Solenn de Royer-Dupré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Solenn de Royer-Dupré, née le à Saint-Martin-d'Hères[1], est une journaliste politique française qui a travaillé dans plusieurs grands quotidiens nationaux, La Croix, Le Figaro, puis depuis 2017 Le Monde et sur France Inter (2015-2021).

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Solenn de Royer est diplômée de Sciences Po Grenoble et d'un DEA d'études politiques à Sciences Po Paris[2]. Elle réalise un mémoire sur la torture en Algérie, intitulé : « Au nom de quoi ? Les discours autour de la torture, entre morale et raison d'État (Algérie 1956-1957) ». Elle a par la suite suivi une formation au journalisme, dans les locaux du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes.

Journaliste politique[modifier | modifier le code]

Solenn de Royer a commencé sa carrière au quotidien La Croix, pendant deux ans au service culture puis pendant sept ans au service société, avant de rejoindre le service politique où elle couvre l'actualité de l'exécutif. À l'hiver 2009-2010, elle cosigne avec Frédéric Dumoulin, de l'AFP, la première biographie consacrée au président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé[3].

Solenn de Royer est ensuite grand reporter de 2010 à 2016 au quotidien Le Figaro. En , elle rejoint le quotidien Le Monde, où elle est recrutée pour suivre l'actualité de l'Élysée[4].

Elle tient une chronique politique sur France Inter, les « Histoires politiques » à h 45 chaque mercredi. Puis participe régulièrement à l'émission Questions politiques, présentée par Ali Baddou avec Carine Bécard et Nathalie Saint-Cricq, de France Télévisions.

En 2017, elle co-dirige un livre collectif avec Alexis Brezet, du Figaro, Le deuil du pouvoir. Les cent derniers jours à l'Élysée[5].

En mars 2021, elle reçoit le grand prix de la Fondation Varenne dans la catégorie presse quotidienne nationale pour son article sur les frères capucins du couvent de Crest dans la Drôme, fauchés par le Covid-19 au début de la pandémie[6], rédigé avec Gérard Méjean, correspondant du Monde à Valence[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Solenn de Royer et Carole Caumont, Tsunami: Les rescapés témoignent, Editions CLD, 2005.
  • Solenn de Royer et Frédéric Dumoulin, Copé, l'homme pressé, L'Archipel, 2010.
  • Solenn de Royer et Alexis Brezet, Le deuil du pouvoir. Les cent derniers jours à l'Élysée, Perrin, 2017[8].
  • Solenn de Royer, Le dernier secret, Grasset, 2021[9],[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Solenn de Royer Dupré - Who's Who », sur www.whoswho.fr (consulté le )
  2. Documentation biographique des quotidiens de la Société générale de presse.
  3. Céline ROUDEN, « Les multiples facettes de Monsieur Copé », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  4. La lettre de l'Audiovisuel, « Solenn de Royer du Figaro au Monde », sur La lettre de l'audiovisuel, (consulté le )
  5. « Livre : comment les présidents vivent-ils leurs derniers instants au pouvoir ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  6. « Coronavirus : les frères capucins du couvent de Crest fauchés par le mal », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « « Le Monde » doublement récompensé par les prix Varenne 2020 », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Solenn de Royer, co-auteur de "Le deuil du pouvoir" : "Quitter l'Elysée, une petite mort symbolique" », sur Franceinfo, (consulté le )
  9. Cécile Cornudet, « Ma petite place chez Mitterrand », sur Les Echos, (consulté le )
  10. Pauline Conradsson, « Le «Dernier Secret» de François Mitterrand dévoilé par Solenn de Royer dans un livre événement », sur leparisien.fr, (consulté le )

Liens[modifier | modifier le code]