Tipulidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Tipulidae sont une famille de diptères robustes au vol lent, qui ont des allures de grands moustiques aux pattes tombantes durant le vol, mais totalement inoffensifs car ne piquant pas. La plupart des espèces sont détritiphages ou se nourrissent de mycéliums de champignons, de bois mort et en décomposition ou de racines de végétaux, contribuant à la formation de l'humus.
De nombreuses espèces de tipules ont une larve dont le mode de vie est aquatique ou semi-aquatique (ainsi pour le Québec Harper et Lauzon (1985) ont estimé que la plupart des membres de la famille des Tipulidae (plus de 300 espèces) sont majoritairement aquatiques ou semi-aquatiques[1]. Il y aurait près de 200 espèces de Tipules en France[2]. Leur couleur est généralement brun-grisâtre, mais il existe quelques espèces plus colorées (ex : Ctenophora ornata). Les tipules ont de nombreux prédateur dont les oiseaux insectivores ou omnivores, les reptiles et amphibiens et d'autres insectes (fourmis, coléoptères prédateurs...) ainsi que par des nématodes (ex : Steinernema feltiae[3]).

Il en existerait environ 4 000 espèces dans le monde, dont près de 490 en Europe ; réparties dans 10 genres.
Le genre Tipula (16 sous-genres) représente à lui seul 83 % des espèces européennes (406 espèces).
Sur 150 espèces environ déjà inventoriées en France, dix sont jugées nuisibles pour les plantes cultivées (appartenant toutes aux deux genres Nephrotoma (4 espèces) et Tipula (6 espèces).

Dénomination[modifier | modifier le code]

Les Tipules (du latin « tippula » « araignée d'eau »[4]) sont parfois appelés dans le langage courant, à tort « cousins[5] », nom qui désigne communément les moustiques.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Cette famille de diptères est importante numériquement, avec plus de 2500 espèces décrites réparties en 42 genres. la superfamille des Tipuloidea héberge plus de 17 000 espèces dans le monde[6].

Morphologie[modifier | modifier le code]

Vue d'une tête de Tipulidae (macro)
Thorax de Tipulidae

Leur taille varie de 2 à 70 mm (plus souvent entre 7 et 12 mm).

Adultes ; ce sont des diptères nématocères aux longues pattes grêles, aux ailes en général bien développées. Leur thorax présente un mesonotum à la suture transverse très marquée, en forme de "V", débutant de chaque côté de la base de l'aile. De plus, l'aile possède deux nervures anales distinctes, rejoignant le bord postérieur de l'aile.
Certaines espèces sont aptères.

La larve évoque un gros asticot allongé gris à brunâtre (blanchâtre à certains stades), dont la tête peut partiellement rentrer dans le corps dans le prothorax invaginé. Elles vivent dans la litière, les premiers décimètres du sol, parfois aux dépens des racines. L'arrière-train peut être confondu avec une tête (deux orifices respiratoires (stigmates) évoquant des yeux).

Dimorphisme sexuel :

  • L'abdomen de la femelle se termine en pointe (ovipositeur)
  • Les antennes du mâle sont plus développées.

Les oeufs ont la forme de minuscules grains de riz noirs et allongés.

Risques sanitaires[modifier | modifier le code]

Contrairement aux moustiques, les tipules sont parfaitement inoffensives d'un point de vue médical.
Certaines espèces sont considérées comme indésirables pour les cultures ou potagers car leurs larves peuvent s'y nourrir du système racinaire de plantes maraîchères ou de graminées (ex : Tipula oleracea), selon l'INRA, « ces insectes sont d'importance économique secondaire sauf dans les régions où les prairies sont abondantes et l'humidité importante ou encore dans les cultures hors-sol »[7].

La tipule européenne (Tipula paludosa Meigen) connue pour se nourrir de racines de plantes fourragères et ornementale a été involontairement introduite en Amérique du Nord (mentionnée pour la 1ère fois en 1880 à Terre-Neuve, au Canada selon Alexander (1962)[8] et notamment retrouvée depuis 2006 dans des golfs de l'Etat de New-York[9] et plus au nord sur des terrains de golf (dont près de Québec). Une étude a montré qu'une grande diversité d'espèces de Tipuloidea est présente sur les terrains de golf (malgré la nette dominance de la tipule européenne sur 4 terrains étudiés près de Québec (où les larves semblent plus nombreuses dans les zones d'herbes longues et dans les pourtours du vert et départs des golfs)[10] ; Au printemps les larves mangent des racines mais aussi des couronnes et feuilles du gazon, dégradant l'aspect du green et du départ (Vittum et al., 1999) ; leur tunnels déforment la surface gazonnée en perturbant le roulement des balles de golf, et des moufettes, ratons laveurs ou autres insectivores les déterrent en endommageant le terrain (Mann, 2004).

Biologie[modifier | modifier le code]

Les larves de Tipules, sont essentiellement saprophages ou détritiphages, se développant dans la matière organique en décomposition (humus, bois humide des souches, litières). Quelques espèces sont spécialisées, se nourrissant par exemple de mousses, d'hépatiques ou de graines[7].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (1 mars 2013)[11] :

Liste des sous-familles[modifier | modifier le code]

Selon ITIS (1 mars 2013)[12] :

Listes des genres rencontrés en Europe[modifier | modifier le code]

Selon Fauna Europaea (14 nov. 2013)[13] :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Harper P.P & Lauzon M (1985) The crane fly fauna of a Laurentian woodland, with special reference to the aquatic species (Diptera; Tipulidae). Rev. Entomol. Québec. 30:3-22.
  2. Tipule sur Insectes.net
  3. Peters A et R.U Ehlers (1994) Susceptibility of leatherjackets (Tipula paludosa and oleracea; Tipulidae; Nematocera) to the entomopathogenic nematode Steinernema feltiae. J. Invertebr. Pathol. 63: 163-171
  4. Étymologie du mot tipule sur le dictionnaire étymologique du CNRTL.
  5. Peut-être dérivé de *couç, issu du latin populaire culicinus, diminutif de Culex, nom de genre des moustiques communs. Cf. Étymologie du mot cousin sur le dictionnaire étymologique du CNRTL.
  6. Oosterbroek P (2006). Catalogue of craneflies of the World (Insecta, Diptera, Nematocera, Tipuloidea). http://ip30.eti.uva.nl/ccw/
  7. a et b Page Tipulidae du site Ephytia, par E. Pierre de l'INRA
  8. Alexander C.P (1962) Taxonomic studies of crane flies of Newfoundland. Yearb. Am. Phil. Soc. 1962: 267-271
  9. Peck, D. Hoebeke et C. Klass (2006) Detection and establishment of the European Crane Flies Tipula paludosa Meigen and Tipula oleracea L. (Diptera : Tipulidae) in New York: A review of their distribution, invasion history, biology and recognition. Proc. Entomol. Soc. Wash. 108: 985-994.
  10. Taschereau Élisabeth (2007) Écologie saisonnière de la tipule européenne (Diptère : Tipulidae), insecte ravageur des graminées à gazon sur les terrains de golf de la région de Québec ; Thèse (maîtrise)(lien)
  11. Catalogue of Life, consulté le 1 mars 2013
  12. ITIS, consulté le 1 mars 2013
  13. Fauna Europaea, consulté le 14 nov. 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :