Niō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Niō (Misshaku) à la porte centrale du Hōryū-ji près de Nara.

Les Niō (仁王?) aussi appelés Kongō-rikishi (金剛力士?) sont deux divinités gardiennes japonaises des temples bouddhiques installées de chaque côté de l'entrée principale mon (?, « porte »).

Description[modifier | modifier le code]

Ils sont généralement en robe ou en armure et présentent une attitude menaçante. Ce sont des forces capables de chasser les mauvais esprits.

Naraen (那羅延?), celui qui a la bouche ouverte, illustre la puissance exprimée alors que celui qui est représenté avec la bouche fermée, Misshaku (密迹?), symbolise la puissance latente.

Ils seraient une manifestation du bodhisattva Vajrapani, en japonais Shukongōshin (執金剛神?).

Les sculptures les plus célèbres les représentant sont probablement celles d'Unkei et Kaikei qui furent réalisées pour le Tōdai-ji à Nara (Niō du Tōdai-ji).

Niō Zen[modifier | modifier le code]

Le samouraï Suzuki Shōsan (1579–1655) a créé son propre style de Zen, le Niō Zen.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :