Seitō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Revue Seitō
Image illustrative de l’article Seitō
Le premier numéro de Seitō

Pays Japon
Langue Japonais
Fondateur Raichō Hiratsuka; Noe Ito; Seitō-sha
Date de fondation Septembre 1911
Date du dernier numéro Février 1916

Seitō (青鞜?, litt. « Bas bleu ») (1911-1916) est la première revue littéraire féministe, créée par des femmes, au Japon. Fondée par Raichô Hiratsuka, Yoshiko Yasumochi, Kazuko Mozume, Teiko Kiuchi and Hatsuko Nakano, membres fondatrices de l'association Seitōsha (Seitō-sha (ja)).

Création[modifier | modifier le code]

Cinq femmes, toutes diplômées de la récente Université pour femmes du Japon[1], fondent la société Seitô (ja). Elles choisissent le terme « Bas Bleus » selon l'usage qu'en font les britanniques en référence aux féministes des XVIIIe siècle et XIXe siècle. Hiratsuka Raichô lance le premier numéro avec ces mots : « au commencement, la femme était le soleil. » (« 原始、女性は太陽であった »), plus tard interprétés par les lecteurs comme une référence au mythe Shinto de la création et à l'idée, populaire à ce moment, que toutes les sociétés préhistoriques ont été matriarcales. Ce n'est toutefois pas l'intention de Hiratsuka Raichô, qui répond plutôt aux allégations de Nietzsche sur l'infériorité de la femme. Parmi les contributrices de la revue, on peut citer la poétesse et partisane des droits des femmes Akiko Yosano et la romancière Nobuko Yoshiya. Les premières années de la revue des milliers de contributrices (dont beaucoup d'enseignantes) y participent. Entre mille et trois mille exemplaires ont été produits[1].

De la littérature au féminisme[modifier | modifier le code]

Raichô Hiratsuka une des fondatrices de la revue.

A l'origine, le magazine parle de littérature féminine, puis son orientation change pour traiter de la libération des femmes et les pages de Seitō sont constituées d'essais et d'éditoriaux sur la question de l'égalité des sexes. Dans plusieurs des numéros, les membres du groupe émettent leurs opinions divergentes sur des questions d'actualité, par exemple : l'importance pour une femme de maintenir sa virginité avant le mariage. La légalisation de la prostitution, de l'avortement et le droit de vote pour les femmes font également l'objet de discussions animées. De tels écrits attirent l'attention du Ministère de l'intérieur, car la critique du système en place est interdite en vertu des Lois de 1900 de préservation de la paix. Deux numéros sont considérés comme des menaces à la moralité publique en raison de leur franc-parler sur la sexualité féminine. Interdits par le bureau du Ministère de la censure, ils sont retirés des ventes.

Plus que les contenus des revues, le comportement privé des principales membres de la société attire les critiques du public. Plusieurs d'entre elles sont engagées dans des relations avec des hommes mariés. Mais leurs vies sont finalement proches des textes de la revue, car les contributrices écrivent des essais et des textes semi-autobiographiques décrivant leurs luttes que les relations soient égales et basées sur l'amour (plutôt que des mariages arrangés), qu'elles soient vécues à l'intérieur ou à l'extérieur du mariage. Leurs discussions franches sur le sexe avant le mariage et leurs plaidoyers pour l'autonomie des femmes mènent à la réprobation publique.

La fin de la revue[modifier | modifier le code]

Noe Itô reprend la direction de la revue Seito de 1915 à 1916.

En 1915, Hiratsuka Raichô transmet la direction de la revue à Noe Itō qui produit le journal, avec peu d'aide, durant près d'une année supplémentaire. La dernière édition est publiée en février 1916.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jan Bardsley, « Seito and the Resurgence of Writing by Women », The Columbia Companion to Modern East Asian Literature,‎ , p. 93–98 (JSTOR 10.7312/most11314.18.).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]