The Masque of Mandragora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Masque of Mandragora
Épisode de Doctor Who
Doctor Who logo 1973-1980.svg
Le logo de la série (période 1973-1980)

Titre original The Masque of Mandragora
Numéro d'épisode Saison 14 (1re série)
Épisode 1 (ou 86)
Code de production MMMM
Réalisation Rodney Bennett
Scénario Louis Marks
Production Philip Hinchcliffe
Durée 4 x 25 minutes
Diffusion 4 septembre 1976 au 25 septembre 1976 sur BBC One
Personnages Docteur :
4e
Compagnons :
Sarah Jane Smith
Brigadier Lethbridge-Stewart
Chronologie
Précédent The Seeds of Doom The Hand of Fear Suivant
Liste des épisodes

The Masque of Mandragora (Le masque de Mandragore) est le quatre-vingt-sixième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who. Premier épisode de la quatorzième saison, l'épisode fut originalement diffusé en quatre parties, du 4 septembre au 25 septembre 1976.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après que le TARDIS ai été attaqué par une boule d'énergie, Le Docteur et Sarah Jane Smith atterrissent dans l'Italie du 15e siècle, à San Martino, où le comte Federico tente de détrôner son neveu, le jeune et idéaliste duc Giuliano.

Distribution[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Le Docteur et Sarah discutent dans une seconde salle de contrôle du TARDIS lorsqu'une boule d'énergie entre dans le vortex temporel. L'intelligence nommé l'Helix de Mandragora les attaque. Ils s'échappent avec le TARDIS sans savoir qu'un fragment de l'Helix est entrée avec eux. Ils atterrissent à San Martino dans l'Italie du XVe siècle, à l'époque où le duc de San Martino meurt, laissant son fils, Giuliano, un jeune homme attiré par la science, comme héritier. Mais la place est visée par son oncle, le comte Federico qui souhaite la mort du jeune homme et complote avec l'astrologue Hieronymous. Celui-ci fait partie d'un culte secret, le culte de Demnos, dont les membres enlèveront Sarah peu de temps après sa sortie du TARDIS. Sans savoir que le fragment d'Helix est lui aussi sorti du TARDIS, le Docteur tente de retrouver Sarah se retrouve face aux hommes du comte et se fait arrêter. Il le fait interroger par Hieronymous et se fait condamner à mort.

Au moment de son exécution, le Docteur parvient à s'échapper grâce à son écharpe. Il se retrouve alors dans les ruines du culte de Demnos et parvient à sauver Sarah du sacrifice. Au même moment l'Helix arrive et se fait passer pour Demnos auprès de Hieronymous auquel il promet de grand pouvoir s'il obéit à ses ordres. Le Docteur et Sarah sont retrouvés par des gardes mais ceux-ci sont fidèle à Giuliano avec lequel ils sympathisent rapidement. Apprenant que Giulinao a invité des grands scientifiques à son accession au duché, Federico demande à Hieronymous de l'empoisonner. Le Docteur pense que l'Helix a choisi cette destination car les circonstances se prêtaient à ce qu'il soit à la tête d'un nouveau culte lui permettant de prendre possession de la Terre. Il décide d'enquêter autour du temple de Demnos mais se fait psychiquement attaquer par l'Helix et poursuivre par les hommes de Federico, tandis que Sarah se fait capturer de nouveau par les disciples de Demnos. Elle est hypnotisée et droguée par Hieronymous afin de lui faire penser que le Docteur est un sorcier maléfique.

Le Docteur parvient à se détacher de l'influence de l'Helix et part aider Giuliano et ils parviennent à s'enfuir par les catacombes. Ils y retrouvent Sarah, qui semble être amnésique de ce qu'il s'est passé dans le temple. Ils parviennent à regagner le palais par un passage secret. Pendant ce temps, le comte Federico enlève Marco, le meilleur ami de Giuliano et le torture afin qu'il avoue que celui-ci fait partie du culte de Demnos. Le Docteur arrive à la conclusion que l'Helix a conduit le TARDIS dans cet endroit pour une bonne raison : tuer Léonard de Vinci et empêcher la période de la Renaissance. Alors que le Docteur interroge Hieronymous sur ses pouvoirs, il tente de se faire tuer par Sarah mais réussi à déjouer l'attentat à temps. Tous sont enlevés par les gardes de Federico à l'exception de Hieronymous qui parvient à s'enfuir à temps.

