Samanea saman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saman.
Un Albizia Saman au bord du Mékong près de l'île de Don Loppadi (Si Phan Don, Laos), pendant la saison sèche, l'après-midi. Décembre 2017.

Albizia saman (anciennement Samanea saman), arbre à pluie, ou bois noir d'Haïti est une espèce d'arbres de la famille des Fabaceae. C'est une espèce originaire d'Amérique du Sud.

Description[modifier | modifier le code]

Fleurs d'Albizia saman.

L'arbre à pluie peut mesurer jusqu'à 25 m de haut[1]. Il a un port très large, sa forme est comparable à un parasol dont le diamètre peut mesurer jusqu'à 40 m.

L'écorce est grise à brun grisâtre, sur le jeune arbre, elle est encore lisse, puis rugueuse et fissurée. L' écorce interne est brun clair à gris rose. Le bois, tendre et léger, possède un aubier jaunâtre et un duramen brun chocolat qui devient brun doré au séchage et présente des rayures noires. Sur les sites secs, l'arbre est profondément enraciné, sur les sols humides, un système racinaire extrêmement plat se forme.

L'arbre de pluie est à feuilles persistantes dans les forêts tropicales ombrophiles, mais perd ses feuilles dans les forêts sèches pendant la saison sèche et peut ne pas avoir de feuilles pendant deux mois. Les feuilles sont doubles pennées et alternes. Elles mesurent 25 à 40 centimètres de long avec des tiges finement poilues. Les pinnates portent 2 à 10 paires de pinnules de 10 cm de long et de 5 cm de large. Les folioles sont entières, en losange asymétrique, ont une extrémité minuscule et sont effilées à la base en pointe. Le sommet est un peu plus foncé que le fond finement poilu.

Une particularité de l'arbre à pluie est le pliage nocturne des folioles opposées, qui se produit également par temps pluvieux ou par temps couvert. Cette position de sommeil commence environ 1 heure avant le coucher du soleil, juste avant le lever du soleil, la position normale est reprise. L'eau peut ainsi atteindre le sol qui est souvent bien vert.

L'arbre est souvent envahi de cicadelles dont les excréments fertilisent le sol autour de l'arbre.

Sa croissance est relativement rapide là où les précipitations sont abondantes.

Plusieurs variétés de cet arbre sont disponibles, par exemple avec des fleurs de couleur rose rougeâtre ou crème doré.

Répartition[modifier | modifier le code]

L'espèce pousse dans toute la zone néotropicale. Elle a été largement introduite en Asie du sud-est et dans certaines îles du Pacifique telles Hawaï et la Nouvelle-Calédonie où elle servait autrefois à abriter les plantations de caféiers en plaine et faire de l'ombre au bétail.

Séquestration du dioxyde de carbone[modifier | modifier le code]

Selon une étude réalisée à l'École de foresterie de l'Institut d'agriculture de Bogor en Indonésie, un arbre mature d'un diamètre de cime de 15 mètres absorbe 28,5 tonnes de dioxyde de carbone par an.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de ses voyages entre 1799 et 1804 dans les Amériques, Alexander von Humboldt rencontra un Saman géant près de Maracay au Venezuela. Il a mesuré la circonférence de la calotte en forme de parasol à environ 180 m, son diamètre était d’environ 60 m, sur un tronc de 2,8 m de diamètre et atteignant à peine 19 m de hauteur. Humboldt a mentionné que l'arbre aurait peu changé depuis la colonisation espagnole du Venezuela ; il l'a estimé aussi vieux que le célèbre dragonnier des îles Canaries (Dracaena draco) d'Icod de los Vinos à Tenerife.

L'arbre, appelé Samán de Güere existe toujours et constitue un trésor national vénézuélien. Tout comme l'arbre du dragon à Tenerife, l'âge du saman au Venezuela est plutôt indéterminé. Comme l'indique clairement le rapport de von Humboldt, selon la tradition locale, il aurait plus de 500 ans aujourd'hui, ce qui est plutôt remarquable selon les critères du genre. Il est certain que l’arbre a aujourd’hui plus de 200 ans, mais c’est un individu exceptionnel; Même le savant von Humboldt ne pouvait pas croire que c’était en fait la même espèce que les samans qu’il connaissait dans les serres du château de Schönbrunn. Un spécimen célèbre appelé "l'arbre de pluie du Brahmapoutre" situé à Guwahati sur les rives du fleuve Brahmapoutre à Assam, en Inde, possède le tronc le plus épais de tous les Saman; environ 3,7 mètres de diamètre à hauteur de poitrine.

Caractère envahissant[modifier | modifier le code]

Albizia saman est une espèce potentiellement envahissante. C'est le cas notamment en Nouvelle-Calédonie où elle a été introduite en 1902, et où elle présente un risque modéré[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Samanea saman (Jacq.) Merr. — Reforestation, Nurseries and Genetics Resources », sur rngr.net (consulté le 4 janvier 2019)
  2. Vanessa Hequet, Mickaël Le Corre, Frédéric Rigault, Vincent Blanfort, LES ESPÈCES EXOTIQUES ENVAHISSANTES DE NOUVELLE-CALÉDONIE, IRD, Institut de Recherche pour le Développement, , 87 p. (lire en ligne), p. 17 et p. 45

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :