Tipula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tipula − du latin « tippula » « araignée d'eau »[1] aussi appelée « patineuse » au Québec − est un genre de diptères nématocères dont le représentant le plus connu est la Tipule potagère (Tipula oleracea), nuisible aux cultures maraîchères en France. De même, les larves de la Tipule des prairies (Tipula paludosa) peuvent engendrer des dégâts dans les cultures maraîchères.

Adulte[modifier | modifier le code]

La tipule appartient à la famille des tipulidés et le genre Tipula est subdivisé en nombreux sous-genres comprenant de nombreuses espèces.

Leur aspect rappelle celui d'un moustique de très grande taille. Cependant, ce n'est pas un insecte piqueur.

Il est fréquent d'en voir à la fin du printemps ou pendant l'été au Canada et en Europe. Au début de l'automne, la tipule cherche à entrer dans les habitations pour se protéger des premiers frimas.

En France et en Belgique, on l'appelle aussi "chèvre" dans le sud ou à tort, « cousin[2] » mais ce terme est aussi réservé à d'autres moustiques : « cousin commun » (Culex pipiens), « cousin annelé » (Culiseta annulata).

Les chercheurs ont mis en évidence le premier cas de stridulation copulatoire chez les insectes : le pénis vibreur du tipule fait en effet office de « vibromasseur ». Cet organe est un édéage modifié, une sorte de pénis chantant dont les vibrations excitent la femelle pendant la copulation[3].

Larve[modifier | modifier le code]

La larve est un long asticot gris qui vit dans le sol où elle se nourrit de racines de plantes.

Histoire[modifier | modifier le code]

En septembre 2010, une recrudescence de tipules a lieu en France : après une fin d'été sèche, elle est due à l'éclosion simultanée de toutes les larves, évitant l'asphyxie des sols inondés[4].

Liste des espèces du genre Tipula[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Etymologie du mot tipule sur le dictionnaire étymologique du CNRTL
  2. Peut-être dérivé de *couç, issu du latin populaire culicinus, diminutif de Culex, nom de genre des moustiques communs. Cf. Étymologie du mot cousin sur le dictionnaire étymologique du CNRTL.
  3. (en) Eberhard, W. G., et J. K. Gelhaus, 2009, « Genitalic Stridulation During Copulation in a Species of Crane Fly, Tipula (Bellardina) sp. (Diptera: Tipulidae) », International Journal of Tropical Biology 57 (Suppl. 1), p.251-256
  4. Thierry Creux, « Cette mouche ne ferait pas de mal à un homme. », Ouest-France, no 20105,‎ , p. 42

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :