Stimmung

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la musique classique
Cet article est une ébauche concernant la musique classique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Stimmung
Image illustrative de l'article Stimmung
Stockhausen au festival d'arts de Shiraz en septembre 1972 : au fond, debout, le technicien Volker Müller, le compositeur Karlheinz Stockhausen, avec (entre autres) les membres du Collegium Vocale Köln : Karl O. Barkey, Hans-Aldrich Billig, Wolfgang Lüttgen, Günther Engels, Christoph Caskel et devant, Péter Eötvös, Dagmar von Biel, Gaby Rodens, Wolfgang Fromme, Helga Hamm-Albrecht.

Genre musique contemporaine
Musique Karlheinz Stockhausen
Texte Karlheinz Stockhausen
Durée approximative 74 minutes
Dates de composition 1968
Création
Maison de la radio, Paris

Stimmung, pour six chanteurs et six microphones, est une composition de Karlheinz Stockhausen, écrite en 1968 et commandée par la ville de Cologne pour le Collegium Vocale Köln. Sa durée est variable, du fait d'une certaine liberté laissée aux interprètes, celle des quatre enregistrements actuellement disponibles sur le marché dépasse une heure. Elle porte le numéro 24 dans le catalogue du compositeur. Elle a parfois été qualifiée d'œuvre à la fois sérielle et tonale[1],[2], bien qu'elle soit en réalité fort éloignée de ce que l'on place habituellement sous ces deux concepts. Elle tire son origine d'une précédente œuvre non terminée, écrite en 1960, intitulée Monophonie[1].

Historique et influences[modifier | modifier le code]

Stimmung a été composé aux États-Unis en février et mars 1968, alors que Stockhausen revenait d'un voyage en Californie, au Mexique et à Hawaï. Elle est dédicacée au peintre Mary Bauermeister[3]. Le compositeur écrit l'œuvre près du détroit de Long Island, sous la neige, une mer gelée et un fort vent continu[4].

Une influence souvent mentionnée à propos de Stimmung est celle qu'a exercée le minimaliste La Monte Young, et la musique qu'il développe dans les années 60 avec son ensemble The Dream Syndicate[5]. Bien que Young ait été l'étudiant de Stockhausen, Stimmung est une pièce « à la La Monte Young », d'après Steve Reich[6].

Structure[modifier | modifier le code]

L'œuvre est composé de 51 sections, la plupart étant consacrées à l'invocation d'une divinité avec des jeux mélodiques et rythmiques sur des mots répétés. Un chœur mixte fait entendre des ostinatos en polyphonie en même temps qu’un soliste  : les sons émis par cette voix de basse sont des onomatopées. Il y a des jeux de souffle sur les sons « f », « ch », « i » et « u » puis apparaissent deux textes en allemand en parlé-chanté (sprechgesang), constitués par deux poèmes érotiques de Stockhausen. C’est une œuvre écrite dans un style de la deuxième moitié du XXe siècle, style « contemporain », marqué par l’emploi du parlé-chanté et des jeux de souffle.

Lors de l'exécution de la pièce, le concert se présente comme un « feu de camp hippie »[4], les chanteurs s'assoient en cercle sur le sol, dans la position du lotus. L'œuvre se compose de 51 phases interprétées les unes après les autres. C'est autour de la note pivot si bémol que la pièce se déroule. Par moments, les interprètes doivent choisir un nom de Dieu (pré-noté sur la partition) et le chanter. On peut parler de Stimmung comme d'une œuvre indéterminée dans le sens que ce sont les interprètes qui choisissent le parcours mélodique et syllabique de la pièce.

Réception et influence[modifier | modifier le code]

Stimmung a été créé à Paris le à la Maison de la radio et a reçu un accueil favorable, ainsi que lors de ses représentations successives en Europe[4]. Certains critiques se sont montré réservés au sujet des poèmes osés écrits par le compositeur et de l'aspect rituel de la pièce[4].

Stimmung aura une influence sur certains compositeurs de musique spectrale, notamment Tristan Murail, Magnus Lindberg, Gérard Grisey[7],[4].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Collegium Vocale Köln : Dagmar Apel, Gaby Rodens, sopranos ; Helga Albrecht, alto ; Wolfgang Fromme (dir.) et Georg Steinhoff, ténor ; Hans-Alderich Billig, basse (30-31 octobre 1969, LP Deutsche Grammophon 2720025 / 2561 043) (notice BnF no FRBNF38075429)
  • Collegium Vocale Köln : Dagmar von Biel et Gaby Ortmann-Rodens, sopranos ; Helga Hamm-Albrecht, alto ; Wolfgang Fromme et Helmut Clemens, ténor ; Hans Alderich Billig, basse ; dir. Karlheinz Stockhausen (1969, «  Zeitgenössische Musik in der Bundesrepublik Deutschland vol. 7 », LP Deutsche Harmonia Mundi) (OCLC 179764113)
  • Singcircle : Suzanne Flowers, Penelope Walmsley-Clark, Nancy Long, Rogers Covey-Crump, Gregory Rose (dir.), Paul Hillier (27-28 janvier 1983, Hyperion CDA66115) (OCLC 61747241)
  • Theatre of Voices : Else Torp, Louise Skovbæch, Clara Sanabras, Wolodymyr Smishkewych, Kasper Eliassen, Andrew Hendricks, dir. Paul Hillier – version Copenhague (2006, SACD Harmonia Mundi HMU 807408) (OCLC 717345600)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Hubert Stuppner, « Serialità e misticismo in Stimmung di K. Stockhausen. » (Nuova) Rivista Musicale Italiana 8, no 1, janvier-mars 1974, p. 83-98.
  • Michel Rigoni, « Karlheinz Stockhausen: Stimmung: Six chanteurs en quête d’harmonie. » Analyse Musicale 4e trimestre, 1992, p. 75–83.
  • (en) Keith Potter, Four Musical Minimalists: La Monte Young, Terry Riley, Steve Reich, Philip Glass, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-01501-4)
  • (en) Steve Reich, Writings on Music 1965-2000, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-515115-2)
  • (en) Richard Toop, « Stimmung », dans Richard Toop, Six Lectures from the Stockhausen Courses Kürten 2002, Kürten : Stockhausen-Verlag, 2005, p. 39–71. (ISBN 3-00-016-185-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Stimmung » (voir la liste des auteurs).

  1. a et b Toop 2005, p. 39
  2. Stuppner 1974
  3. Rose G, Ireland H, notice de l'enregistrement de l'œuvre, Singcircle, éditions Hypérion
  4. a, b, c, d et e Patrick Szersnovicz, Stimmung de Karlheinz Stockhausen, le Monde de la musique, février 2009, p. 50-51
  5. Potter (2000), p. 89
  6. Reich (2002), p. 202
  7. Rigoni 1992, p. 83

Liens externes[modifier | modifier le code]