Sidoine d'Aix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sidoine d'Aix
Image illustrative de l’article Sidoine d'Aix
Reconstruction faciale de saint Sidoine d'Aix.
Saint, miraculé, ermite, évêque, thaumaturge
Naissance Ier siècle
peut-être Sidon
Décès après 80 
Aix-en-Provence ou Alba (en Italie)
Autres noms Cédonius, Célidonius
Vénéré à la basilique Sainte-Marie-Madeleine de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, et à l'église de Saint-Restitut
Vénéré par Église catholique, Église orthodoxe orientale
Fête 23 août (locale)

Sidoine ou Restitut est considéré comme le 2e évêque d'Aix-en-Provence[1] à la suite de Maximin, vers 80[2], après avoir été le premier de Saint-Paul-Trois-Châteaux dans la Drôme. Il aurait vécu à l'époque de Jésus-Christ. Une tradition ancienne l'assimile à l'aveugle de naissance qui vivait de mendicité à la sortie du Temple et qui fut guéri par Jésus[1].

Dans la Bible[modifier | modifier le code]

D'après l'Évangile selon Jean (Jn 9), alors que Jésus et ses disciples sortaient du Temple, ils passèrent devant un aveugle qui mendiait[3]. Interpellé sur la situation, demandant si cela était dû à un péché de lui-même ou de ses parents, Jésus répondit qu'il n'en était rien, puis fit de la boue avec de la salive et un peu de terre. Sidoine se lava et retrouva la vue. Après cette guérison, sa famille et son entourage hésitèrent à le reconnaitre.

Son parcours[modifier | modifier le code]

Par la suite, Sidoine rejoignit les disciples du Christ, puis embarqua avec un groupe de chrétiens composé principalement de Marthe, Marie de Béthanie, Lazare, Marie Jacobé, Marie-Madeleine et Maximin. L'esquif traversa la Méditerranée jusqu'aux Saintes-Maries-de-la-Mer.

Restant un moment en compagnie de Marie Madeleine et de Maximin, il partit vivre en solitaire dans un lieu désertique de la région d'Aix. Puis la communauté des Tricastins reconvertis lui demanda de devenir leur pasteur et c'est ainsi qu'il devint évêque (episkopos) sous le nom de Restitut (Restitutus, c'est-à-dire le “Restitué“, dont la vue a été rendue par les mains même de Jésus). Basé aux abords de Saint-Paul-Trois-Châteaux à Saint-Restitut, il fit construire un premier oratoire consacré à la Vierge Marie à proximité de deux fontaines, et il se plut à diffuser le christianisme tout en guérissant un bon nombre de malades et d'handicapés. Beaucoup de miracles lui ont été attribués, dont justement celui de rendre, à son tour, la vue aux aveugles[4]. La communauté se développant, il décida d'agrandir l'oratoire en dessinant lui-même les nouveaux contours.

D'après la tradition provençale, il fut appelé à prendre la suite de Maximin comme deuxième évêque d'Aix. Sa Vita, écrite au XVe siècle dit, par contre, qu'il partit en Italie dans l'intention de voir Rome, mais qu'il s'arrêta sur la route afin de convertir les habitants d'Alba. C'est là qu'il aurait rendit son âme à Dieu, ou sans doute à Aix en tant qu'évêque.

Culte et reliques[modifier | modifier le code]

Après sa mort, une partie de ses reliques furent déposées dans une crypte funéraire, aujourd'hui celle de la basilique Sainte-Marie-Madeleine de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume auprès de celles du premier évêque d'Aix, de Marie Madeleine, de la servante Marcelle et de Suzanne convertie par Marthe[5].

La découverte fin 2013 de son crâne (son chef) certifié par des documents dominicains du début du XXe siècle et une expertise menée par Mgr Dominique Rey a permis de l'exposer dans un reliquaire placé devant le retable de la Passion d’Antoine Ronzen.[6]

Les autres reliques furent déposées à l'emplacement de la tour de l'église Saint-Restitut près de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Son culte se trouve également à l'origine d'une frise de bas-reliefs entourant les quatre façades de la tour représentant des scènes de l'Apocalypse de Jean. Devenu lieu de pèlerinage, la renommée de Saint-Restitut et de son saint miraculé et devenu guérisseur se constitua et dura longtemps, au moins jusqu'au XVe siècle, puisqu'on sait que Louis XI alors dauphin le visita en 1449[7].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]