Sulfanilamide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sulfanilamide
Sulfanilamide
Identification
Nom IUPAC 4-aminobenzenesulfonamide
Synonymes Sulfamide, sulfonamide, 1662 F,
Para-aminophénylsulfamide, Prontosil album, Septoplix…
271 noms recensés par le NCBI
No CAS 63-74-1
No EINECS 200-563-4
Code ATC J01EB06 D06BA05
DrugBank DB00259
PubChem 5333
SMILES
InChI
Apparence poudre cristalline blanche
Propriétés chimiques
Formule brute C6H8N2O2S  [Isomères]
Masse molaire[1] 172,205 ± 0,011 g/mol
C 41,85 %, H 4,68 %, N 16,27 %, O 18,58 %, S 18,62 %,
pKa 10.58 à 20 °C
Propriétés physiques
fusion 165,5 °C
Solubilité 7,5 g·l-1 eau à 25 °C
Peu soluble dans l'alcool.
Soluble dans les graisses.
Insoluble dans le benzène,
l'éther, le chloroforme
Masse volumique 1,08 g·cm-3
Écotoxicologie
DL50 3 000 mg·kg-1 souris oral
500 mg·kg-1 souris i.v.
2 900 mg·kg-1 souris s.c.
5 mg·kg-1 souris i.p.
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le sulfanilamide C6H8N2O2S, soluble dans l'éthylène glycol, est le membre le plus simple d'une famille de médicaments: les sulfanilamides. Il inhibe une enzyme nécessaire à la production d'acide folique par les bactéries et est donc un médicament antibactérien.

Les sulfanilamides sont des molécules contenant le groupe fonctionnel sulfonamide lié à l'aniline.


Mode d'action[modifier | modifier le code]

Analogie structurale entre le sulfanilamide (à gauche) et le PABA (au centre). Ce dernier intervient dans la synthèse du dihydrofolate (à droite) chez les bactéries.

Le sulfanilamide et ses dérivés sont des analogues structuraux de l'acide p-aminobenzoïque ou PABA. Ce dernier composé est l'un des éléments qui interviennent dans la synthèse des folates chez les bactéries et les plantes. Le sulfanilamide est un inhibiteur de la dihydroptéroate synthase, l'enzyme qui catalyse la condensation du 6-hydroxyméthyl-7,8-dihydroptéridine pyrophosphate à l'acide para-aminobenzoïque pour former le 7,8-dihydroptéroate. Le sulfanilamide est utilisé par la dihydroptéroate synthase comme substrat à la place du PABA. Cette « fausse réaction » avec le sulfanilamide conduit à la formation d'un produit inactif, qui ne peut subir l'étape métabolique suivante pour donner le dihydrofolate, réaction qui est catalysée par la dihydrofolate synthase.

Le dihydrofolate étant un cofacteur essentiel à de nombreuses voies métaboliques (synthèse des nucléotides, de certains acides aminés, réaction de méthylation), les bactéries ne peuvent se développer.

Chez les animaux, les folates ne sont pas synthétisés par l'organisme, mais sont obtenus par l'alimentation (vitamine B9) et il n'y a donc pas d'action inhibitrice du sulfanilamide et de ses dérivés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le sulfanilamide est synthétisé dès 1908, à Vienne, par Paul Gelmo[2], assistant de Wilhelm Suida[3]. Mais l'inventeur ne remarque pas les propriétés thérapeutiques de son produit et il faut attendre plus d'un quart de siècle pour que, étudiant l'activité antibactérienne du Prontosil (sulfamidochrysoïdine) mis au point par Domagk en 1935[4], Jacques et Thérèse Tréfouël, Daniel Bovet et Federico Nitti, dans le laboratoire d'Ernest Fourneau à l'Institut Pasteur, isolent le sulfanilamide, métabolite du médicament de Domagk. Dès la fin de la même année 1935, ils démontrent que ce para-aminophénylsulfamide, ou 1162 F, est l'agent thérapeutique incolore de la sulfamidochrysoïdine colorante[5]. Renversant l'axe des recherches, jusqu'alors poursuivies dans l'idée que l'action antibactérienne des colorants azoïques était attachée à leurs propriétés tinctoriales, ils ouvrent ainsi la voie à la sulfamidothérapie[3].

Le sulfanilamide, métabolite du Prontosil

Connu de longue date, le sulfanilamide ne peut être breveté, et non seulement sa formule va servir de base à la synthèse des autres médicaments sulfamidés, mais elle sera commercialisée à l’identique sous un nombre considérable de marques, à commencer par le Prontosil album, lancé dès 1936 par IG Farben[6], et par le Septoplix, vendu à partir de 1937 par les laboratoires Théraplix, issus de la fusion de la société du Radium médical et des établissements Albert-Buisson[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. P. Gelmo, « Uber sulfamide der p.aminobenzolsulfonsäure », Journal für praktische Chemie, vol. 77, 1908, p. 369.
  3. a et b Bovet 1988, p. 48.
  4. G. Domagk, « Ein Beitrag zur Chemotherapie der bakteriellen Infektionen », dans Deutsch. Med. Wschr., vol. 61, 15 février 1935, p. 250.
  5. J. et T. Tréfouël, F. Nitti et D. Bovet, « Activité du p.aminophénylsulfamide sur l’infection streptococcique expérimentale de la souris et du lapin », dans C. R. Soc. Biol., vol. 120, 23 novembre 1935, p. 756.
  6. G. Domagk, « Chemotherapie der Streptokokkeninfektionen », dans Klin. Wschr., vol. 15, 31 octobre 1936, p. 1585.
  7. Association corporative des étudiants en pharmacie, Université de Rennes 1.