuve le coup d'État qui a lieu en Égypte, tandis que le parti dénonce un coup d'État fasciste.

En 1957, alors que le PCF vote les plein pouvoirs à Guy Mollet, Henri Curiel prend fait et cause pour les tenants d'une Algérie indépendante.

La guerre d'Algérie et les « porteurs de valise »[modifier | modifier le code]

Il rejoint alors le réseau Jeanson des porteurs de valises. Son courage et son sens de l'organisation en font un membre très efficace. Après l'arrestion de francis Jeanson au premier trimestre 1960, il devient le principal animateur du réseau. À la même époque, il fonde le Mouvement anticolonialiste français.

Il est arrêté en 1960 et passe dix-huit mois en prison à Fresnes. Malgré l'arrêté d'expulsion pris à son encontre, la décision ne sera jamais appliquée.

Fondateur de Solidarité[modifier | modifier le code]

Il met ensuite en place Solidarité, une organisation de formation pratique pour tous les militants des mouvements de luttes de libération antionale de l'époque.

Ce réseau est notamment financé par l'Algérie jusqu'à la chute de Ben Bella, puis par les organisations envoyant leurs militants en formation.

et de soutien aux mouvements d'opposition démocratique du Tiers-Monde, comme l'ANC sud-africain, mais aussi des dictatures européennes (Espagne franquiste, Portugal salazariste, Grèce des colonels) et d'ailleurs (Chili de Pinochet).

Les tentatives de médiation dans le conflit israélo-palestinien[modifier | modifier le code]

Henri Curiel possède de nombreuses relations, tant en France qu'à l'étranger. Son statut d'ancien gaulliste, de juif égyptien et son action politique lui permettent de jouer un rôle d'intermédiaire.

C'est ainsi qu'il obtient le rendez-vous entre Ben Barka et de Gaulle.

Avec Abraham Serfaty (Maroc) et Ilan Halévy (membre du gouvernement de l'Autorité palestinienne).

Un assassinat aux circonstances troubles[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Perrault, Un homme à part, Bernard Barrault, 1984 (rééd 1998)
  • Jacques Hassoun, La vie passionnée d'Henri Curiel
  • Recherches Internationales, Crise et avenir de la solidarité internationale. Hommage à Henri Curiel, n° 52-53, 1998

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Curiel, itinéraire d'un combattant de la paix et de la liberté. Réalisation : Mehdi Lallaoui.

Articles de presse[modifier | modifier le code]