Tour d'Espiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tour d'Espiens
Image illustrative de l’article Tour d'Espiens
Tour, vestige du château
Type Château fort
Début construction Vers 1280
Propriétaire initial Famille de Galard
Destination initiale Ouvrage défensif
Propriétaire actuel Commune
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1926)
Coordonnées 44° 10′ 07″ nord, 0° 22′ 42″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Agenois
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Commune Espiens
Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne
(Voir situation sur carte : Lot-et-Garonne)
Tour d'Espiens
Géolocalisation sur la carte : Aquitaine
(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Tour d'Espiens
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Tour d'Espiens

La tour d'Espiens se situe à Espiens, dans le département de Lot-et-Garonne et la région Nouvelle-Aquitaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Édouard Ier, roi d'Angleterre, seigneur d'Irlande, duc de Guyenne depuis le , charge par lettres patentes faites à Monflanquin le Bertrand-Raymond de Campagne (ou Champagne), son sénéchal d'Agenais, chevalier, Bernard de Saint-Loup ou Saint-Loubès, et bernard de Martin, citoyens et juges d'Agen, de recevoir en son nom, comme seigneur d'Agenais, les reconnaissances de fiefs que les prélats, barons, chevaliers, damoiseaux, communautés tiennent de lui en Agenais et Condomois.

Le , Bertrand de Galard, damoiseau, seigneur d'Espiens, fils de Pierre de Galard, reconnaît devant ces commissaires et en présence de Fort Aner de Cazenove, chevalier, ancien maire de Bordeaux et sénéchal de Guyenne, Jean Costelh et Fortin Sanche de Vidailhac tenir dudit roi, seigneur d'Agenais, la moitié du château d'Espiens. Le , Pierre d'Auvignon, damoiseau, Gailhard de La Roche et Guillaume Raymond de Nazareth ont reconnu devant les mêmes commissaires tenir l'autre moitié du château, à savoir Pierre d'Auvignon le quart, et les deux autres, le huitième.

Le château avait été construit à la fin du XIIIe siècle. Le château était quadrangulaire et flanqué de tours d'angles carrées.

La famille de Galard était seigneur d'Espiens depuis le XIIe siècle. Bertrand de Galard meurt en 1401 sans héritiers.

Aux XVe et XVIe siècles le château appartient à la famille de Pardaillan, en 1556 il est la propriété du duc d'Albret et aux carmélites de l'Incarnation à Paris.

Le , Paul de Mazelières a acquis la terre et la seigneurie d'Espiens en toute justice de Godefroy Maurice de La Tour d'Auvergne, duc de Bouillon, vicomte de Turenne, duc d'Albret et de Château-Thierry, comte d'Auvergne, d'Évreux, du Bas-Armagnac et de Nègrepelisse. Il fait construire le château de Mazelières, sur la route d'Espiens (CD136)[2]. La famille a conservé la seigneurie jusqu'au XVIIIe siècle.

La tour d'Espiens a été achetée en 1891 par la commune d'Espiens car elle se trouvait sur la parcelle du terrain sur laquelle a été construite la mairie école. La tour est demeurée intacte sur une grande partie de sa hauteur, mais un pan de mur s'est effondré dans les années 1975. Les autres tours ont été partiellement conservées et ont été intégrées dans des bâtiments.

Le château a été inscrit au titre des monuments historiques le [3],[4].

Description[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail
  2. Jules de Bourrousse de Laffore, Notes historiques sur des monuments féodaux ou religieux du département de Lot-et-Garonne - X, p. 277-283, Revue de l'Agenais, année 1880, tome 7 (lire en ligne)
  3. « Tour », notice no PA00084112, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Inventaire général : Château fort dit Château d'Espiens », notice no IA47000125, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Burias, Le guide des châteaux de France : Lot-et-Garonne, p. 39, Hermé, Paris, 1985 (ISBN 978-2-866650094)
  • Jules de Bourrousse de Laffore, Notices historiques sur des monuments féodaux ou religieux du département de Lot-et-Garonne, p. 143-145, Revue de l'Agenais, année 1879, tome 6 (lire en ligne)
  • Georges Tholin, Notes sur la féodalité en Agenais au milieu du XIIIe siècle, p. 54-55, Revue de l'Agenais, 1897, tome 24 (lire en ligne)
  • Jacques Gardelles, Les Châteaux du Moyen Âge dans la France du Sud-Ouest, La Gascogne anglaise de 1216 à 1327, p. 133, Droz et Arts et Métiers Graphiques (bibliothèque de la Société française d'archéologie no 3), Genève et Paris, 1972

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]