Godefroy-Maurice de La Tour d'Auvergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Godefroy-Maurice de La Tour d'Auvergne (21 juin 1636 - 26 juillet 1721) fut Grand Chambellan de France de 1658 à 1715 sous Louis XIV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne et de Éléonore de Bergh, neveu de Turenne et duc de Bouillon, il naît avant le rattachement de la principauté de Sedan à la France.

De 1658 à 1715, il est grand chambellan de France. Avec ses cousins le duc de Duras et le duc de Lorges, il participe auprès du roi au siège de Namur (1692). Il est représenté dans La Prise de la ville et du château de Namur, détail de l'almanach pour l'année 1693[réf. nécessaire].

Il épouse le 20 avril 1662, Marie-Anne Mancini, nièce de Jules Mazarin, dans la chapelle de la Reine, en présence du roi et de la reine.

Dix enfants sont nés de cette union, dont :

La famille de la Tour d'Auvergne ayant perdu la principauté de Sedan, noue de savantes alliances matrimoniales avec les grandes familles. Son fils Emmanuel-Théodose épouse ainsi Marie-Armande de La Trémoille (1677-1717), fille de Charles Belgique Hollande de La Trémoille.

Sa fille Louise-Julie épouse François-Armand, fils de Charles III de Rohan-Guéméné, et sa fille Marie-Louise le fils d'Hercule Mériadec de Rohan-Guéméné, Jules-Hercule.

Au XVIIIe siècle, les alliances entre Rohan et La Tour d'Auvergne, se perpétuent avec Anne-Marie-Louise de La Tour d'Auvergne et Charles de Rohan-Soubise.

L'une des filles d'Emmanuel-Théodose, Marie-Hortense, épousera son cousin Charles-Armand-René de La Trémoille, perpétuant ainsi les alliances, déjà conçues entre les deux familles :

Notes et références[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Moreri, Le Grand Dictionnaire historique ou le Mélange curieux de l'histoire sacrée
  • Marie de Rabutin-Chantal Sévigné, Lettres de Madame de Sévigné à sa fille et à ses amis, vol. 8 . Les triolets Enfans de Saint Martin sont dédiés à Mademoiselle de Bouillon, Mademoiselle d'Albret et Mademoiselle de Château-Thierry.
  • Adolphe Chéruel, Après Pâques, M. de Bouillon épousa Marianne, la dernière des nièces de M. le cardinal Mazarin, Mémoires de Mlle de Montpensier collationnés sur le manuscrit autographe, 1858.
  • Théophraste Renaudot, Gazette de France, volume 2.