The Seeds of Doom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Seeds of Doom
Épisode de Doctor Who
Titre original The Seeds of Doom
Numéro d'épisode Saison 13 (1re série)
Épisode 6 (ou 85)
Code de production LLLL
Réalisation Douglas Camfield
Scénario Robert Banks Stewart
Production Philip Hinchcliffe
Durée 6 x 25 minutes
Diffusion au sur BBC One
Personnages Docteur :
4e
Compagnon :
Sarah Jane Smith
Chronologie
Liste des épisodes

The Seeds of Doom (Les graines de la malédiction) est le quatre-vingt-cinquième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who. Dernier épisode de la treizième saison, l'épisode fut originalement diffusé en six parties, du 31 janvier au 6 mars 1976. Il est connu pour être le point d'orgue de l'ambiance gothique de la série initiée par le producteur Philip Hinchcliffe et le scénariste Robert Holmes.

Résumé[modifier | modifier le code]

Une expédition en antarctique découvre deux balises que le Docteur identifie comme étant d'origine Krynoïd. L'un d'eux germe transformant les humains en plante carnivore vivantes.

Distribution[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

En antarctique, une expédition composée de trois scientifiques, Charles Winlett, Derek Moberley et John Stevenson découvre dans la glace une mystérieuse balise florale qui serait restée intacte depuis des milliers d'années. Ils font part de leur découverte au Bureau Mondial de l'Écologie et l'un de leurs employés, Richard Dunbar, informe le Docteur de cette découverte et lui demande d'enquêter. Partant en expédition avec Sarah Jane le Docteur découvre que la plante semble avoir infecté Charles Winlett, son corps s'étant recouvert de lianes. Le Docteur explique que cette plante est en réalité un Krynoïd, une plante alien qui mange ce qui est organique et transforme ceux qui la touche en krynoïd à leur tour. En creusant dans la glace, le Docteur trouve une autre balise.

En Angleterre, Dunbar informe un millionnaire, Harrison Chase, de la découverte de cette plante d'origine extra-terrestre. Celui-ci envoie deux hommes, Scorby et Keeler afin de récupérer la balise. Peu de temps après leur arrivée, Moberley est tué par Winlett dorénavant transformé en Krynoïd. Le Docteur, Sarah Jane et Stevenson tentent de le poursuivre mais celui-ci reéussi à s'enfuir. À leur retour, ils se font braquer par Scorby et Keeler qui s'enfuient après avoir pris la seconde balise. Stevenson se fait tuer par Winlett, puis Scorby fait exploser la base, laissant le Docteur et Sarah pour mort. Ils sont néanmoins récupérés par une équipe de secours et repartent en Angleterre afin de récupérer la seconde balise, dorénavant entre les mains d'Harrison Chase. Mais celui-ci ne se laisse pas faire et il tente de piéger le Docteur et Sarah en leur envoyant un chauffeur qui s'avère être un homme de main. Ils parviennent toutefois à retrouver la trace de Chase grâce à une peinture qu'il a laissé dans sa voiture.

Peu de temps après s'être introduit dans la demeure de Chase, Sarah se fait repérer et Chase tente de l'utiliser comme sujet d'expérimentation face à la balise Krynoïd. Elle parvient à s'enfuir grâce à l'aide du Docteur, et ce sera Keeler qui sera touché. Le Docteur se fait repérer et est prêt à être tué dans une machine à compost, mais la créature Krynoïd qu'est devenu Keeler sème la panique assez longtemps pour que Sarah puisse le délivrer. Pendant ce temps, Dunbar et un autre membre du bureau, Sir Colin hésitent à appeler UNIT. Dunbar tente de raisonner Chase, n'y parviens pas et se fait tuer par le Krynoïd en repartant.

