Shi Tennō-ji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Shitennō-ji)
Shi Tennō-ji
四天王寺
Image dans Infobox.
Temple Shi Tennō-ji.
Date de fondation
593
Fondateur(s)
Adresse
Tennōji-ku, Osaka
Shiten-nō-ji (d)
Drapeau du Japon Japon
Site web
Coordonnées
Localisation sur la carte du Japon
voir sur la carte du Japon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la préfecture d'Osaka
voir sur la carte de la préfecture d'Osaka
Red pog.svg

Le Shi Tennō-ji (四天王寺?) est un temple bouddhiste situé dans la ville d'Osaka, au Japon.

Historique[modifier | modifier le code]

Le prince Shôtoku fait construire ce temple en 593 et fait appel à la société de construction Kongō Gumi. Il le dédie aux quatre dieux rois gardiens des horizons, les shitennō, en remerciement pour sa victoire contre le clan Mononobe[1]. Il s'agit du plus vieux temple officiellement administré au Japon, bien que les locaux aient été reconstruits au fil des ans. Il comporte plusieurs bâtiments, dont une pagode à cinq niveaux que l'on peut visiter, et le pavillon kōdō décoré de fresques de Gakuryo Nakamura (1890-1969)[1].

C'est aussi le site d'un important marché aux puces le 21 de chaque mois, où devins et guérisseurs offrent également leurs services[2].

Le Shi Tennō-ji est à dix minutes à pied de la gare de Tennoji, sur les réseaux JR, Midōsuji et Tanimachi. Il a donné son nom à l'arrondissement Tennōji-ku.

Le temple possède plusieurs objets historiques précieux, qui sont exposés dans son hall des trésors[3]. Il recèle également en son sein, dans le bâtiment Kameido, une statue de tortue, encore utilisée au XXIe siècle pour des rites de commémoration funéraire, qui date du VIIe siècle[4].

Bâtiment Kameido.

Pavillon Gansandaishi-dō[modifier | modifier le code]

Gansandaishi-dô.

Dans le temple, le pavillon Gansandaishi-dō (元三大師堂?) est visité par les étudiants avant qu'ils passent leurs examens ; ils effectuent leur prière de succès en passant à travers un cercle de corde, le « cercle de sagesse » (智慧の輪, chie no wa?). Ensuite, ils peuvent acheter des talismans dans une boutique[5].

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Shitennôji. Quatre rois et un prince », sur www.vivrelejapon.com, (consulté le 20 septembre 2019).
  2. (en) « Street diviners and healers », sur nirc.nanzan-u.ac.jp (consulté le 20 septembre 2019).
  3. Tomoyoshi Kubo, « Tiny treasure emerges from centuries-old good luck charm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  4. (en) Y. Hayashi, « Turtle-shaped stonework at Osaka temple dates to 7th century: study », sur mainichi.jp (consulté le 20 septembre 2019).
  5. Damien Kunik, « Repenser les catégories de l’objet votif au Japon », sur Techniques & Culture [en ligne], suppléments au no 70, mis en ligne le 06 décembre 2018 (consulté le 20 septembre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]