Emprisonné, le Docteur explique au comte que le culte de Demnos constitue une grande menace pour le duché. Le comte accepte de le suivre dans le temple, où ils assistent à une cérémonie dans laquelle le pouvoir de l'Helix est transféré à Hieronymous. Federico arrache le masque de celui-ci et s'aperçoit que son visage n'est plus qu'une boule d'énergie. Hieronymous utilise ses nouveaux pouvoirs pour le tuer. Le Docteur se fait passer pour un moine et réussit à revenir et à prévenir Giuliano. Avec la mort de son oncle, celui-ci est officiellement duc et les gardes sont dorénavant de son côté. Le Docteur comprend que les disciples vont tenter de prendre le pouvoir lors de l'éclipse devant arriver au lors du bal marquant l'arrivée au pouvoir de Giuliano et commence à prévoir un plan. Hieronymous fait irruption au bal et enlève les participants afin de leur faire assister à l'apparition de l'Helix. Au moment fatidique, les disciples tombent à Terre et l'énergie de l'Helix est dispersée. Le chef de leur culte enlève son masque, il s'agit du Docteur. Le lendemain, lui et Sarah reparte après avoir refusé une proposition du duc Giuliano de devenir scientifique à sa cour.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • C'est la première apparition de la salle de contrôle secondaire du TARDIS. À l'intérieur, Sarah trouve une veste appartenant au troisième Docteur ainsi que la flûte du second Docteur et un siège vu dans le TARDIS du premier Docteur.
  • C'est la première fois que le Docteur explique la raison pour laquelle tous les langages sont compréhensibles dans la série : il s'agit d'un don des Seigneurs du Temps. Dans l'épisode de 2005 « La Fin du monde » le Docteur explique que l'influence du TARDIS permet cette traduction.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

  • Le Docteur dit avoir appris à se battre auprès de la garde de Cléopatre et dit avoir rencontré Florence Nightingale.
  • La Mandragore avait dans le folklore de l'époque des propriété magique.
  • Selon Martin Wiggins du Shakespeare Institute, l'épisode est comparable à la pièce Hamlet : Giuliano est le novice intellectuel qui s'oppose à un oncle usurpateur[1].

Production[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

Assez satisfait de l'épisode « Pyramids of Mars » le producteur Philip Hinchcliffe souhaita recommencer un épisode où le Docteur visiterait le passé afin de combattre une menace extra-terrestre. La période de la Renaissance fut choisie après avoir vu le film de Roger Corman de 1964 Le Masque de la mort rouge. Afin de ne pas reproduire le cliché des épisodes des années 1960, le Docteur devait éviter de rencontrer des figures historiques. Le scénariste Louis Marks fut engagé car il s'était spécialisé dans la Renaissance italienne à l'université. Le script fut commissionné au début de l'année 1976 sous le titre provisoire de “Catacombs Of Death” ("les catacombes de la mort.")

L'Helix de Mandragora fut nommé en s'inspirant de la comédie de Machiavel La Mandragore, Hyeronimous est le nom latin du savant Girolamo Savonarola, un prophète assez célèbre à la cour de Florence entre 1494 et 1498. Giuliano s'inspire de Giuliano de Medici et Federico de Federico da Montefeltro, deux figures politiques de l'époque. L'épisode connu des titres de travail comme “Doom Of Destiny” ("la malédiction de la destinée") "The Curse of Mandragora" ("la malédiction de Mandragora") ou “Secret Of The Labyrinth” ("le secret du Labyrinthe.") Le titre final ne sera trouvé qu'au début du tournage en voyant les masques des comédiens jouant les disciples de Demnos. L'intrigue où Sarah est hypnotisée afin de tuer le Docteur fut ajoutée au scénario en cours de route elle aussi.

