Shaan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auteur Igor Polouchine
Éditeur Halloween Concept
Date de 1re édition 1996
Autre éditeur Origames
Format livre
Thèmes science-fiction, écologie, planet opera
Fantastique
habileté
physique

 Non
 réflexion
décision

 Oui
générateur
de hasard

 Oui
info. compl.
et parfaite

 Non

Shaan est un jeu de rôle d'Igor Polouchine édité et distribué par Halloween Concept en 1996. Le thème principal du jeu est la lutte anti-coloniale ou lutte des classes, par la métaphore d'une planète colonisée agressivement par une humanité militariste, cléricale et économiquement libérale. Le jeu connaît une deuxième édition en 2014.

Univers[modifier | modifier le code]

Première édition[modifier | modifier le code]

Shaan se déroule sur une planète appelée Héos. D'un diamètre deux fois supérieur à celui de la Terre, elle compte plus de deux milliards d'habitants. Dix races y cohabitent, sept en sont originaires, trois autres viennent d'autres planètes. Héos possède trois lunes et les journées y durent trente huit heures ; ceci mis à part, elle partage de nombreux points communs avec la Terre : même atmosphère, conditions de vies similaires, paysages et climats communs. L'action de Shaan se déroule uniquement sur l'un des continent d'Héos : l'Héossie.

L'une des particularités majeure de l'univers de Shaan est l'existence de la magie. Les héossiens sont ainsi capables de produire des effets paraissant "surnaturels" aux yeux des humains. Loin d'être anecdotique ou réservée à un petit nombre, la "magie" est pratiquée par beaucoup d'héossiens, qui s'en servent de façon "pratique" dans l'organisation de la société : transport, communication, loisirs, etc. La pratique de la magie suppose un lien fort avec son environnement, c'est pour cela qu'elle s'oppose à la technologie humaine, qui ne tient pas compte des conséquences sur l'écosystème.

Le mot « Shaan » vient d'un état d'esprit décrit dans le jeu, une résultante de la non pensée qui permet de vivre le quotidien en harmonie avec soi-même, donc avec l'univers. Cette attitude prône l'harmonie, favorise l'ouverture aux autres, et permet d'apaiser le corps, l'âme et l'esprit.

L'histoire de la planète Heos a été marquée par l'arrivée des Humains qui ont conquis le continent d'Héossie, perpétré massacres et tortures et finalement réduit en esclavage les populations extra-terrestres, tout en imposant leur technologie au mépris de l'équilibre des écosystèmes[1]. Les joueurs incarnent des membres de la Résistance héossienne, qui tient encore tête à l'envahisseur humain.

Changements apportés à l'univers dans la deuxième édition[modifier | modifier le code]

La deuxième édition du jeu fait avancer la chronologie fictionnelle de vint ans. La dictature humaine a été renversée en Héossie. La Résistance héossienne n'existe donc plus, mais ses héritiers spirituels forment le courant des Utopistes. Les humains restent puissants, mais le rapport de forces est plus équilibré. Des victoires communes ont été remportées face au phénomène de la Nécrose, phénomène qui change les êtres intelligents en morts-vivants dépourvus d'âmes ; la Nécrose se répand et représente un nouveau danger pour l'Héossie. Le jeu n'est plus centré uniquement sur la résistance aux humains, mais propose également d'explorer la planète Héos.

Conception du jeu[modifier | modifier le code]

L'univers de Shaan est une parabole de notre société. Igor Polouchine l'a conçu comme un miroir de notre monde, à la manière de la littérature de science-fiction des années 1950[2]. Dans Shaan, les joueurs se trouvent du côté des opprimés, incités à entrer en résistance pour se battre contre le régime dictatorial qui a soumis leur civilisation.

La société humaine décrite dans Shaan est représentative d'un certain de travers du monde moderne. Ses dirigeants cherchent à dominer par la guerre une société caractérisée par son ouverture culturelle. Les populations extra-terrestres, vue comme primitives, sont réduites en esclavage. Les esclaves sont acculturés, et forcés d'adhérer aux us et coutumes humaines. Les anciens cultes sont interdits, et les populations extra-terrestres sont obligés de vénérer les idoles humaines. En imposant sa technologie, l'être humain corrompt l'écosystème et fragilise l'équilibre de la planète. Le régime humain fait ressortir ce qu'il y a de pire chez de nombreux individus, qui collaborent avec les envahisseurs en échanges de quelques privilèges. Si la société humaine est présentée comme négative, la description des humains est cependant plus modérée. Victime du système, et soumis à une tyrannie cléricale, ils n'ont qu'une liberté d'action très faible. Beaucoup n'ont juste ni la force ni les moyens de s'opposer à leurs dirigeants.

