The Times They Are a-Changin' (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
The Times They Are a-Changin'

Single de Bob Dylan
extrait de l'album The Times They Are a-Changin'
Sortie 13 janvier 1964 (album)
1965 (single)
Enregistré 24 octobre 1963
Studios Columbia, New York
Durée 3:15
Genre Folk
Auteur Bob Dylan
Producteur Tom Wilson
Label Columbia
Classement
  1. 9 (Royaume-Uni)

Singles de Bob Dylan

Pistes de The Times They Are a-Changin'

The Times They Are a-Changin' est une chanson de Bob Dylan, parue en 1964 sur l'album du même nom. C'est l'une de ses chansons les plus célèbres, et elle apparaît sur de nombreuses compilations[1].

En 2003, elle est classée par Rolling Stone magazine au 59e rang parmi les 500 meilleures chansons de tous les temps[2].

Écriture[modifier | modifier le code]

Dylan semble avoir écrit la chanson en septembre et . Il l'a enregistré comme démo pour Witmark à l'époque, une version qui a ensuite été publiée sur The Bootleg Series Volumes 1-3 (Rare & Unrereleased) 1961-1991. La chanson a ensuite été enregistrée aux studios Columbia de New York les 23 et [3] ; cette dernière session a donné la version qui est devenue la chanson titre du troisième album de Dylan[4]. Le a- du titre de la chanson est un préfixe archaïque et intensifiant, comme dans les chansons britanniques A-Hunting We Will Go et Here We Come a-Wassailing, du 18e et 19e siècle.

Dylan se souvient que l'écriture de la chanson était une tentative délibérée de créer un hymne du changement pour le moment. En 1985, il a dit à Cameron Crowe : « C'était définitivement une chanson avec un but. Il a bien sûr été influencé par les ballades irlandaise et écossaise...Come All Ye Bold Highway Men, Come All Ye Tender Hearted Maidens. Je voulais écrire une grande chanson, avec de courts vers concis qui s'empilaient les uns sur les autres d'une manière hypnotique. Le mouvement des droits civiques et le mouvement de la musique folklorique ont été assez proches pendant un certain temps et se sont alliés à l'époque »[5].

Clinton Heylin, biographe de Dylan, raconte comment Tony Glover s'est arrêté à l'appartement de Dylan en , a pris une page de la chanson sur laquelle Dylan travaillait et en a lu une ligne : « Venez, sénateurs, membres du Congrès, s'il vous plaît écoutez l'appel ». Se tournant vers Dylan, Glover a dit : « C'est quoi cette merde, mec ? ». Dylan haussa les épaules et répondit : « Eh bien, vous savez, il semble que c'est ce que les gens veulent entendre »[6].

Moins d'un mois après l'enregistrement de la chanson par Dylan, le président Kennedy fut assassiné à Dallas, Texas, le . Le lendemain soir, Dylan a ouvert un concert avec The Times They Are a-Changin' ; il a dit au biographe Anthony Scaduto : « Je me suis dit : "Wow, comment puis-je commencer avec cette chanson ? Je vais me faire jeter des pierres". Mais j'ai dû la chanter, tout mon concert décolle de là. Je sais que je ne comprenais rien. Quelque chose s'était détraqué dans le pays et ils applaudissaient la chanson. Et je ne comprenais pas pourquoi ils applaudissaient, ni pourquoi j'avais écrit cette chanson. Je ne comprenais rien. Pour moi, c'était de la folie ».

Analyse[modifier | modifier le code]

Le critique Michael Gray a nommé cette chanson l'« archétype de la chanson de protestation ». « Le but de Dylan était de s'appuyer sur le sentiment muet d'un public de masse, de donner un hymne à ce sentiment inachevé et de donner un exutoire à sa clameur », commente Gray. « Il a réussi, mais le langage de la chanson est néanmoins imprécis et très généralement dirigé »[4]. Gray a suggéré que la chanson a été dépassée par les changements qu'elle avait prédits avec joie et était donc politiquement dépassée presque dès qu'elle a été écrite. Les paroles reflétaient son point de vue sur les injustices sociales et l'attitude inutile du gouvernement à l'égard du changement.

Le critique littéraire Christopher Ricks a suggéré que la chanson transcende les préoccupations politiques de l'époque où elle a été écrite. Ricks soutenait en 2003 que Dylan jouait toujours la chanson, et quand il chantait « Your sons and your daughters / Are beyond your command », il chantait inéluctablement avec les accents non pas d'un fils, peut-être plus d'abord un parent, mais avec l'attitude d'un grand-père. Ricks conclut : « Il était une fois, il était peut-être question d'inciter les gens honnêtes à accepter le fait que leurs enfants étaient, vous savez, des hippies. Mais l'insistance de la part des parents ex-hippies pourrait alors signifier qu'ils feraient mieux d'accepter que leurs enfants aient l'air d'être des yuppies. Et puis les républicains... »[7].

Le critique Andy Gill souligne que les paroles de la chanson font écho aux lignes du Livre de l'Ecclésiaste, que Pete Seeger a adapté pour créer son hymne Turn, Turn, Turn!. La ligne d'apogée concernant le premier qui est le dernier, de même, est une référence scripturaire directe à Marc 10:31 : « Mais beaucoup de ceux qui sont les premiers seront les derniers, et les derniers seront les premiers »[8].

Reprises[modifier | modifier le code]

The Times They Are a-Changin' a été reprise par de nombreux artistes, parmi lesquels :

Utilisation[modifier | modifier le code]

  • la chanson est utilisée dans le film Watchmen
  • le groupe humoristique Palmashow s'en sert dans une parodie de super nanie, super nounou.
  • Eiichirō Oda, dans son manga One Piece, a pris le titre de cette chanson pour l'un des chapitres les plus importants du manga.
  • Dans le film Né un 4 juillet, le frère de Ron Kovic en chante une partie avant que celui-ci ne parte pour le Vietnam.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Revue de la chanson sur Allmusic.com.
  2. (en) The RS 500 Greatest Songs of All Time.
  3. Bjorner, Olof, « The Times They Are a-Changin' Sessions » [archive du ], Bjorner.com, (consulté le 10 janvier 2009)
  4. a et b Gray (2006). The Bob Dylan Encyclopedia. p. 662.
  5. Crowe, Cameron (1985). Liner notes. Biograph.
  6. Heylin. Bob Dylan: Behind the Shades Revisited. p. 126.
  7. Ricks (2003). Dylan’s Visions of Sin. pp. 260–271.
  8. Gill (1999). My Back Pages, pp. 42–43.
  9. (en) « Still on the Road - Europe Tour 1984 », sur bjorner.com, (consulté le 1er mai 2018).
  10. CHRIS CORNELL @ LE TRIANON (22/04/16), sur rockurlife.net, consulté le 25 novembre 2020

Liens externes[modifier | modifier le code]