Tornio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tornio
Héraldique
Héraldique
La rue  Hallituskatu
La rue Hallituskatu
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Région Laponie
Langue(s) parlée(s) unilingue finnois
Démographie
Population 22 319 hab.[1] (2015)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 65° 51′ Nord, 24° 09′ Est
Altitude Min. 0 m – Max. 189 m
Superficie 134 855 ha = 1 348,55 km2 [2]
· dont terre 1 186,96 km2 (88,02 %)
· dont eau 161,59 km2 (11,98 %)
Rang superficie (80e / 336)
Rang population (44e / 336)
Histoire
Province historique Ostrobotnie
Province Laponie
Fondation 1621
Droits de Cité depuis 1621
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte administrative de Finlande
City locator 14.svg
Tornio

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte topographique de Finlande
City locator 14.svg
Tornio

Tornio (suédois : Torneå, Same du Nord: Duortnus) est une ville du nord-ouest de la Finlande, située au fond du Golfe de Botnie, à l'embouchure de la Tornionjoki, en Laponie. Elle borde la frontière suédoise, face à la ville d'Haparanda. Les deux villes fonctionnent comme des cités jumelles, les commerçants acceptent indifféremment les Euros et les Couronnes suédoises et les habitants n'hésitent pas à passer la frontière plusieurs fois par jour. Les deux municipalités, qui partagent déjà de nombreux services municipaux, ont même le projet de fusionner (nombreux projets transfrontaliers, notamment en ce moment la construction d'un magasin IKEA). Outre Haparanda (Hapaaranta en finnois), la commune est bordée par les municipalités de Keminmaa et Tervola à l’est, Ylitornio au nord.

La commune est officiellement unilingue finnois, mais la plupart des habitants comprennent aussi le dialecte régional meänkieli et le suédois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tornio peint par Alex Federley (fi) en 1908.

La région est colonisée dès la fin de la dernière Glaciation. Elle est habitée par des tribus Saami, notamment les Saami de Kemi, peuplade disparue au XIXe siècle. Dès le XVIe siècle, la colonie à l'embouchure de la rivière Torne voit passer la quasi-totalité du commerce entre la Laponie et le royaume de Suède. La colonie reçoit ses droits de cité du roi Gustave II Adolphe de Suède en 1621. La ville est très riche, peut être la plus riche du royaume, mais elle stagne pourtant à 500 habitants pendant tout le XVIIe siècle avant de connaître ensuite un lent développement.

Le XVIIIe siècle marque son âge d'or, avec la visite de nombreuses expéditions scientifiques en route pour les régions polaires, la plus notable étant celle de Pierre Louis Moreau de Maupertuis en 1736-1737, et aussi le début de son déclin, avec la modification des flux commerciaux. La ville est déplacée à deux reprises vers l'aval de la rivière en raison de l'isostasie.

La conquête de la Finlande par la Russie en 1808-1809 lui porte un coup très dur. La ville se retrouve côté russe, les Suédois construisant Haparanda, une ville jumelle de l'autre côté du fleuve. Elle perd presque toute son importance commerciale, devenant une ville de garnison endormie, ne s'éveillant que pendant la Guerre de Crimée et la Première Guerre mondiale.

Paradoxalement, après l'indépendance finlandaise de 1917, malgré la perte de la garnison russe, la population se remet à croître. La ville connaît de violents combats pendant la Guerre de Laponie mais échappe néanmoins à la destruction totale. Après la guerre, son économie bénéficie de deux pôles de croissance : la brasserie Lapin Kulta, marque phare du groupe Hartwall (fi), et surtout l'aciérie Outokumpu (acier inoxydable) qui emploie plus de 2 000 personnes.

La ville a absorbé les municipalités rurales voisines d'Alatornio et Karunki en 1973.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Conseil municipal (2013–2016)
Parti Voix (2012)[3] sièges
Parti du centre 42,0 % 19
Alliance de gauche 17,3 % 8
Parti social-démocrate 10,7 % 5
Vrais Finlandais 10,2 % 4
Kokoomus 9,6 % 4
Pro Tornio 5,3 % 2
Ligue verte 4,1 % 1

Population[modifier | modifier le code]

La croissance de la population est la suivante :

Population
Année 1980 1985 1990 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001
habitants 21 076 22 328 22 879 23 156 23 285 23 116 22 881 22 719 22 617 22 456
Année 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2012 2015
habitants 22 155 22 198 22 204 22 297 22 299 22 373[4] 22 487[5] 22 485 22 319[1]

Transports[modifier | modifier le code]

Routier[modifier | modifier le code]

Tornio est le point de départ de deux routes nationales: la route nationale 21 et la route nationale 29. La route nationale 29 longue de 16 km relie Kemi et Keminmaa, elle est la route nationale la plus septentrionale au monde. la route nationale 21 va de la frontière entre la Finlande et la Suède jusqu'à Kilpisjärvi. Tornio est également reliée à Helsingborg en Suède par la Route européenne 4.