Histoire éditoriale[modifier | modifier le code]

Première édition : Shaan[modifier | modifier le code]

  • Livre de base (juin 1996). Livre de 200 pages contenant tout le nécessaire pour jouer à Shaan : description de l'univers, règles du jeu ainsi qu'une campagne en six actes.
  • Ecran (janvier 1997). Ecran quatre volet format A4, commercialisé avec un livret contenant deux scénarios "Coma" et "La Rêveuse Illuminée".
  • Le Livre des Schèmes (janvier 1997). Livre de 80 pages complètant les règles du jeu relatives à l'approche de la magie.
  • Humains (janvier 1997). Livre de 112 pages complétant l'univers du jeu en abordant l'histoire des humains, la conquête de la planète Héos, et l'organisation du pouvoir.
  • Archéos (janvier 1997). Livre de 30 pages, 1er volet de la campagne Le Cycle d'Odea.
  • Edenia (janvier 1997). Livre de 30 pages, 2e volet du Cycle d'Odea.
  • Résistances (janvier 1998). Livre de 112 pages complétant l'univers du jeu en traitant de la résistance des peuples Héossiens.
  • Fange (janvier 1998). Livre de 30 pages, 3e volet du Cycle d'Odea.

Deuxième édition : Shaan Renaissance[modifier | modifier le code]

En février 2013, Igor Polouchine a annoncé qu'une deuxième édition du jeu, nommée Shaan Renaissance, serait éditée par Origames dans le courant de l'année 2013[3]. En mars 2013, un kit d'initiation au jeu est mis en ligne sur le site officiel de la deuxième édition. Il explique les événements survenus dans l'univers du jeu depuis les dernières parutions de la première édition et fait avancer la chronologie fictionnelle de vingt ans, puis présente les peuples jouables, la création de personnage, des règles de base et un scénario[4]. La nouvelle édition du jeu ainsi que ses premiers suppléments sont financés par l'intermédiaire d'une campagne de financement participatif lancée en janvier 2014 sur le site officiel de la deuxième édition[5]. Le livre de base du jeu, appelé le Manuel d'Itinérance, paraît en novembre 2014[6]. Il est suivi de plusieurs suppléments. Les informations données dans les suppléments contredisent parfois délibérément celles données dans le livre de base, afin de rendre compte des différences entre la vérité officielle sur Héossie (présentée dans le livre de base) et la vérité (détaillée dans les suppléments)[7].

  • L'écran du meneur de jeu (novembre 2014).
  • L'Erreur est humaine (janvier 2016) donne des informations sur les humains et leur technologie, décrit le Woonei et contient deux scénarios.
  • Le Feu intérieur (janvier 2016) détaille les Utopistes (héritiers de la Résistance héossienne), ajoute des règles complémentaires, décrit les régions des Terres Pures et des Terres de Feu et contient deux scénarios.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

L'univers de Shaan s'est décliné sur plusieurs supports : jeu de rôle, romans et bandes dessinées.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le Cercle des Réalités tome 1 : Trois Lunes, par Bernard Rastoin, éditions Khom-Heïdon
  • Le Cercle des Réalités tome 2 : Éclipse, par Bernard Rastoin, éditions Khom-Heïdon
  • Le Cercle des Réalités tome 3 : Lumière du Matin, par Bernard Rastoin, éditions Khom-Heïdon
  • Le Jeu du Caméléon tome 1 : Le Jeu du Caméléon, par Benoît Attinost, éditions Khom-Heïdon
  • Le Jeu du Caméléon tome 2 : La Mort dans l'Ame, par Benoît Attinost, éditions Khom-Heïdon

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

En avril 2013, Igor Polouchine a déclaré qu'un jeu en PHP basé sur Shaan Renaissance était en développement chez Origames. Aucune date de sortie n'a été donnée[2].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Première édition[modifier | modifier le code]

La première édition de Shaan reçoit des critiques favorables à sa parution en 1996. Le magazine de jeux de rôle français Casus Belli écrivait que « Toute la saveur et l'originalité de Shaan vient de la description de son univers : les différentes races, les peuples et leurs coutumes, le Nouvel Ordre et les Hommes-dieux, la technologie SF confrontée à une magie heroic fantasy, etc. » Du côté des points négatifs, la critique relève un système de jeu qui « devient assez embrouillé dès que l'on simule des situations complexes »[8].

Dans un article paru dans Casus Belli à l'occasion de la parution de la deuxième édition[9], dix-huit ans après la parution de la première, Damien Coltice note que cette première édition avait connu « un succès d'estime certain ».

