Tour Zizim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tour Zizim
Bourganeuf la tour Zizim.JPG
Présentation
Type
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Creuse
voir sur la carte de la Creuse
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg


La Tour Zizim a été construite à Bourganeuf, dans l'actuelle Creuse en Nouvelle-Aquitaine, de 1483 à 1486, sur l'ordre de Guy de Blanchefort. Elle abrita l'exil du prince ottoman Cem Sultan. La Tour Zizim est classée aux Monuments historiques en 1911[1].

Description[modifier | modifier le code]

Bourganeuf Tour Zizim vue en contre-plongée.JPG

Le château de Bourganeuf a été édifié par les Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem vers 1150. La Tour Zizim a été construite entre 1484 et 1486 pour accueillir en résidence forcée le Prince Zizim. De forme ronde, elle présente sept étages voûtés. Les murs de la tour sont d’une épaisseur de 2,80 m. Un escalier en colimaçon conduit aux sept étages jusqu’au sommet de l'édifice coiffé d'une superbe charpente.

La Tour Zizim a servi à plusieurs reprises de prison. Notamment pendant la guerre 1939-1945 elle a servi de prison aux nazis pour y enfermer des résistants et en juillet 1945 plusieurs familles juives que les nazis ont parqué là avant de les exterminer à Auschwitz. La ville de Bourganeuf a déposé dans un jardin une plaque en mémoire à ces familles.

La tour présente aujourd'hui aux visiteurs des objets issus des fouilles gallo-romaines de la région[2].

Histoire de Zizim[modifier | modifier le code]

Portrait de Cem (Zizim)
Zizim reçu à la table du grand maître Pierre d'Aubusson à Rhodes

Zizim (-), est le fils du sultan Ottoman Mehmed II.

Zizim était le plus jeune frère et rival du sultan Bajazet II. À la mort de Mehmed II, le , la lutte s'engagea entre les deux frères pour le contrôle de l'empire.

Bayezid arriva à Constantinople le et y fut déclaré Sultan. Six jours plus tard, Zizim prit le contrôle de la ville d'İnegöl avec une armée de 4 000 hommes. Bayezid envoya son armée sous le commandement du vizir Ayas Pasha pour tuer son frère. Cette armée fut vaincue le par Zizim, qui se proclama lui-même sultan d'Anatolie, avec Brousse pour capitale. Il proposa alors à son frère de partager l'empire avec lui, laissant seulement l'Europe à Bayezid. Celui-ci, furieux, rejeta la proposition et se mit en route pour Brousse. La bataille décisive entre les deux frères eut lieu près de la ville de Yenişehir. Zizim fut vaincu et s'enfuit au Caire.

Au Caire, Zizim reçu une lettre de son frère lui offrant 1 million d'akçes (la monnaie ottomane) pour renoncer au trône. Zizim rejeta l'offre et lança une campagne en Anatolie l'année suivante. Le , il assiégea Konya mais fut rapidement forcé de se retirer vers Angora. Il envisagea alors de tout abandonner et de rentrer au Caire, mais toutes les routes vers l'Égypte étaient sous le contrôle de Bayezid.

Pierre d'Aubusson, un chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem invita alors Zizim à Rhodes. Le il s'y rendit comme invité, mais les chevaliers le trahirent et il fut fait prisonnier et envoyé en France. Bayezid envoya un messager en France pour qu'il y soit gardé en captivité. Il offrait 40 000 akçes annuels en or pour couvrir les besoins de son frère.

Le pape Innocent VIII entreprit de lancer une nouvelle croisade en utilisant Zizim mais cette idée fut réprouvée par les monarques européens. Il proposa également à Zizim de se convertir au christianisme, mais celui-ci refusa. Il fut néanmoins utile lorsque Bayezid entreprit de lancer une campagne contre les nations chrétiennes des Balkans, le pape menaçant de libérer le prétendant au trône.

En France, Zizim resta notamment en captivité environ un an au château de Rochechinard, dans le Dauphiné à partir de 1483, puis au château de Bourganeuf entre 1486 et 1488, dans la tour Zizim construite à son intention.

Zizim mourut à Capoue le . Son corps ne fut rapatrié en terre ottomane que quatre ans après sa mort. Il fut enterré à Brousse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Boudard, « Le sultan Zizim vu à travers les témoignages de quelques écrivains et artistes de la Renaissance », in Turcica VII, 1975, p. 135-156
  • (en) John Freely, Jem Sultan, The adventures of a Captive Turkish Prince in Renaissance Europe, Harper Perennial, , 342 p. (ISBN 978-0-0071-5067-0, présentation en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00100014, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Le guide vert Michelin parution 2006 page 149