Tchitrec de paradis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Terpsiphone paradisi

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paradis (homonymie) et Paradisi.
Terpsiphone paradisi
Description de cette image, également commentée ci-après
Terpsiphone paradisi mâle
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Monarchidae
Genre Terpsiphone

Espèce

Terpsiphone paradisi
(Linnaeus, 1758)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Tchitrec de paradis (Terpsiphone paradisi), encore appelé en français Moucherolle des Indes, Gobe-mouche de paradis indien ou Gobe-mouche du paradis est une espèce de passereau de taille moyenne. Il était anciennement rangé dans la famille des Muscicapidae, mais a été regroupé avec les gobemouches monarques dans celle des Monarchidae dont la plupart des représentants vivent en Australasie et dans les régions tropicales d'Asie.

Répartition[modifier | modifier le code]

Il vit dans les forêts du Turkestan à la Mandchourie, dans toute l'Inde et le Sri Lanka auprès de l'archipel malais sur les îles de Sumba et Alor. Il est migrateur et passe l'hiver en Asie tropicale. Il y a des populations résidant dans le sud de l'Inde, de sorte que migrants et résidants se retrouvent dans les mêmes lieux en hiver[1],[2].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon la description initiale de Linné il vivait en Inde[3] Plus tard les ornithologues ont vu cet oiseau spectaculaire dans d'autres parties de l'Asie et ont décrit plusieurs sous-espèces, dont les 13 suivantes sont reconnues aujourd'hui :

  • T. p. leucogaster (Swainson, 1838) se reproduit dans l'ouest des Monts Tian, en Afghanistan, dans le nord du Pakistan, au nord-ouest et au centre de l'Inde, dans les régions centrale et occidentale du Népal, les populations vivant dans l'est du Pakistan et dans le sud de l'Inde migrent vers les contreforts de l'Himalaya au printemps pour la reproduction[4].
  • T. p. affinis (Blyth, 1846) vit en Malaisie et à Sumatra.
  • T. p. incei (Gould, 1852) se reproduit dans l'est, le nord-est et le centre de la Chine, dans l'Extrême-Orient russe et dans le nord de la Corée, les populations retrouvées dans le sud de l'Asie ne se reproduisent pas.
  • T. p. insularis (Salvadori, 1887) habite l'île de Nias au large de la côte occidentale de Sumatra.
  • T. p. nicobarica (Oates, 1890) habite les îles Nicobar.
  • T. p. sumbaensis (Meyer, 1894) habite l'île de Sumba dans les Petites îles de la Sonde.
  • T. p. floris (Büttikofer, 1894) habite les îles de Sumbawa, Florès, Lembata et Alor dans les Petites îles de la Sonde.
  • T. p. procera (Richmond, 1903) vit dans le nord-ouest de l'île de Simeulue au large des côtes de Sumatra.
  • T. p. ceylonensis (Zarudny & Harms, 1912) vit au Sri Lanka.
  • T. p. borneensis (Hartert, 1916) habite Bornéo.
  • T. p. saturatior (Salomonsen, 1933) se reproduit dans la partie orientale du Népal et du nord-est de l'Inde, dans l'est du Bangladesh et le nord de la Birmanie. Les populations de Malaisie migrent vers le nord pour se reproduire[4].
  • T. p. burmae (Salomonsen, 1933) habite la région centrale de la Birmanie.
  • T. p. indochinensis (Salomonsen, 1933) vit dans les régions de l'est de la Birmanie, au Yunnan dans le sud de la Chine, migre à travers la Thaïlande et l'Indochine vers la Malaisie, Sumatra et les îles avoisinantes.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hugh Whistler, « The migration of the Paradise Flycatcher, (Tchitrea paradisi) », Journal of the Bombay Natural History Society, vol. 36, no 2,‎ , p. 498–499
  2. (en) Bates, R.S.P., « Migration of the Paradise Flycatcher Tchitrea paradisi », Journal of the Bombay Natural History Society, vol. 35, no 4,‎ , p. 896–897
  3. Linnæus, C. (1758) Caroli Linnæi Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Editio decima, reformata. Holmiæ, Impensis Direct. Laurentii Salvii
  4. a et b (en) Rasmussen, P.C, Anderton, J.C., Birds of South Asia: The Ripley Guide. Vol.2, Smithsonian Institution and Lynx Edicions, , p. 332–333

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :