Spanish Harlem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La 116e entre Lexington Avenue et Third Avenue.

Spanish Harlem (également connu sous le nom de El Barrio) est un quartier de l'arrondissement de Manhattan à New York, voisin de Upper East Side, de Harlem, de Central Park et de l’East River. Le quartier s’étend de la 96e à la 125e rue, à l’est de Harlem, d’où son autre nom, East Harlem.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le quartier a d'abord été prisé par les immigrants italiens[1] (on parlait alors d’« Italian Harlem »), puis à partir des années 1930, par les Portoricains. À cette époque, la figure emblématique en était Fiorello LaGuardia, un réformateur qui fut élu maire de New York après avoir combattu la corruption et lutté contre les quotas d’immigration.

Aujourd'hui, on dénombre environ 120 000 Portoricains[2] dans ce qui est le plus grand barrio (« district » en espagnol) de la côte est des États-Unis. Ils résident pour la plupart dans les 200 blocs de HLM bâtis par la ville de New York dans les années 1930-1940 autour de la 3e avenue[2]. On les appelle parfois les « Nuyorican (en) », par contraction de « New York » et de « Puerto Rican ».

Philippe Bourgois a mené une étude[3] pendant cinq ans sur les fonctionnements de l'économie souterraine et la recherche de dignité et de moyens de survivre dans le quartier.

Culture[modifier | modifier le code]

De nombreux écrivains et artistes vivent ou ont vécu à Spanish Harlem, dont James De La Vega, connu pour avoir décoré les murs, les trottoirs et les rues du quartier, le musicien Tito Puente (la 110e rue a été rebaptisée « Tito Puente Way »), la légende du jazz, Ray Barretto, le groupe soul The Voices of East Harlem et l'une des plus grandes poètesses de Porto Rico, Julia de Burgos parmi d'autres. C’est également à Spanish Harlem qu’est née la salsa. Tupac Shakur, une légende du rap américain, est né dans ce quartier.

Films[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cynthia Ghorra-Gobin, article « New York », dans Encyclopædia Universalis, tome 16, 2002, p. 173
  2. a et b Roger Brunet (dir.), Géographie universelle : États-Unis, Canada, Paris, Hachette, 1992 (ISBN 978-2-0101-4829-3), p. 127
  3. Philippe Bourgois, En quête de respect : Le crack à New York, Paris, Seuil, coll. « Liber », 2001, réédité en 2013 (ISBN 978-2-0211-1385-3)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]