Teresa Pàmies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Teresa Pàmies
Nom de naissance Teresa Pàmies i Bertran
Naissance
Balaguer, Drapeau : Royaume d'Espagne Espagne
Décès (à 92 ans)
Grenade, Drapeau de l'Espagne Espagne
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture catalan
Genres

Œuvres principales

Testament a Praga

Teresa Pàmies i Bertran, née le à Balaguer et décédée le (à 92 ans) à Grenade (Espagne), est une écrivain espagnole d'expression catalane qui raconte surtout les expériences de l'exil pendant la guerre civile espagnole.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille du dirigeant marxiste Tomàs Pàmies. Elle rentre aux Joventuts Socialistes Unificades de Catalunya en 1937 et est une des fondatrices de l'Alliance Nationale de la Jeune Femme (1937-1939).

Mariée avec Gregorio López Raimundo, Secrétaire General du PSUC, fédéré avec le Parti communiste d'Espagne, elle est la mère de l'écrivain Sergi Pàmies.

Pendant la Seconde République espagnole, Teresa Pàmies devient une figure politique très engagée et après la guerre d'Espagne elle s'exile en France puis à Cuba, en République dominicaine et finalement au Mexique où elle étudie le journalisme.

En 1947, la féministe et militante de gauche abandonne le Mexique pour aller à Belgrade où elle travaille pour la radio et enfin à Prague.

En 1970, l'écrivain reçoit le Prix Joseph Pla de récit.

En 1971, elle revient définitivement en Catalogne et écrit différents livres en catalan.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Testament a Praga (Prix de la critique Serra d'Or et Prix Josep Pla du Récit 1972), avec son père.
  • Quan érem capitans (1974)
  • Va ploure tot el dia (1974)
  • Quan érem refugiats (1975 )
  • Si vas a París papà... (1975 )
  • Gent de la vetlla (1975 )
  • La filla de gudari (2001)

Prix et reconnaissance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]