Sur le Grog, le jeu obtient une moyenne de 4/5 sur neuf critiques publiées. Les internautes évoquent un jeu "Mêlant adroitement science-fiction et médiéval fantastique, décadence et barbarie", et notent que "le ton du jeu évoque le mythe du bon sauvage de Rousseau: le méchant colonisateur opprimant le gentil colonisé". Les critiques négative notent quant à elles que "le décor est quand même vraiment manichéen avec ses très très méchants et très très sadiques humains et ses très très gentils et très très résistants autochtones", ainsi qu'un système de jeu décevant ("S'il peut passer au niveau de la gestion de la majorité des actions, il devient particulièrement lourd et inadapté lorsqu'un combat ou une blessure survient")[10].

Deuxième édition[modifier | modifier le code]

Dans Jeu de Rôle magazine[11], Pierre Latour apprécie l'originalité des peuples jouables et la grande variété des personnages à incarner, ainsi que la variété des scénarios rendue possible par le thème de l'exploration. Il est également séduit par l'aspect philosophique de Shaan. Il qualifie le système de « ludiste et plein de "pouvoirs" ». Le livre de base lui semble « un trop gros pavé dont on a envie de ne rien enlever ». La description de l'univers lui paraît très dense et propre à donner envie d'avoir toujours plus de détails sur l'univers. Il apprécie également le site Internet du jeu, « indispensable ».

Dans la revue Casus Belli[9], Damien Coltice estime que « Shaan Renaissance est un jeu doté d'une profondeur et d'un charme certains, malgré quelques défauts très relatifs ». Du côté de l'univers, il note que « l'univers est semblable, certes, mais l'approche est très différente ». Il craint que l'univers ne passionne moins les joueurs en raison du rééquilibrage entre les Héossiens et les humains, qui fait que « l'on perd le point d'entrée efficace et intéressant du résistant luttant face au colon humain ». Il regrette aussi que la nécrose « [perde] parfois un peu de son charme en lorgnant trop du côté des morts-vivants des jeux med-fan (médiévaux-fantastiques) classiques ». L'accent mis sur l'économie lui semble « militant, mais finalement peu propice aux aventures ». Il apprécie beaucoup le système de jeu « qui a su évoluer avec son temps » tout en restant « profondément ancré dans l'univers de jeu » ; il le juge pas nécessairement intuitif à expliquer mais cohérent et original. Sur le plan formel, la nouvelle édition lui semble « luxueuse » avec une présentation « foisonnante et colorée ». Il apprécie enfin le kit d'initiation et le site Internet permettant de créer son personnage en ligne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Jadis, l'Héossie n'était que paix et harmonie. Nous avions réussi à vivre ensemble et à mêler culture et sang de chacune de nos races. Peu important l'apparence de nos frères, nous acceptions l'autre tel qu'il était. Nos arts s'enrichissaient, s'élevaient mutuellement. Nous étions une grande civilisation. Puis l'humain est arrivé. En envahissant notre monde, il a détruit cet équilibre. Pourchassant, massacrant, il a déchiré les peuples, isolé les races. Ne laissant aux Héossiens qu'un impossible choix : la mort ou la vie, parqués en réserves. Combien d'entre eux ont été arrachés à leur terre ainsi qu'à leur famille ? » Quatrième de couverture du livre de base, éditions Halloween Concept, 1996.
  2. a et b http://cellulis.blogspot.fr/2013/04/podcast-jdr-shaan-renaissance.html
  3. Article sur le site Sci-fi universe.
  4. Fiche du kit d'initiation de Shaan Renaissance sur le Guide du rôliste galactique. Page consultée le 10 juillet 2016.
  5. 11 janvier 2014 - Shaan Renaissance, actualité sur le Guide du rôliste galactique. Page consultée le 10 juillet 2016.
  6. Fiche du livre de base de la 2e édition sur le Guide du Rôliste galactique. Page consultée le 10 juillet 2016.
  7. Fiche du supplément L'Erreur est humaine sur le Guide du rôliste galactique. Page consultée le 10 juillet 2016.
  8. Casus Belli, première série, n°97, septembre 1996, p. 30.
  9. a et b Critique de Shaan Renaissance par Damien Coltice dans Casus Belli, quatrième série, n°12, novembre-décembre 2014, p. 56-59.
  10. http://www.legrog.org/jeux/shaan/shaan-fr#0
  11. Critique de Shaan Renaissance par Pierre Latour dans Jeu de rôle magazine, n°33, printemps 2016, p.27-30.

Liens externes[modifier | modifier le code]