Teruzuki (destroyer, 1941)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir Teruzuki.

Teruzuki (照月)
Type Destroyer
Classe Akizuki
Histoire
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg Marine impériale japonaise
Commanditaire Drapeau du Japon Japon
Constructeur Arsenal naval de Maizuru
Lancement
Mise en service
Statut Coulé le
Équipage
Équipage 300 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 134,2 m
Maître-bau 11,6 m
Tirant d'eau 4,5 m
Déplacement 2 743 tonnes
À pleine charge 3 759 tonnes
Propulsion 2 turbines Kampon
3 chaudières Ro-Gō Kampon
Puissance 50 000 ch
Vitesse 33 nœuds (65 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement
Rayon d'action 8 300 miles nautiques à 18 nœuds (1097 tonnes de fuel)
Localisation
Coordonnées 9° 13′ 00″ sud, 159° 46′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Îles Salomon

(Voir situation sur carte : Îles Salomon)
Teruzuki (照月)
Teruzuki (照月)

Le Teruzuki (照月?) était un destroyer de classe Akizuki en service dans la Marine impériale japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

Historique[modifier | modifier le code]

Les 12 et , le Teruzuki fait partie de la Force de bombardement commandée par le contre-amiral Hiroaki Abe. Lors de la première bataille navale de Guadalcanal, il revendique sept navires américains endommagés et un coulé. Le lendemain matin, il assiste le cuirassé Hiei.

Les 14 et 15 novembre, il rejoint la Force de bombardement d'urgence commandée par l'amiral Nobutake Kondō. Lors de la deuxième bataille navale de Guadalcanal, il escorte des croiseurs lourds en compagnie du destroyer Asagumo. Après la bataille, il assiste le cuirassé Kirishima et secourt ses survivants.

Dans la nuit du 11 au , le Teruzuki mène un transport maritime de ravitaillement vers Guadalcanal. Alors qu'il patrouillait près du rivage à basse vitesse, il est torpillé par les PT boat PT-37 et PT-40. Des explosions de charges de profondeur et la propagation des incendies au cours des trois heures suivantes provoqueront la perte du navire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Roger Chesneau (édt.), Conway's All the world's fighting ships, 1922-1946, London, Conway Maritime Press, (réimpr. 2001), 456 p. (ISBN 978-0-851-77146-5, OCLC 931766183)
  • (en) Hansgeorg Jentschura, Dieter Jung et Peter Mickel (trad. de l'allemand par Antony Preston & J.D. Brown), Warships of the Imperial Japanese Navy, 1869–1945 [« Japanischen Kriegsschiffe, 1869-1945 »], Annapolis, Maryland, United States Naval Institute, (ISBN 978-0-870-21893-4, OCLC 34017123)
  • (en) M. J. Whitley, Destroyers of World War Two : an international encyclopedia, Annapolis, Md, Naval Institute Press, , 320 p. (ISBN 978-0-870-21326-7, OCLC 415654952)

Liens externes[modifier | modifier le code]