Sentier de la transhumance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sentier de la transhumance
Corscia-depart Sentier Transhumance.jpg

Départ du Sentier de la transhumance
dans la Scala di Santa Regina

Localisation
Adresse
Désignation
Autre nom
Sentier de la transhumance
Type
Tracé
Extrémité
Alt. minimale
Calenzana (250 m)
Utilisation
Saison
du printemps à l'automne
Mois
d'avril à novembre
Payant
Gratuit
Difficulté
Parcours de montagne abordable

Le Sentier de la transhumance (en langue corse a muntagnera et l'impiaghjera respectivement pour transhumance vers la montagne et transhumance vers la plaine) est le nom donné au chemin qui aurait relié jadis Aléria à Galéria, la façade orientale à la façade occidentale de la Corse. En fait ce n'était que des tronçons sans conception d'ensemble

Ce chemin muletier millénaire avait servi à la transhumance et aux échanges entre la montagne et le littoral. De nos jours, il est encore emprunté par quelques bergers, notamment entre Niolo et Filosorma[1].

Sentier historique[modifier | modifier le code]

Sentier de la transhumance

Quand on parle aujourd'hui du sentier de la transhumance, il faut entendre la voie historique qui permettait aux bergers du Niolo de gagner les plaines de Balagne : le Falasorma vallée du Fango, la plaine de la Figarella et celle du Regino. Cette interdépendance montagne-mer a façonné l'histoire du Niolo, terre traditionnelle de bergers. Les bergers nomades menaient leurs troupeaux paître sur le littoral en hiver et les reconduisaient dans les estives loin de la canicule des plaines côtières. Ces mouvements de transhumance sont l'impiaghjera, la descente dans la plaine, et a muntagnera la montée dans les estives.


Les bergers suivaient un itinéraire qui les menait de Corscia à Calenzana. Ils passaient par Lozzi, Poggio di Lozzi, Albertacce, Ponte di Muricciolu pont génois sur le ruisseau Viru, Bocca di Guagnerola col à 1 833 m, sous Punta di Calayalonda (1 646 m), Bocca di Capronale autre col à 1 329 m, le couvent Santa Maria, Monte Estremu, Manso, Tuarelli (refuge) et Bonifatu.

Le Falasorma, vallée du Fango où le pacage était libre, était la destination hivernale des chevriers, bergers de chèvres appelés en langue corse i capraghji par opposition avec les bergers de brebis appelés i picuraghji qui faisaient paître leurs bêtes dans les autres plaines de Balagne. Plus aisés en général, ces derniers pouvaient payer un droit de pacage.

Des villages de bergers présentent encore aujourd'hui cette division entre les capraghji et les picuraghji. Chaque partie est habitée par une grande famille de bergers, comme à Lozzi où le village et son hameau Acquale sont occupés par les Acquaviva et les Simeoni, ou encore comme à Poggio-di-Lozzi ancien village devenu hameau de Lozzi, partagé entre les familles Rossi et Luciani.

Sentier de randonnée[modifier | modifier le code]

Ce sentier patrimonial encore empierré sur quelques centaines de mètres à Albertacce, était à usage utilitaire. Il est aujourd'hui un sentier thématique, reconnu et balisé (marquage orange et mauve). Œuvre du Parc naturel régional de Corse, il a été ouvert en 2007.

L'itinéraire conduit le randonneur de Barghiana (commune de Manso) à Corscia en le faisant passer par Monte Estremu, le couvent Santa Maria, la bocca di Capronale (1 329 m), le refuge de Puscaghja du P.N.R.C. (1 097 m), sous Punta di Calavalonda (1 646 m), Bocca di Guagnerola (1 833 m), Ponte di Muricciolu pont génois sur le ruisseau U Viru[2], Albertacce (refuge), Poggio-di-Lozzi, Corscia (refuge), pour finir en aval du défilé de la Scala di Santa Regina.

Après le col (Bocca) di Guagnerola, le sentier emprunte une partie du GR 20 jusqu'au col de Vergio d'où l'on rejoint ensuite le sentier de grande randonnée Mare a Mare Nord mènant à Albertacce.

Une autre voie relie plus directement le GR 20 au Mare a mare Nord en passant par la cascade de Radule.

Citations[modifier | modifier le code]

Sur le panneau du Parcu di Corsica est écrit ce texte de Marcellu Acquaviva di l'Acquale / Niolu, titré A Muntagnera (transhumance vers la montagne) :

Ch'ellu si n'hè scorsu maghju
Sara più d'une simana
Approntati, o capraghju !
A, lascia piaghja è calmana
Ch'hai da fà l'altu viaghju
Dopu ghjuntu in Barghjana.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]