Stéphane Rousson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Stephane Belgrand Rousson)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Stephane Belgrand Rousson
Description de cette image, également commentée ci-après
Mlle Louise, ballon à propulsion humaine
Rouen Boos, 2006.
Naissance
Nice
Nationalité Drapeau de la France France
Pays de résidence France
Profession
« Aérocéanaute »
Activité principale
concepteur et pilote de ballons dirigeables et de sous-marins

Stephane Belgrand Rousson, né le à Nice, est un inventeur français passionné de sports extrêmes, qui développe des véhicules à propulsion humaine ou utilisant des systèmes à faible puissance ou des énergies renouvelables[1]. Le spationaute Jean-François Clervoy l'a qualifié d'« aérocéanaute[2] » pour son travail d'exploration aéro-maritime[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

L'ingénieur Didier Costes et le pilote Gérard Feldzer seront les mentors de Stephane de 2003 à 2010[4].

De 2003 à 2005, il restaure le ballon Zeppy de Luc Geiser, unique ballon à propulsion humaine en France, au musée de l'Air et de l'Espace à l'aéroport du Bourget avec Gérard Feldzer[5]. Il débute en 2005 la construction de son propre ballon ballon à propulsion humaine, le Mlle Louise, avec une nacelle en position couchée pour obtenir plus de performances et tenter la traversée de la Manche[6]. Il travaillera jusqu' en 2007 avec Didier Costes pour mettre au point son dirigeable Liftium, qui utilise la force du vent pour se propulser, et la technologie du voilier des airs pour la navigation.

Son apprentissage sera le résultat d' une série de rencontre avec les pilotes de ballon à gaz Janet_Folkes (en) et Pierre Ponomareff[4].

Le , il est le premier pilote à tenter la traversée de la Manche en ballon dirigeable à propulsion humaine[7] : Il sera accompagné par deux bateaux d'assistance[8]. Il échoue à quelques kilomètres de l'arrivée poussé par des vents contraires[9]. L'effort sera de huit heures de vol en musculaire[10]. Il aura parcouru 35 kilomètres[11].

En 2014, Stephane conçoit un nouveau ballon aéromaritime, l'Aerosail[12]. L'Aerosail, qu'il pilote, est un voilier des airs propulsé uniquement par l'énergie éolienne utilisant le principe du « chien de mer » de Didier Costes[13]. Le concept de vol fut démontré par Gerard Feldzer et Nicolas Hulot en 1992 lors des essais avec Zeppy 2[14]. L'objectif de recherche est de démontrer le principe de vol lors d'une traversée maritime[15]. Il projette de rallier Nice à Calvi avec l' aide de son équipe pour l'assister durant le vol[16]. il mettra au point le Seaglider permettant ce type de vol issu du chien de mer de Didier Costes[17].

En 2016, il conçoit une nouvelle nacelle à propulsion humaine et établi avec l'équipe du pilote anglais Guy Martin un record de vitesse non officiel de 13 nœuds[18].

En février 2018, il réalise son troisième vol libre (sans lien captif à la mer) avec le ballon Zeppy à propulsion humaine musculaire[19]. Le vol aura lieu dans la baie de Villefranche-sur-Mer[20]. Il s'agit d'un vol d'entrainement pour tester du matériel en vue des préparatifs pour une traversée vers la Corse avec son voilier des airs[21].

Il va appliquer certains principes des techniques de vol du ballon dirigeable au milieu sous-marin pour développer un sous-marin de poche[22]. En s'associant avec le designer Minh-lôc Truong et l'ingénieur Bruno Sertier, ils créent en 2010 le sous-marin Scubster[23]. Les premiers essais auront lieu à Villefranche-sur-Mer[24]. Le Scubster est visible au Musée Frédéric-Dumas de la plongée sous-marine[25].

Ils créent en 2013 la version électrique du Scubster Nemo[26]. Le sous-marin est équipé d'une propulsion électrique pour plongées scientifiques et techniques'[27],[28]. Il est aussi conçu pour le développement et l'accès à la pratique de la plongée handisport[29]. C'est un véhicule faisant partie de la catégorie des sous-marin humide de poche[30],[31].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

L'équipe du Scubster au Naval Warfare Surface Center de Bethesda USA

Avec son équipe du Team Scubster, ils remportent le 2 juillet 2011 le prix de l‘innovation pour la maniabilité du Scubster, remporté au Naval Warfare Surface Center de Bethesda, aux États-Unis, lors du 11e championnat du monde de sous-marins à propulsion humaine musculaire[32]. Le scubster fera l'objet de nombreux articles de presse au niveau international[33]. l'innovation est remarquable sur le plan de la maniabilité[34].

Le film documentaire Voyage à la lisière de l'utopie réalisé par Loïc Tanant sera plusieurs fois sélectionné lors de festivals[35].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Voyage à la lisière de l'Utopie[37], ouvrage photos et textes accompagné du film de 22 minutes sur DVD[38].
  • Théorie du Ballon dirigeable, manuel de vol du ballon dirigeable ULM Classe 5.
  • Aérosail Voilier des airs, 2015 [lire en ligne] [PDF].
En réponse aux questions sur la vitesse des vols musculaires ou éoliens, il dit « Je navigue à la vitesse de contemplation ; de quoi donner du fil à retordre à tous les mathématiciens. »

Terme « aéroceanaute »[modifier | modifier le code]

C'est lors d'un échange par courrier électronique le sur le travail et la mise au point du Seaglider pour le kitesurf que le spationaute Jean-François Clervoy qualifia Stéphane Belgrand Rousson ainsi que le spationaute Michel Tognini d'« aéroceanautes »[39],[40]. Les deux spationautes étant amateurs de ce sport de glisse et de découvertes.