Casting[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le réalisateur engagé pour cet épisode fut Douglas Camfield qui avait réalisé l'épisode « Terror of the Zygons » au début de la saison. Il s'agit de son dernier tournage pour la série.

Le tournage débuta par des prises de vues d'effet spéciaux le 28 avril 1976 au centre télévisuel de la BBC à Londres. Les prises de vues extérieures furent tournée du 3 au 6 mai à Portmeirion[2], le village célèbre pour avoir servit de cadre à la série Le Prisonnier qui offrait une architecture proche d'une ville méditerranéenne. Le tournage vit un nouvel extérieur pour le TARDIS, l'ancien s'étant écroulé lors du tournage de « The Seeds of Doom »[3]

Le tournage en studio eu du retard car le 13 mai, Elizabeth Sladen et Tom Baker enregistraient une aventure audio Doctor Who and The Pescatons pour Argo Record. Sortit en juillet, il s'agissait de la première histoire audiophonique de Doctor Who[4].

Les tournages en studio eurent lieu les 25 et 26 mai 1976 au studio 3 du Centre Televisuel de la BBC pour l'enregistrement des scènes se déroulant dans le palais. Le passage où le Docteur explique la raison pour laquelle le langage est traduit fut ajoutée au script durant le tournage. La deuxième session de tournage eu lieu du 6 au 8 juin avec les scènes se déroulant dans le TARDIS et les scènes dans le Hall. À cette occasion une nouvelle salle de contrôle pour le TARDIS fut créée la première ayant été jugée trop grande pour bien filmer à l'intérieur, la colonne centrale et la porte principale posant problème. Celle-ci fut conceptualisée par Barry Newbery en lieu donnant un aspect un peu plus proche de l'univers de Jules Verne ainsi qu'une ouverture centrale par un couloir afin de supprimer les portes. La découverte par Sarah et le Docteur de cette salle secondaire fut rajoutée au script.

Diffusion et Réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
Épisode 1 4 septembre 1976 24:31 8,3 Bandes couleurs PAL
Épisode 2 11 septembre 1976 24:44 9,8 Bandes couleurs PAL
Épisode 3 18 septembre 1976 24:34 9,2 Bandes couleurs PAL
Épisode 4 25 septembre 1976 24:45 10,6 Bandes couleurs PAL
Diffusé en quatre parties du 4 septembre au 25 septembre 1976, l'épisode fit un bon score d'audience[5].

Durant la diffusion de cet épisode la publication du comic de Doctor Who, passera du magazine "Tv Comic" au magazine "Mighty Tv Comic" et passe de deux à une page par semaine toujours par John Canning[6]. C'est aussi à ce moment qu'une parties des anciens comics de Doctor Who sont retouchés de sorte à transformer le troisième Docteur en quatrième Docteur, Sarah Jane en "Joan Brown" et le Brigadier Lethbridge-Stewart en General Maxwell-Lennon[7]

Critiques[modifier | modifier le code]

En 1995 dans le livre "Doctor Who : The Discontinuity Guide", Paul Cornell, Martin Day, et Keith Topping semblent déçu que "une des quelques métaphores de Doctor Who (la masse énergique extra-terrestre = la superstition et l'ignorance scientifique) est floutée par le manque de connaissance scientifique de l'épisode lui-même. Mais l'épisode sonne bien et est beau, toutefois."[8] Les auteurs de "Doctor Who : The Television Companion" (1998) expliquent que les spectateurs de l'époque eurent des avis discordants face à cet épisode, mais que la majorité l'avait apprécié[9]. Ils trouvent selon eux que l'épisode est "très bien écrit", le trouve très intelligent avec une production bien amenée et un casting assez fort[9]."

