TK-208 Dimitri Donskoï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

TK-208 Dimitri Donskoï
Image illustrative de l’article TK-208 Dimitri Donskoï
Sous-marin nucléaire lanceur d'engins de la classe Typhoon
Type Sous-marin nucléaire lanceur d'engins de classe Typhoon ТРПКСН
Projet 941 Akula
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the Soviet Union (1950–1991).svg Marine soviétique
Naval Ensign of Russia.svg Marine russe
Chantier naval Sevmash
Quille posée 30 juin 1976
Lancement 23 septembre 1979
Mise en service 29 décembre 1981
Équipage
Équipage 160 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 170 m
Maître-bau 23,3 m
Tirant d'eau 11 m
Déplacement 23 200 t en surface, 32 400 t en plongée
Propulsion 2 réacteurs à eau pressurisée OK-650b
Puissance 100 000 chevaux
Vitesse + de 27 nœuds en plongée, + de 12 nœuds en surface
Profondeur + de 400 m
Caractéristiques militaires
Armement 20 RSM-52 (missiles stratégiques)
6 tubes lance-torpille de 533 mm
Rayon d'action 120 jours en mer
Carrière
Port d'attache base navale de Zapadnaïa Litsa
Indicatif no  de fabrication 711,
no  de coque 801

Le TK-208 puis TK-208 Dmitri Donskoï (en russe : ТК-208 «Дмитрий Донской») est le premier sous-marin nucléaire lanceur d'engins[1] du projet 941 « Akoula » (code OTAN : classe Typhoon).

Service[modifier | modifier le code]

Construction et lancement[modifier | modifier le code]

Silhouette d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins du projet 941 « Akula ».

Le , le TK-208 est inscrit sur la liste des navires de guerre de la Marine soviétique en tant que « croiseur sous-marin lance-missiles » (RPK). Sa quille est posée le au chantier naval no 402 de la Sevmash à Severodvinsk. Pour construire les sous-marins de la classe Typhoon, un nouveau bâtiment a été construit, le plus grand dock couvert au monde. Le , le bâtiment en construction est reclassé « croiseur lourd sous-marin lance-missiles » (TRPK). Il est lancé officiellement le ou le (autre date possible de mise à l'eau) et il entre en service le après avoir réussi ses essais en mer[2].

Le , le TK-208 est affecté à la 18e division de sous-marins, la 1re flottille de Flotte du Nord (18 ДПЛ 1 ФлПЛ СФ), stationnée dans la baie Nerpichia, l'une des installations de la base navale de Zapadnaïa Litsa. Les travaux d'achèvement du sous-marin ne sont pas alors réellement terminés. Le de la même année le pavillon soviétique est hissé à bord lors de la première cérémonie des couleurs. Le le sous-marin rejoint la baie Nerpichia[2]. Comme les sous-marins occidentaux, chaque sous-marin de la classe Typhoon est sous la responsabilité de deux équipages.

Patrouilles opérationnelles et première IPER[modifier | modifier le code]

Le TK-208 effectue sa première patrouille opérationnelle en et . Puis une deuxième patrouille opérationnelle entre et , au cours de laquelle il passe 121 jours en plongée. Cette mission est l'occasion de tester son système d'armes D-19 et les missiles balistiques R-39 Rif (en)[2].

Le sous-marin est envoyé à nouveau en patrouille opérationnelle de à puis en . Le , le TK-208 est placé en IPER (KR) au chantier naval Sevmash pour réparations et modernisation en projet 941U, quelques mois avant la dislocation de l'URSS. En 1991, à la suite du manque de moyens financiers et du fait des problèmes rencontrés avec les missiles RSM-52V Bark, l'IPER est quasiment stoppée et le projet 941U est annulé. Le , le TK-208 aurait été endommagé lors d'un lancement de missile[2].

Le , le TK-208 est reclassé en « croiseur lourd sous-marin nucléaire stratégique » (TAPKSN - ТАПКСН). En a lieu la signature d'un protocole de parrainage par le ministère de l'énergie nucléaire. La modernisation en projet 941UM se poursuit entre 1996 et 2002[2].

Le [3], le TK-208 est rebaptisé TK-208 Dimitri Donskoï en hommage à Dimitri Ier Donskoï (1350-1389), grand prince de Vladimir et de Moscou. Le , la modernisation est officiellement terminée, le sous-marin est sorti de la forme de radoub le et début ses essais en mer après l'IPER le . Le , il est réintroduit dans la liste des bâtiments actifs de la Flotte du Nord[2].

Les modifications apportées pendant l'IPER visent à transformer le bâtiment en plateforme de test du nouveau missile balistique russe : le R-30 Boulava[4].

Plateforme de tir des missiles Boulava[modifier | modifier le code]

Le , le TK-208 Dimitri Donskoï procède au lancement d'un missile d'entraînement Boulava-M en surface, puis à un nouvel essai du même missile le en mer Blanche, cette fois en plongée. Le et le , l'équipage procède à des essais de la centrale de navigation en mer. En décembre 2004, le TK-2018 réintègre la 18e division de sous-marins et est équipé du système missile Boulava[2].

Le , il procède au tir d'un missile Boulava en plongée à 17 h 22 (13 h 22 GMT) depuis la mer Blanche. L’ogive du missile a atteint sa cible sur le polygone de Koura, situé sur la péninsule du Kamtchatka. Le , il effectue un nouveau tir de missile Boulava en plongée depuis la mer Blanche. L’ogive du missile a atteint là encore sa cible sur le polygone de Koura, au Kamtchatka[2].

Le , un troisième tir de missile R-30 Boulava échoue en raison d'un dysfonctionnement sur le deuxième étage du missile. Le , le TK-208 lance avec succès un missile Boulava, qui s'écrase en mer à la suite d'un problème de guidage. Lors d'essais en mer le TK-208 bat de 2 nœuds (4 km/h) la vitesse maximale du précédent record de la classe Typhoon[5].

Le , le TK-208 Dimitri Donskoï procède au lancement d'un missile Boulava (le résultat de ce tir est inconnu), puis à nouveau le en plongée, vers le polygone de Koura[2].

Le , le sous-marin tire un missile Boulava en plongée depuis la mer Blanche. L’ogive du missile a atteint sa cible sur le polygone de Koura, 20 minutes plus tard et le tir est un succès. Le , le TK-208 réussit un nouveau tir de Boulava depuis la mer Blanche vers le Kamtchatka. Le à h 0 heure de Moscou, le tir d'un missile Boulava depuis la mer Blanche se solde par un échec, en raison d'un dysfonctionnement au niveau du troisième étage[2].

L'année 2009 est à nouveau marquée par plusieurs échecs. Le le lancement d'un missile Boulava est perturbé par un générateur de gaz défaillant au niveau du premier étage ; et, l'essai du par un dysfonctionnement au troisième étage du missile[2].

Le , le TK-208 procède au lancement réussi d'un missile Boulava en plongée depuis la mer Blanche, vers le polygone de Koura, au Kamtchatka, puis à nouveau le , dans les mêmes conditions que le précédent. Ce tir réussi marque le 14e tir de missile réalisé par le TK-208 Dimitri Donskoï[2].

Le , le sous-marin est photographié dans le dock Soukhon du chantier naval Sevmash. Sa durée de service est prolongée jusqu'en 2020. Le , il appareille de Severodvinsk pour servir de plastron au K-550 Aleksandr Nevski (projet 955) et au K-329 Severodvinsk (projet 885). Il rentre à quai le . Un nouvel essai de missile balistique Boulava est programmé courant [2].

Il effectue une sortie en mer entre le et le , date de son retour à quai. Le , le TK-208 Dimitri Donskoï rentre à quai après avoir participé aux essais du K-551 Vladimir Monomakh du projet 955 « Boreï » (classe Boreï). Le , il appareille en même temps que le K-560 Severodvinsk pour la mer Blanche[2].

À la suite des traités de désarmement et du fait de la situation financière, TK-202 puis TK-12 et enfin TK-13 ont été retirés des listes des bâtiments actifs de la marine. Actuellement deux d'entre eux ont été complètement démantelés, laissant le TK-208 seul bâtiment encore en service de sa classe et le plus gros sous-marin du monde en service actif[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Croiseur Lourd sous-marin lanceur d'engins (Тяжёлые ракетные подводные крейсеры стратегического назначения abrégé en ТРПКСН) selon la dénomination russe.
  2. a b c d e f g h i j k l m et n TK-208 Dimitri Donskoï sur soumarsov.eu.
  3. (en) « Nuclear-powered ballistic missile submarinesProject 941 Akula », sur russianships.info (consulté le 5 juin 2018).
  4. Bellona, « Nuclear submarine Dmitry Donskoy is about to enter active service », www.bellona.no, (consulté le 28 mai 2008).
  5. Anastasia Nikitinskaïa, Sevmash service de presse, La Semaine du Nord, « Юбилей «Донского» », vdvsn.ru,‎ (consulté le 22 mars 2008).
  6. Vincent Groizeleau, « Le plus gros sous-marin du monde a 35 ans », sur Mer et Marine, (consulté le 22 décembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]