Stéphane Rousson recevra par ailleurs le soutien de Jean-François Clervoy[39] et Michel Tognini pour le projet Scubster (sous-marin à propulsion humaine) lors de la course de sous-marins à propulsion humaine se tenant au Carderock Division of the Naval Surface Warfare Center de Bethesda en 2011, commandée par leur confrère, l'astronaute Heidemarie Stefanyshyn-Piper.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le « fou volant » n'a pas réussi son pari de survoler Nice en ballon dirigeable », Nice-Matin, (consulté le 13 août 2018)
  2. « Stéphane Rousson, ce « merveilleux fou volant dans ses drôles de machines » entre ciel et mer » [PDF], ENAC alumni, , p. 32-35
  3. EdeN, Envie(s) de Nature, « EdeN - Stéphane Rousson, l'aérocéanaute » [vidéo], (consulté le 13 août 2018)
  4. a et b (en) « Windream One 2007-2008 » [PDF], Theolia, , p. 10.
  5. « Dirigeable ZEPPY (Luc Geiser / Stephane Rousson) », List'In MAE (consulté le 16 août 2018)
  6. Claude Marthaler, L'insoutenable légèreté de la bicyclette, Editions Olizane, (ISBN 9782880864095, lire en ligne)
  7. (en) « Balloonist Stephane Rousson and his pedal-powered airship », The Guardian, (consulté le 13 août 2018)
  8. (en) Matthew Taylor, « Pedal-power Channel pioneer is beaten by a breeze », The Guardian, (consulté le 14 août 2018).
  9. Philippe Huguen, « Le Français Stéphane Rousson échoue à franchir la Manche en ballon à pédales », La Dépêche/AFP, (consulté le 14 août 2018).
  10. « Un Français échoue en dirigeable à pédales », L'Obs, (consulté le 14 août 2018).
  11. (en) « Frenchman attempts to cross English Channel in pedal-powered airship », The Telegraph, (consulté le 14 août 2018).
  12. (en) « French Adventurer Preps for AeroSail Launch », The Maritime Executive, (consulté le 17 août 2018)
  13. (en) « This is the craziest flying contraption ever seen », Red Bull, (consulté le 17 août 2018).
  14. (en) Charles Bremner, « Stéphane Rousson and his pedal-powered dirigible », The Times, Paris, (consulté le 18 août 2018).
  15. « Il veut rallier Nice à Calvi à bord d'un « aerosail » », Var-Matin (consulté le 17 août 2018)
  16. « L’Aérocéanaute Stéphane Rousson veut traverser de Nice à Calvi avec son Aérosail », SeaSailSurf.com, (consulté le 13 août 2018)
  17. (en) « A Seaglider Story », Seaglider.fr (consulté le 17 août 2018)
  18. (en) Sreejith, « Guy Martin To Fly Human-Powered Airship Over The Channel », DriveSpark, (consulté le 13 décembre 2018)
  19. (de) « Ein Luftschiff zum Treten » [vidéo], Reuters, (consulté le 17 août 2018), 56 s.
  20. (en) « Insight: Balloonist tests out his pedal-powered airship » [vidéo], Reuters, (consulté le 13 août 2018), 55 s.
  21. « The Times of London on Twitter », Twitter (consulté le 17 août 2018)
  22. (en) « The French yellow submarine: Engineers build James Bond-style scuba sub that runs on pedal power », Daily Mail, (consulté le 18 août 2018).
  23. (en) Pierre Thebault, « French engineers test pedal-boat submarine », Reuters, (consulté le 17 août 2018).
  24. « Un sous-marin à pédales à l'essai en rade de Villefranche », Reuters, (consulté le 13 août 2018)
  25. « Un sous-marin jaune entre au musée », Musée Frédéric-Dumas, (consulté le 14 août 2018).
  26. « Qu'est ce que le Scubster Nemo d'un inventeur Niçois? », sur Var-Matin (consulté le 17 août 2018)
  27. « Scubster.com », Site officiel.
  28. https://www.nicematin.com/faits-divers/qu-est-ce-que-le-scubster-nemo-d-un-inventeur-nicois-311959
  29. Alain Sheller, « Scubster Némo, le petit sous-marin d'exploration à propulsion électrique », All Boats Avenue, (consulté le 14 août 2018) (voir archive).
  30. Odile Faure, « Un sous-marin sous la glace de Piau-Engaly », Sud Ouest, (consulté le 6 septembre 2018).
  31. (en) David K. Gibson, « Scubster Nemo is the sports car of submarines », BBC, (consulté le 13 août 2018)
  32. « Un sous-marin, des pédales, un prix », Europe 1/AFP, (consulté le 13 août 2018)
  33. (ja) « ペダルで漕ぐ潜水艦「Scubster」、フランスで開発 », AFP,‎ (consulté le 13 août 2018)
  34. (en) « The Scubster pedal-powered wet sub (UPDATED) », sur newatlas.com (consulté le 14 août 2018)
  35. « Voyage à la lisière de l'utopie », sur Ardèche Images (consulté le 18 août 2018)
  36. Société des explorateurs, « Émissions TV – Prix… », Latitude 37, no 17,‎ , p. 3 (lire en ligne [PDF]).
  37. François Ribailly, « Voyage à la lisière de l'utopie : Laurence Latour et Stéphane Rousson », Aerostories.org, (consulté le 17 août 2018)
  38. Jean Molveau, « Voyage à la lisière de l'utopie », Aerobuzz.fr, (consulté le 17 août 2018)
  39. a et b Stéphane Rousson et Denis Declerck (photos), « Laissez-vous emporter... » [PDF], Docplayer.fr, (consulté le 6 septembre 2018), p. 4.
  40. « Stéphane Rousson, ce « merveilleux fou volant dans ses drôles de machines» entre ciel et mer », Enac Alumni,‎ , p. 32-34 (lire en ligne [PDF])

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]