En 2010, Patrick Mulkern de Radio Times décrit l'épisode comme "travaillé" avec "pas mal de confiance dans l'écriture et le jeu des acteurs." Il aime particulièrement la fin au bal masqué, les costumes, la musique et trouve que "le passage le plus faible est peut-être la représentation de l'Hélix[10]." Pour le site DVD Talk, Ian Jane donne à The Masque of Mandragora la note de 3,5 sur 5 et explique qu'il s'agit d'un objet "vraiment divertissant." Il trouve toutefois que l'épisode est un peu prévisible et que la plupart des personnages secondaires est "de façon surprenante assez mal décrit." Il salut le jeu de Tom Baker et l'atmosphère de l'épisode, trouvant que ce qui y est bon surpasse tout ce qui est mauvais[11].

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut novélisé sous le titre Doctor Who and the Masque of Mandragora par Philip Hinchcliffe et publié en décembre 1977. Il porte le numéro 42 de la collection Doctor Who des éditions Target Book[12]. Le roman fut réédité en 1979 aux États-Unis[12].

Cette novélisation fut traduite en français en septembre 1987 par les éditions Garancière dans la collection Igor et Grichka Bogdanov présentent Doctor Who sous le titre "Docteur Who - Le Masque de Mandragore" et porte le no 6 de la collection. La traduction est de Richard D. Nolane et l'illustration de couverture de Jean-François Pénichoux[13]. À noter que les Frères Bogdanov n'ont jamais eu vraiment aucun rôle dans cette histoire. Les droits de la série appartenaient à l'époque à TF1 et elle aurait dû être diffusée dans Temps X mais la série fut finalement diffusée confidentiellement le dimanche matin[14].

Éditions commerciales[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni et dans les pays anglophones.

  • L'épisode est sorti en VHS en août 1991.
  • En avril 2009, une lecture de la novélisation par Tim Pigott-Smith fut publiée en CD aux éditions BBC Audiobooks.
  • L'épisode eu droit à une sortie en DVD le 8 février 2010. La version DVD offre en bonus, les commentaires par Tom Baker, Gareth Armstrong (Giuliano), Philip Hinchcliffe et Chris D’Oyly-John, ainsi que des documentaires sur la création de l'épisode.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Matthew Sweet, « Who is Hamlet: Playing the Time Lord is perfect preparation for David Tennant's new role », The Independent,‎ 2008-07-20 (lire en ligne)
  2. « Walesarts, Portmeirion, Gwynedd », BBC (consulté le 2010-05-30)
  3. (en) « The Masque of Mandragora - Story Locations », Doctor Who The Location Guide (consulté le 8 février 2014)
  4. Shannon Sullivan, « The Seeds of Doom », A Brief History of Time Travel,‎ 2007-08-07 (consulté le 2008-08-30)
  5. (en) « The Masque of Mandragora », Doctor Who Reference Guide (consulté le 30 août 2008)
  6. (en) « In The Comics - The Fourth Doctor - The Mutant Strain », Altered Vistas (consulté le 24 janvier 2014)
  7. (en) « In The Comics - The Fourth Doctor - Doomcloud », Altered Vistas (consulté le 24 janvier 2014)
  8. (en) Paul Cornell, Martin Day et Keith Topping, The Discontinuity Guide, London, Virgin Books,‎ 1995 (ISBN 0-426-20442-5), « The Masque of Mandragora »
  9. a et b (en) Howe, David J & Walker, Stephen James, Doctor Who: The Television Companion, London, 1st ed.,‎ 1998 (ISBN 978-0-563-40588-7, lire en ligne)
  10. Patrick Mulkern, « Doctor Who: The Masque of Mandragora », Radio Times,‎ 14 août 2010 (consulté le 9 octobre 2013)
  11. Ian Jane, « Doctor Who: The Masque of Mandragora », DVD Talk,‎ 19 mai 2010 (consulté le 9 août 2013)
  12. a et b (en) « The Masque of Mandragora », On Target (consulté le 15 janvier 2015)
  13. « Le Masque de Mandragore - Terrance Dicks - Fiche Livre », Noosphère (consulté le 3 février 2014)
  14. « Doctor Who et le Club Dorothée », Gallifrance,‎ 1er août 2013 (consulté le 3 février 2014)