Le Docteur, Sarah, Scorby et deux gardes se retrouvent coincés dans une dépendance lorsque le Krynoid demande au Docteur de se rendre. Celui-ci fait déjà la taille d'un immeuble. Scorby parvient à l'éloigner en utilisant un cocktail Molotov, ce qui permet au Docteur de s'enfuir pour prévenir Sir Colin et le Major Beresford de l'utilité d'une attaque de UNIT. Pendant ce temps, le Krynoïd commence à contrôler les plantes alentours qui se mettent à étouffer les humains. Chase est subjugué par ces plantes vivantes qui selon lui, doivent prendre leurs revanches sur les animaux. Le Docteur revient avec les soldats d'UNIT qui réussissent à mettre le Krynoïd en déroute assez de temps pour qu'ils rentrent dans la demeure.

Face à un Krynoïd de la taille d'une maison qui contrôle les plantes aux alentours, le Docteur demande à l'équipe d'UNIT un bombardement rapide. Pendant ce temps là, Scorby s'enfuit et est étouffé par les plantes, un militaires est tué par Chase qui l'a broyé dans sa machine à compost et tente de le faire avec Sarah Jane. Le Docteur sauve Sarah Jane mais Chase tombe dans la machine et meurt broyé. Le Docteur et Sarah parviennent à s'enfuir à temps avant le bombardement aérien qui détruit le Krynoïd. Ils décident de prendre des vacances bien mérités sur Cassiopée mais atterrissent une nouvelle fois en Antarctique car les coordonnées du TARDIS n'ont pas été remise à jour.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • Le Docteur a été recommandé par le Bureau Mondial de l'Écologie par UNIT. Lors de l'imminence du danger arrive, on lui explique que le Brigadier est sur une affaire à Genève. C'est le dernier épisode des années 1970 à mettre en scène l'organisation.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

À l'origine, c'était l'épisode The Hand of Fear qui devait conclure la treizième saison de Doctor Who, mais celui-ci était jugé trop difficile à mettre en image et dû être réécrit pour ne plus faire que quatre parties. De plus, le script-éditor (responsable des scénarios) Robert Holmes était alors très occupé sur la réécriture de The Brain of Morbius et il fallut trouver assez vite un épisode de remplacement et la tâche fut confié à Robert Banks Stewart, déjà auteur du script de Terror of the Zygons.

Le scénario s'inspire fortement d'un épisode de la série de science fiction de 1953 The Quatermass Experiment dans laquelle un astronaute se transforme en plante après avoir été infecté par une créature extra-terrestre[1], ainsi que du film de 1951 La Chose d'un autre monde dans laquelle une base antarctique est menacé par une créature trouvée dans la glace et de l'épisode de Chapeau melon et bottes de cuir de 1965 intitulé La Mangeuse d'hommes du Surrey (Man-Eater of Surrey Green). De nombreuses personnes lui apprendront aussi des similarité entre son script et le film de 1951 La Révolte des Triffides dans lequel des plantes extra-terrestres attaquent les hommes. Banks-Stewart est aussi influencé par le Jardins botaniques royaux de Kew qui se trouvait non-loin de chez lui et une curiosité pour la botanique venant de son ancêtre, le botaniste Joseph Banks.

Pour le nom de l'espèce, il s'inspire des plante de type Crinoidea. Il réinsère UNIT dans l'histoire, mais change les personnages de sorte à mettre le Major Beresford à la place du brigadier et le sergent Henderson à la place du Sergent Benton.

Pré-production[modifier | modifier le code]

Les costumes des Krynoids sont une récupération de ceux des Axons du tournage de The Claws of Axos (1971)

Tournage[modifier | modifier le code]

Le réalisateur engagé pour cet épisode fut Douglas Camfield qui avait réalisé l'épisode Terror of the Zygons au début de la saison. Vétéran de Doctor Who depuis sa deuxième saison, il s'agit de son dernier tournage pour la série.

Le tournage débuta par les prises de vues extérieures du 30 octobre au 3 novembre 1975 dans le Dorset à Athelhampton House pour les scènes à l'extérieur de la demeure d'Harrison Chase. Elles furent filmées par des caméras de télé extérieures afin de pouvoir insérer la créature Krynoid. Le tournage des modèles de celle-ci furent enregistrés au Ealing Television Film Studios le 6 novembre et les plans de la maquette de la base en antarctique ont été tournés au Puppet Theatre du Centre Televisuel de la BBC[2].

Les tournages en studio eurent lieu les 17 et 18 novembre 1975 au studio 4 du Centre Televisuel de la BBC pour l'enregistrement des parties 1 et 2. Hélas, Kenneth Gilbert (Dunbar) contracta la varicelle et Michael McStay (Moberley) eu un accident de voiture à la sortie du studio, ce qui décala les projets de tournage. La deuxième session de tournage eu lieu les 1er et 2 décembre au studio 4, pour l'enregistrement des parties 3 et 4, ainsi que les scènes en laboratoires et dans le bureau de Dunbar.

Le tournage à l'extérieur de la base antarctique eu lieu les 7 et 8 décembre dans un entrepôt de sel à Buckland dans le Surrey. Durant ce tournage, le décors de TARDIS (utilisé depuis 1963) s'écroula sur Elisabeth Sladen[1]. La scène de la limousine fut tournée à cette occasion, non loin de là, à Betchworth[2].

Les tournages en studio furent complétés les 15 et 16 décembre au studio 8 pour l'enregistrement des parties 5 et 6 et des scènes avec Dunbar qui n'avaient pas pu être enregistrées à cause de sa maladie. À cette occasion, l'acteur Michael McStay portait une barbe pour cacher ses cicatrices et l'entrée du centre de la BBC fut filmé afin de servir d'entrée au Bureau Mondial de l'Écologie. Le tournage fut bouclé au studio 4 le 19 novembre par des plans du Krynoid géant.

C'est à la fin de ce tournage qu'Elisabeth Sladen informera le producteur Philip Hinchcliffe de sa décision de quitter Doctor Who au cours de l'année suivante.

Diffusion et réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
Épisode 1 31 janvier 1976 24:10 11,4 Bandes couleurs PAL
Épisode 2 17 février 1976 24:09 11,4 Bandes couleurs PAL
Épisode 3 14 février 1976 24:51 10,3 Bandes couleurs PAL
Épisode 4 21 février 1976 24:26 11,1 Bandes couleurs PAL
Épisode 5 28 février 1976 25:06 9,9 Bandes couleurs PAL
Épisode 6 6 mars 1976 21:51 11,5 Bandes couleurs PAL
Diffusé en six parties du 31 janvier au 6 mars 1976, l'épisode fit un très bon score d'audience[3].

L'épisode fut critiqué par la polémiste Mary Whitehouse pour son imagerie violente. Elle écrira « La strangulation – manuelle, par des pinces, et par de la végétation obscène – est utilisé de façon récurrente et de manière assez proche pour qu'elle soit bien vue. Et cette série pour enfant leur apprend même à faire un Cocktail Molotov. »[4],[5] En réponse, la BBC lui répliqua que Doctor Who vise toute la famille, pas seulement les enfants[5].

Durant la période de repos entre la saison 13 et la saison 14, la publication comic-book de Doctor Who, continuera toutes les semaines dans le magazine Tv Comic avec John Canning aux dessins[6].

Paul Cornell, nommera deux personnages « Arnold Keeler » et « Derek Moberley » dans un épisode de Casualty en hommage à cet épisode.

Critiques[modifier | modifier le code]

En 1995 dans le livre Doctor Who: The Discontinuity Guide, Paul Cornell, Martin Day, et Keith Topping décrivent cet épisode comme « un épisode de Chapeau melon et bottes de cuir déguisé » et l'appelle « un autre bijou, à laquelle se rajoute l'excellente performance de Tony Beckley en Harrison Chase »[7]. Les auteurs de Doctor Who: The Television Companion (1998) aiment la façon dont l'épisode est coupé en deux parties, même s'il trouvent que par certains endroits le Krynoid est raté. Leur principal déception vient du fait qu'aucune figure connu de UNIT ne soit dans cet épisode, ce qui rend l'organisation « sans visage et sans caractère » dont la seule fonction dans l'histoire est de résoudre l'intrigue. Ils remarquent aussi que la fin n'a pas de sens étant donné que le Docteur est venu initialement en hélicoptère[8].

En 2010, Mark Braxton de Radio Times décrit The Seeds of Doom comme « un plat de viande riche et classieux accompagné de nombreux légumes. » Il salut la caractérisation des personnages, leur jeu ainsi que celui de Tom Baker. Il trouve toutefois que l'épisode a un "trou énorme" étant donné que le Docteur met énormément de temps à comprendre comment battre le Krynoid-Keller et semble avoir oublié que la version Winlett du Krynoid a été tuée par une explosion[9]. Sur le site The A.V. Club, le critique Christopher Bahn estime que cet épisode est « l'un des meilleurs » de l'époque, et salut particulièrement l'enchaînement des événements et la performance de Tom Baker[10]. Ian Jane de DVD Talk donne à The Seeds of Doom la note de 4 étoiles sur 5 trouvant qu'il s'agit d'un bon scénario[11]. Pour le magazine SFX Ian Berriman donne à l'épisode la note de 5 sur 5 « Parfois très grotesque, enrichi d'un aura, d'une bonne musique et tourné avec brio, il s'agit d'un des rares épisodes de Doctor Who en six parties qui peuvent vous laisser accrocher au siège sans jamais vous ennuyer. » Il est très positif aussi sur le jeu d'acteur de Beckley et Becker[12].

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut novélisé par Philip Hinchcliffe et publié en février 1977. Il porte le numéro 55 de la collection Doctor Who des éditions Target Book[13]. Le roman fut publié dans une version « allégée » aux États-Unis par Pinnacle Fiction en mars 1980[13]. Il fut aussi réédité en 1989 chez Star Classics Edition dans une édition double contenant cet épisode ainsi que "Doctor Who and the Deadly Assassin." [13]

Éditions commerciales[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions dans les pays anglo-saxons.

  • L'épisode est sorti dans un coffre double VHS en 1994
  • La musique de l'épisode est sortie en CD avec la BO de Terror of the Zygons
  • Le 25 octobre 2010, l'épisode eu droit à une sortie en DVD en Angleterre[12] et le 8 mars 2011 aux États-Unis[11]. Il sera réédité dans le Doctor Who DVD Files no 120 le 7 août 2013. En bonus, les éditions DVD offrent un making of et quelques contenus additionnels.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Shannon Sullivan, « The Seeds of Doom », A Brief History of Time Travel, (consulté le 30 août 2008)
  2. a et b (en) « The Masque of Mandragora - Story Locations », Doctor Who The Location Guide (consulté le 1er février 2014)
  3. (en) « The Seeds of Doom », Doctor Who Reference Guide (consulté le 30 août 2008)
  4. La citation se trouve en entier dans le livre de Michael Tracey et David Morrison Whitehouse, London & Basingstoke, 1979, p. 85
  5. a et b Geoffrey Levy, « Who's mocking Mary Whitehouse now? Book of her wonderfully forthright letters reveals the tireless anti-smut crusader was usually right », The Daily Mail, (consulté le 12 novembre 2012)
  6. (en) « In The Comics - The Fourth Doctor - The Wreckers! », Altered Vistas (consulté le 24 janvier 2014)
  7. (en) Paul Cornell, Martin Day et Keith Topping, The Discontinuity Guide, Londres, Virgin Books, (ISBN 0-426-20442-5), « The Seeds of Doom »
  8. (en) Howe, David J & Walker, Stephen James, Doctor Who: The Television Companion, Londres, BBC Books, (ISBN 978-0-563-40588-7, lire en ligne)
  9. Mark Braxton, « Doctor Who: The Seeds of Doom », Radio Times, (consulté le 4 mai 2013)
  10. Christopher Bahn, « The Seeds of Doom », The A.V. Club, (consulté le 4 mai 2013)
  11. a et b Ian Jane, « Doctor Who: The Seeds of Doom », (consulté le 4 mai 2013)
  12. a et b Ian Berriman, « DVD Review Doctor Who - The Seeds of Doom », (consulté le 4 mai 2013)
  13. a, b et c (en) « The Seeds of Doom », On Target (consulté le 15 janvier 2015)