Syndrome de la femme blanche disparue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le syndrome de la femme blanche disparue (en anglais, « Missing white woman syndrome ») est une expression traduite de l'anglais qui illustre un biais médiatique : les affaires, souvent des disparitions, impliquant des femmes blanches jeunes et jolies de classe moyenne supérieure[1] semblent bénéficier d'une couverture médiatique plus importante que celles impliquant des hommes ou des femmes non blanches, de classe sociale pauvre ou populaire, jugées de moindre intérêt. Il peut s'agir en particulier de personnes SDF, de prostitués ou de personnes au physique ordinaire[2],[3],[4].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Une étude statistique sur les médias en ligne tend à montrer que les disparitions de femmes blanches font l'objet d'une couverture plus importante[5].

Un vecteur sociétal[modifier | modifier le code]

Jaquette du magazine Weird Tales de juillet 1953. Le citoyen américain amateur de pulps est invité à protéger les demoiselles en détresse des griffes des aliens libidineux et communistes.

Cet effet s'observant pour l'essentiel dans les grands médias télévisuels américains, on pourrait considérer qu'il repose sur une conception communautaire de la société civile : les WASP sont les fondateurs des États-Unis et le manque de femmes ressenti pendant la conquête de l'Ouest a été reflété dans les westerns mythiques des années cinquante, tournés à une période de retour au conservatisme sous l'influence du maccarthysme. La seule idée de s'en prendre aux femmes de type WASP est donc une infamie, ce qui implique de développer les moyens pour les protéger de toute menace et légitime implicitement les budgets alloués pour ces moyens sécuritaires.

Canada[modifier | modifier le code]

Les femmes les plus touchées par ce syndrome au Canada sont les femmes des Premières Nations. Selon une étude publiée dans The Law and Society Association, lorsqu'une femme de nature amérindienne disparaît au Canada, elle est 27 fois moins couverte par les médias.

Mary Lisa Smith, mère de quatre enfants, est une femme de la Première Nation de Roseau River[6]. Très peu de médias ont couvert cette disparition, ce qui peut avoir influencé les chances de retrouver sa trace. Elle disparaît au Manitoba en 1999 et n'a jamais été retrouvée. Le service de police des Premières Nations du Manitoba relance l'enquête en 2020, c'est-à-dire 21 ans après sa disparition[6]. Seulement trois ans plus tard, Nicole Hoar, une jeune femme blanche de vingt-quatre ans, disparaît en Colombie-Britannique[7]. Cette fois-ci, « sa disparition a été soulignée dans tous les médias » selon un article de Houston Today[8]. Les recherches continuent encore à ce jour, contrairement à celles de Mary Lisa Smith, qui avaient été abandonnées pendant plusieurs années.

Plusieurs cas semblables sont documentés au Canada. Un rapport de 2014 de la GRC a conclu que 1017 femmes autochtones ont été assassinées et que 164 autres ont été considérées disparues entre 1980 et 2012, au Canada[9]. Carolyn Bennet, première ministre chargée des relations autochtones, affirme que ce sont probablement plus de 1 200 femmes autochtones qui ont été assassinées ou qui ont disparu à l'échelon national[9].

La route des larmes a contribué en grande partie aux dénonciations de femmes autochtones disparues. Cette autoroute de 724 km en Colombie-Britannique illustre l'ampleur des violences faites aux femmes autochtones : les autorités reconnaissent au moins 18 cas de meurtres et de disparitions, dont 10 seraient des femmes d’origine de Premières Nations[9]. La communauté autochtone[Laquelle ?] insiste sur le fait que ce sont plus de 40 personnes disparues qui ont été aperçues pour la dernière fois sur cette route[9]. Une enquête menée par l’organisation internationale Human Rights Watch établit que la Colombie-Britannique est la province ayant « le pourcentage le plus élevé d’affaires de meurtres non résolus de jeunes filles et de femmes autochtones au Canada[9] ».

Exemples[modifier | modifier le code]

Les personnes disparues suivantes ont été citées comme exemple du syndrome de la femme blanche disparue :

États-Unis[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Guerre en Irak[modifier | modifier le code]

Le sauvetage de Jessica Lynch, mené par les forces spéciales U.S. en pleine couverture médiatique de l'opération liberté irakienne, fut décrié comme un show hollywoodien visant à atteindre l'opinion publique via le téléspectateur[31] en développant la thématique média de la demoiselle en détresse.
Cette photo émane des services de presse de l'USCENTCOM.