La Route européenne E8 passe par les RN 21 et 29. Route européenne E4 commence à et va jusqu'à Helsingborg. Le point frontalier entre Tornio et Haparanda voit passer plus de 513 000 véhicules par an ce qui en fait la frontière la plus active d'Europe du Nord[6].

Aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Kemi-Tornio est situé à environ 18 km au Sud-est du centre-ville de Tornio. Il a accueilli 95 887 voyageurs en 2008[7] et 59 040 en 2014[8].

Maritime[modifier | modifier le code]

Le port de Tornio (fi) est situé sur l'île de Röyttä au sud de la ville. Les brise-glaces permettent son utilisation toute l'année. Le trafic portuaire se compose principalement des exportations d'acier inoxydable par Outokumpu. Le port n'a pas de trafic de voyageurs. En 2015, la port a vu transiter 2.8 millions de tonnes de marchandises[9].

Ferroviaire[modifier | modifier le code]

Les chemins de fer de Tornio partent dans trois directions : voie ferrée Oulu–Tornio qui mène à Oulu, voie ferrée de Kolari (fi) qui mène à Kolari et voie ferrée Tornio–Haparanda (fi) qui mène à Haparanda. Les gares de Tornio et de Haparanda sont reliées par une ligne de 4 km à quatre voies permettant le trafic de trains suédois et finlandais. En effet la Finlande utilise l'écartement des rails large russe et la Suède l'écartement normal. Aujourd'hui, par exemple en Allemagne, au Japon et en Espagne savent comment fabriquer du matériel roulant, capable de passer d'un écartement à un autre. La circulation des trains entre la Finlande, la Suède et la Norvège, n'utilise pas encore ces technologies en 2015.

Le trafic de voyageurs s'est arrêté en 2004 à cause du mauvais état et de la mauvaise position de la halte de Tornio-Pohjoinen. On l'a remplacée en 2008 par la halte de Tornio-Itäinen située à un endroit plus sûr[10].

Éducation[modifier | modifier le code]

La ville de Kemi abrite l'université de sciences appliquées de Laponie.

Sports[modifier | modifier le code]

La ville compte un club de football, le TP-47 Tornio, relégué en 2005 en deuxième division. Elle est la ville natale du footballeur Teemu Tainio, du lanceur de poids Ville Pörhölä et des skieurs Kalle Palander et Jari Isometsä.

Le parcours du golf s'étend à la fois sur le territoire finlandais et sur le territoire suédois voisin[11]. Comme les deux pays ne sont pas sur le même fuseau horaire, un trou, à cheval sur la frontière, présente la particularité d'être le plus long (en durée théorique) du monde : si l'on tape son Club de golf à 10h, la balle arrive sur le "green" un peu après 11h !

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Tornio est jumelée avec[12] :

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fi) « Suomen asukasluvut kuukausittain – Kunnittain aakkosjärjestyksessä », Väestörekisterikeskus,‎ (consulté le 25 mai 2015)
  2. (fi) « Superficie par municipalité au 1er janvier 2011 », Maanmittauslaitos (consulté le 29 décembre 2012)
  3. (fi) « Kuntavaalit 2012 tulospalvelu », Yle,‎ (consulté le 18 décembre 2015)
  4. (fi) « Virallinen asukasluku vuodenvaihteessa 2007–2008 », Väestörekisterikeskus (consulté le 14 novembre 2013)
  5. (fi) « Virallinen asukasluku vuodenvaihteessa 2008–2009 », Väestörekisterikeskus (consulté le 14 novembre 2013)
  6. (fi) « Rajaliikennetilastot », Liikennevirasto,‎ (consulté le 19 décembre 2015)
  7. (fi) « Matkustajat lentoasemittain 2008 », Finavia,‎ (consulté le 19 décembre 2015)
  8. (fi) « Matkustajat lentoasemittain 2014 », Finavia,‎ (consulté le 19 décembre 2015)
  9. (fi) « Tavaraliikenne », Association des ports finlandais (consulté le 19 décembre 2015)
  10. (fi) « Junat pysähtyvät jälleen Misissä ja Torniossa », Yle,‎ (consulté le 19 décembre 2015)
  11. http://www.visitfinland.com/W5/fr/index.nsf/(pages)/Kemi-Tornio
  12. (fi) « Twin Cities Committee », Ville de Tornio (consulté le 19 décembre 2015)