Stéphanie Łazarska

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Stéphanie Marie Sophie Łazarska
Image dans Infobox.
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation

Stéphanie Marie Sophie Łazarska, née Krautler à Varsovie le et morte à Paris en 1977 est une peintre polonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stefania est la fille de Théodore Krautler et Bronislawa Kirnstein.

Elle étudie à l'Université de Cracovie. Elle émigre à Paris pour entrer aux Beaux-Arts[1].

Stéphanie épouse en 1914[2], Thadée Lazarski, chimiste de profession.

Au commencement du conflit mondial, Maria Mickiewicz propose à Stéphanie Łazarska de concevoir des poupées dans les costumes du folklore polonais, ceci dans le but d'être revendues et aider ainsi les Polonais[3] issus de l'émigration présents à Paris. Elle crée un atelier avec d'autres réfugiés polonais adhérant à l'Association Artistique Polonaise (60 Rue Gay-Lussac, Paris). Madame Łazarska préside au renouveau de la poupée en se lançant dans la fabrication de poupées en tissu feutre ou en chiffon, simples et habillées avec goût, qui sont qualifiées de poupées d’art et sont présentées dans de nombreuses expositions. Face à l'intensité de l'activité, deux ateliers donnent naissance aux poupées de Lazarski (le premier au 17 de la Rue Boissonade et le second au 83 de la Rue du Faubourg-Saint-Honoré).

Elle obtient la naturalisation française en 1925[4].

Elle participe également aux décorations de la nursery du paquebot l'Île-de-France où elle utilise la technique du Batik sur bois[5].

On lui doit également des poupées fétiches pour les as de l'aviation[6], et des marionnettes à destination des spectacles pour enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir l'article de Jacques Christophe dans le Gaulois du 19 février 1928, page 2
  2. le 23 juin 1914, selon l'état-civil de la ville de Paris, 14e.
  3. Voir la Pomme cuite du 5 février 1917, Le théâtre polonais, au profit des soldats polonais
  4. Selon le Journal Officiel du 22 juin 1925, à la même date que son mari.
  5. Lire: La femme de France du 23 mars 1930, Hélène Gosset
  6. L'Aérophile du 15 décembre 1930, des poupées "fétiches" pour les as de l'aviation.

Liens externes[modifier | modifier le code]