Les critiques ont montré le biais médiatique de la couverture de la capture du soldat Jessica Lynch par rapport aux soldats Shoshana Johnson (en) et Lori Piestewa (en). Les trois ont été attaquées ensemble le lors de l'invasion de l'Irak par les États-Unis. Piestewa meurt durant l'attaque alors que Lynch et Johnson sont blessées et faites prisonnières. Lynch, une femme blonde, blanche et jeune reçoit plus l'attention des médias que Johnson (trentenaire noire et mère célibataire)[32],[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Eugene Robinson, « (White) Women We Love », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. (en)Diagnosing 'Missing White Woman Syndrome' Tom Foreman, CNN Correspondent, 14 mars 2006, 'phrase invoked by Sheri Parks, a professor of American studies at the University of Maryland, College Park'.
  3. (en) Eugene Robinson, « (White) Women We Love », The Washington Post,‎ (lire en ligne) :

    « 'choosing only young, white, middle-class women for the full damsel treatment' »

    .
  4. (en) Kristal Brent Zook, « Have you seen her? While the families of the missing struggle to bring national attention to their lost loved ones, they sift through the clues and pray for a miracle »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Essence,  : « '"But missing Black women aren't featured as much", says Howard.' »
  5. Zach Sommers, « Missing White Woman Syndrome: An Empirical Analysis of Race and Gender Disparities in Online News Coverage of Missing Persons », Journal of Criminal Law & Criminology, vol. 106, no 2,‎ , p. 275–314 (lire en ligne, consulté le )
  6. a et b Zone Justice et faits divers- ICI.Radio-Canada.ca, « Disparition de Mary Lisa Smith en 1999 : la police relance l'enquête », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  7. (en-US) « Nicole Hoar investigation still active, says RCMP », sur Burns Lake Lakes District News, (consulté le )
  8. (en-US) « RCMP still looking into the Nicole Hoar disappearance », sur Houston Today, (consulté le )
  9. a b c d et e « Route des larmes | l'Encyclopédie canadienne », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le )
  10. a b c et d (en)“If you’re missing, it helps to be young, white and female”, MSNBC, 23 juillet 2004.
  11. (en) Julie Mianecki, « Chandra Levy's killer sentenced to 60 years in prison », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. a b c et d (en) “Spotlight skips cases of missing minorities”, USA Today, 15 juin 2005.
  13. (en)[« http://www.fox13now.com/news/local/kstu-defense-witnesses-testify-elizabeth-smart-kidnapping-case,0,887598,full.story »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ) "Defense Witnesses Testify"], KSTU (en), 17 novembre 2010.
  14. a et b (en)[1] Memmott, Mark, "accused killer in controversial murder case goes on trial." USA Today, 30 mars 2006. Consulté le 2 janvier 2011.
  15. (en)“House panel passes 'Dru's Law' in sex offender bill”, USA Today, 27 juillet 2005.
  16. a b et c (en)[2] Hutchison, Earl Ofari "The terrible case of Mitrice Richardson" L.A Watts Times, 19 août 2010. Included this case as "missing white woman syndrome."
  17. (en) « Aruba Investigation Into Disappearance of American Teen Natalee Holloway Is Not Over », FOXNews.com, (consulté le ).
  18. (en)“Race Bias in Media Coverage of Missing Women?; Cheryl Hines Dishes on New Show”, Cable News Network, transcript, diffusé le 17 mars 2006.
  19. (en)[« http://insession.blogs.cnn.com/2008/07/10/remembering-michelle/ »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ) “Remembering Michelle”], Cable News Network, blog entry recaps In Session anchor Jami Floyd's commentary at opening of In Session's coverage of Gardner-Quinn murder trial.
  20. (en) Katie Robertson, « News Media Can’t Shake ‘Missing White Woman Syndrome,’ Critics Say », The New York Times, (consulté le )
  21. (es) « Hallan un cuerpo que coincide con la descripción de la desaparecida Gabby Petito en una zona remota de Wyoming », El Mundo, (consulté le )
  22. (it) Violetta Bellocchio (it), « Cercasi donna bianca », Studio, no 1 « Vecchio Continente a chi? »,‎
  23. (it) Emilio Alessio Loiacono, « Sindrome da donna bianca scomparsa, damigella in pericolo, attention inequality, Matthew effect », sur medicinaonline.co, (consulté le )
  24. (it) Davide Di Stefano, « La sindrome da donna bianca scomparsa », Il Primato Nazionale (it), (consulté le )
  25. Barış Seçkin et Ayvaz Çolakoğlu, « Sauvée par les services secrets turcs, une jeune italienne embrasse l'Islam », Agence Anadolu, (consulté le )
  26. (en) Evan Alan Wright, « Lucie Blackman: Death of a Hostess », Time world, Tokyo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. (en) David McNeill, « International Media Scream 'Yellow Peril'. Race and sensationalism in coverage of Japan's Hawker, Blackman murders », The Asia Pacific Journal, JapanFocus.org, (consulté le ).
  28. (en) « Chris Jefferies and suspects under the spotlight », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. (en) Steven Morris, « Joanna Yeates: How fate of 'ideal victim' captured nation's attention », The Guardian, Londres,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. (en) Liz Kershaw, « Why isn't my friend's murder on TV, Mum? Ask the Night Stalker: Liz Kershaw questions media coverage », Daily Mail, Londres,‎ (lire en ligne).
  31. pour en savoir plus, voir les articles sur le cinéma de sécurité nationale.
  32. (en) William Douglas, « A case of race? One POW acclaimed, another ignored », The Seattle Times,‎ (lire en ligne [archive du ]).
  33. (en) Osha Gray Davidson, « The Forgotten Soldier », Rolling Stone ALT mirror article, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]